cinnaCinna, aidé de Maxime, aimerait ôter Rome des mains de l'empereur Auguste pour la rendre au peuple. Ce qui l'aiguillonne est que sa bien-aimée Émilie, outragée par la mort de son père, voulue par Auguste, lui réclame l'assassinat de ce dernier pour prix de sa main.
Or voilà qu'Auguste demande conseil à Cinna et Maxime : las de se voir haï, il se demande s'il ne devrait pas tout laisser tomber. A la grande fureur de Maxime, qui se serait aussi bien débarrassé du tyran sans effusion de sang, Cinna l'encourage à garder le trône pour pouvoir accomplir sa promesse à Émilie...


Une célèbre pièce qui a bien raison de l'être. Certains pourront peut-être être rebutés par le vers et la langue du XVIIème siècle, qui oblige parfois à relire deux fois pour sortir de la confusion ; mais cela vaut la peine de découvrir ou redécouvrir ce classique.
Relecture partielle. C'est le texte sur lequel je suis tombée au concours.

Titre original : Cinna ou La Clémence d'Auguste.