jacques-mylèneThéâtre de Fontblanche, Vitrolles

Mise en scène de Benoît Lambert

Trouvé sur internet :


 Jacques et Mylène, c’est une histoire d’amour, un drame, un feuilleton, une farce, une série B, une épopée, une tendre chronique familiale, un mélodrame, une pièce érotico-médicale, une comédie foisonnante de situations cocasses : harcèlements, viols, meurtres, suicides...
Jacques (Philippe Nicolle) et Mylène (Ingrid Strelkoff) c’est aussi une pièce pédagogique, où l’on apprend à faire un budget avant de se mettre en ménage, à soigner un phlegmon gingival ou à valider sa carte orange avant de se suicider... Jacques et Mylène, c’est surtout la revisitation par Gabor Rassov de l’univers archi - conventionnel du théâtre de boulevard, auquel il fait subir les derniers outrages. C’est le vaudeville revu par un punk ! Loin des spectacles de troupe ou de bande qui ont fait leur réputation, les 26 000 s’engagent ici dans un théâtre de poche qui n’enlève rien à leur folie coutumière ni à leur humour ravageur, bien au contraire. À eux deux, Ingrid Strelkoff et Philippe Nicolle incarnent avec délectation, en se métamorphosant joyeusement, les sept personnages de cette comédie de moeurs qui allie la modernité au kitsch, la tradition au trash, la finesse à l’indélicatesse. Cela ose délibérément frôler le mauvais goût et le mauvais genre mais c’est tellement provocant et jubilatoire qu’on en redemande ! Pour la mise en scène, ils ont fait appel à Benoît Lambert, et ensemble, ils ont plongé dans cet univers délirant qui pulvérise toutes les règles sociales et s’amuse à jouer avec les tabous. Une expérience hilarante, qui est aussi un hommage aux joies du théâtre.


 J'ai vraiment beaucoup aimé cette pièce complètement délirante et j'ai bien compris (après en avoir été préalablement déçue) le choix de faire jouer des poupées-mannequins à la place des quatre acteurs manquants. Certaines scènes auraient été insoutenables d'indécence si elles avaient été jouées par de vrais acteurs. Elles permettent même une sorte de froideur qui font ressortir l'absurdité grotesque des situations qui peuplent ces fictions et autres soaps operas qui flattent nos plus vils instincts.