Tanguy-le-RetourTanguy rentre de Chine avec Zhu, sa fille de quinze ans, incroyablement précoce et gentille : Meï Lin est partie avec un autre homme et n'a plus donné aucune nouvelle. Tout d'abord effondré, Tanguy est réconforté par le confort du nid, par l'irresponsabilité relative que lui permet de goûter la situation d'homme déprimé, les bons côtés du célibat sans solitude achèvent de le consoler... Mais il omet d'en faire part à ses parents qui, tout de même, au bout de trois mois, commencent à avoir des impressions de déjà-vu...


On prend les mêmes et on recommence ? Oui, avec quelques gags semblables en clin d'oeil, bien sûr, mais on tient compte de beaucoup de choses : la présence d'une petite fille eurasienne, très docile et dévouée, le vieillissement des parents, et la leçon finale n'est pas du tout la même. Certes, quand on est jeune et en bonne santé, c'est sympa d'être un couple à l'aise dans son chez-soi cossu avec ses amis... Mais est-ce que ça dure toujours, ne serait-ce que le fait d'être deux ?... C'est avec cette idée que le spectateur repart, mais pas les époux Guetz. Dommage pour eux !

Bande-annonce.

Vu en avant-première.