artSerge, Marc et Yvan sont de vieux amis. Quand Serge, dermatologue, décide de se ruiner pour acquérir une toile d'Antrios (une sorte de Malevitch avec son "Carré blanc sur fond blanc"), Marc qui déteste l'art abstrait, prend très mal que Serge s'affranchisse de son aval. Chacun tente de gagner l'appui d'Yvan, qu'ils savent malléable. La plasticité même de ce dernier finit par se retourner contre lui, et la sortie qu'ils ont tenté de faire tous les trois tourne au règlement de compte.


Je connais bien la pièce telle qu'elle a été créée avec Arditi, Luchini et Vaneck, que j'ai vue plusieurs fois, mais je n'avais jamais lu le texte en entier. Il me semble que ce dernier met mieux en avant toute l'ambiguité d'Yvan. En réalité, sa complaisance n'est pas hypocrisie : il s'exprime juste de manière assez vague pour qu'on puisse tourner ses propos en sa faveur, même s'ils ne le sont pas. C'est une excellente analyse des rapports "amicaux" même si je doute que dans la réalité, quelqu'un puisse avouer à un ami que ce qu'il aime chez lui, c'est sa révérence à son égard.