hygiene-assassin

Relecture de 2003 où j'avais seulement écrit : "Duel jubilatoire".


Prétextat Tach est un vieil écrivain "que personne ne lit", mais qui a été Prix Nobel de littérature ; il est mourant. Sa personnalité, sexiste, fascisante, malsaine, misanthrope est une rude épreuve en même temps qu'un honneur pour les journalistes qui se pressent pour recueillir ses dernières interviews. Il s'y livre avec une réticence affectée et les met au supplice... jusqu'au quatrième, inattendu...


Pour moi, c'est le meilleur roman d'Amélie Nothomb. On y trouve ses mythologies les plus réussies : l'obèse intempérant et dangereux sexuellement, les fantaisies alimentaires, un héros isolé dans ses manies et sa routine, les affrontements sous forme de duels verbaux où chaque énormité virtuose reçoit un coup de fouet ironique. Le langage est leste, parfois si leste qu'ayant oublié le langage extrêmement cru de Tach, j'ai été au supplice de l'avoir donné à lire à des Lycéens. Eux étaient ravis et en redemandaient, mais j'ai eu peur jusqu'au bout des réactions de leurs parents, qui les voient souvent bien plus innocents verbalement et moralement qu'ils ne le sont.

L'interview d'Amélie Nothomb me fait penser à celle de Prétextat Tach, à ceci près qu'elle se montre aussi charmante qu'il est odieux. Il y a une théâtralité qui m'interroge.

Autre relecture de Nothomb : Le Journal d'Hirondelle, repris le 19/11/2015 et que j'avais lu en novembre 2009.