Chappie-Final-Poster-570x844Dans une Afrique du Sud dystopique et binaire du futur, la société est partagée entre un underground punk et une face réactionnaire et obsédée par la sécurité. Ce sont des robots qui font office de policiers ; plusieurs reviennent dans des états absolument lamentables. L'un d'eux devrait être mis hors-circuit, car sa batterie ne pourra plus se recharger, et un inventeur génial se sert de cet exemplaire pour vérifier une intuition scientifique : donner une sorte de sens moral, d'affectivité à un robot. Hélas, il se fait dérober cette invention, tout à fait par hasard, par une groupe de délinquants dont un couple, qui a désespérément d'argent pour régler une dette avec un terrible gangster de la ville... Ils voient immédiatement l'intérêt d'avoir de leur côté un robot policier... Sauf que Chappie est un "bébé-robot" auquel il faut tout apprendre et aussi attachant qu'un petit enfant, et il prend le couple de petits truands comme parents.


Rien de vraiment très neuf dans ce récit : il y a du Dr Frankenstein dans le créateur de Chappie, dont la créature le renie également quand elle perçoit le narcissisme à la place de l'amour inhérent à l'acte de création. Il paraît - pour ceux qui l'ont vu, dont je ne suis pas - qu'on trouve également de grands liens avec Robocop ou d'autres films du même acabit. Un peu d'hémoglobine pour les amateurs de Terminator, et le tour est joué, avec un happy end très tiré par les cheveux, mais nécessaire au bonheur d'un gentil robot ! Des passages très amusants.