L'essai de Guillebaud sera probablement le dernier billet de ce blog, en tout cas, à coup sûr ma dernière note de lecture ici.

Au moment de bloguer La Part des ténèbres de Stephen King, ça me paraît évident.

Je n'arrêterai évidemment pas de lire, mais de m'imposer ce qui devient un pensum, d'écrire à toute allure, immédiatement, tout ce que je veux en dire, pour quatre ou cinq internautes susceptibles de venir lire... puis découvrir peu après, voire trop longtemps après, que le délai court et la publication instantanée m'avaient fait accoucher de textes à la syntaxe parfois approximative, de celle qui a travaillé son texte à chaud, sans le laisser reposer. Et à viser l'exhaustivité et la synthèse définitive, je vise trop haut par rapport au temps que je m'accorde. Qui voudrait d'une course effrénée à l'échec inévitable ?

Si je continue à chroniquer des spectacles, des expos, ça n'empêchera aucun des problèmes susdits, mais j'aurai beaucoup moins souvent à écrire...

fin-du-blog

Bel été, belles lectures à vous !