huisclosRelecture.

Joseph Garcin, un journaliste pacifiste d'un pays d'Amérique du sud, est emmené dans un salon. Mort fusillé depuis peu, et sans illusions sur sa place dans l'au-delà, il s'attendait à une salle de torture infernale et se trouve un peu surpris par le caractère innocent des lieux. Il est tour à tour rejoint par Inès, qu'on appelait déjà de son vivant une "femme damnée", et par Estelle, quelque peu perturbée et dans le déni des raisons qui l'amènent en enfer. Quelques interactions et frictions plus tard, l'évidence tombe : "l'enfer, c'est les autres."


Très belle pièce existentialiste, bien construite, que j'ai eu plaisir à relire mais dont j'avais gardé un souvenir vraiment précis. Il m'a juste semblé, cette fois, que la passion aride et brûlante d'Inès, surhumaine, démoniaque au sens propre, la rendait suspecte et risquait d'altérer le propos athée de Sartre.

Bande-annonce de la mise en scène de la Cie Boskapok.