L'HISTOIREprincesg


Pour ceux qui, par principe ou par goût, auraient boudé l'opus littéraire de J.K Rowling, voici de quoi il s'agit : nouvelle rentrée des classes sous le signe d'une réactivation du plus grand mage noir de tous les temps (beaucoup moins présent à l'image) et surtout de ses séides, les Mange-Morts, Bellatrix (Helena Bonham Carter, sublime dans quelque rôle que ce soit) et Drago Malefoy (Tom Felton, extrêmement soigné par le chef opérateur, sans doute à suivre dans un autre film), finalement initié, en tête de ceux-ci.
En face, Harry Potter (Daniel Radcliffe), entré dans la phase apaisée de l'adolescence, et ses amis, bien décidés à ne pas laisser Lord Voldemort gouverner le monde des sorciers. Or Dumbledore en qui Harry a mis toute sa confiance en tant que chef de la résistance fait beaucoup de mystères...
Voilà que, sur son ordre, Harry va devoir devenir l'élève du nouveau professeur des potions, Slughorn, et même avoir des relations extrascolaires avec, alors que ce n'est certainement pas par ses talents dans cet art qu'il parviendrait à l'intéresser. Or il trouve dans l'armoire un manuel de cours annoté de la main d'un mystérieux "Prince de Sang-Mêlé" qui se révèle un adjuvant le propulsant en tête de classe...

MON AVIS


De même que les jeunes acteurs ont grandi, le film quitte le rythme et les tics du film pour enfant. Certes, il y a une continuité esthétique en constrastes orangés / vert-bleu, mais avec des décors tourmentés arrachés aux tournages de Tim Burton (avec Helena Bonham Carter en fil directeur) et une caméra séduite qui flatte en mode portrait les principaux protagonistes et les suit comme dans une oeuvre urban gothic, on a réellement l'impression d'un film "normal". Les enfants présents dans la salle ne s'y sont pas trompés, qui se sont mis à s'agiter et s'ennuyer bruyamment. Leur attention a été reprise par les matches de Quidditch, qui n'ont jamais encore été aussi bien filmés et donnent envie de faire partie de l'équipe.
Le film en lui-même a un charme indéniable, les photos sont superbes, mais décevra sûrement ceux qui tiennent à voir en image le récit exact qui leur a plu : ils devront se résigner à voir presque un autre film, avec plusieurs centaines de pages passées à la trappe et des personnages falots dans le livre prenant une importance plus grande à l'écran.

Vu au cinéma.