neverwhereCopie de la 4ème de couverture de l'édition J'ai lu :

Londres, un soir comme tant d'autres. Richard Mayhew découvre une jeune fille gisant sur le trottoir, l'épaule ensanglantée. Qui le supplie de ne pas l'emmener à l'hôpital... Et disparaît dès le lendemain.

Pour Richard, tout dérape alors : sa fiancée le quitte, on ne le connaît plus au bureau, certains, même, ne le voient plus...

Le monde à l'envers, en quelque sorte. Car il semblerait que Londres ait un envers, la "ville d'En Bas", cité souterraine où vit un peuple d'une autre époque, invisible aux yeux du commun des mortels. Un peuple organisé, hiérarchisé, et à la tête duquel les rats jouent un rôle prépondérant.

Plus rien ne le retenant "là-haut", Richard rejoint les profondeurs...


En découvrant le monde du BookCrossing, j'ai immédiatement entendu parler de cet auteur qui était chaleureusement soutenu sur le forum 17 en 2006. J'ai acheté dès que l'occasion s'est présentée dans une librairie, ce volume, qui était encore neuf quand je m'y suis mise il y a quelques jours. Le moins que l'on puisse dire est que je ne suis pas très fan des ambiances underground cruelles, fussent-elles colorées de fantastiques (je me remets encore péniblement du Jeu de la damnation auquel les premières pages m'ont fait penser). Mais cela se révèle en fait rapidement différent, intéressant, parfois même amusant, grâce au personnage fantoche, épique bien malgré lui, de Richard auquel nous nous identifions dans la stupeur qu'il ressent devant ce monde nouveau qu'il découvre.

J'ai été assez frappée du côté très graphique, à l'esthétique très précise du roman et je n'ai pas été surprise de découvrir après coup, en recherchant une illustration pour ce billet, que Gaiman en avait d'abord écrit un scénario de série d'urban fantasy, pour la BBC, puis qu'il en avait écrit une version romanesque. Au vu des dates, je pense que J.K. Rowlings s'est largement inspirée des scènes de quais et des mélanges mythologiques. Je n'ai pas non plus été étonnée d'apprendre de Gaiman a collaboré avec Terry Pratchett pour Good Omens.

Un très bon roman où j'ai apprécié les rebondissements (avec une ou deux invraisemblances pour ménager la surprise) et les scènes spectaculaires !

Citations :

  • - (...) On ne pas peut atteindre le marché par un autre passage ? (...)
    - On peut se rendre directement à l'endroit où il se tient, répondit-elle. Mais le marché ne serait pas là.