26 août 2019

Quatre pièces de Jean Giono

Le bout de la route : 20 août 2019 Cacophonie énorme dans les premières répliques. Certes, Giono allait peu à Paris, mais il est évident qu'il connaissait son théâtre contemporain et on pense très fort à la poésie des répliques du théâtre de Giraudoux en lisant les échanges artificiels mis dans la bouche de villageois d'un hameau si perdu qu'il pourrait s'appeler Dogville, aussi artificiels que des bucoliques, dans un autre style ; mais les comparaisons s'arrêtent là. Le mystère est grand sur l'avenir de Jean. La fin est frappante,... [Lire la suite]

20 août 2019

"L'Oeuvre sans auteur" (Das Werk ohne Autor) de Florian Henckel Von Donnersmarck (2019)

J'ai couru voir ce film chaleureusement recommandé par une amie et je suis convaincue d'avoir assisté à la projection d'un chef-d'oeuvre ! 3H08 qui sont passées plus vite que bien des films que 2H que j'ai pu voir et c'est probablement le meilleur film que j'aie vu cette année. J'ai ri en voyant le nom du réalisateur sur le générique de fin (j'y suis allée avec foi et à l'aveuglette) : évidemment ! évidemment, cela devait être lui ! Kurt Barnert, enfant (Cai Cohrs) qui veut devenir peintre quand il sera grand, vit près de Dresde... [Lire la suite]
19 août 2019

_L'Homme de Londres_ de Georges Simenon (1976)

A Dieppe, Louis Maloin, un aiguilleur du port assiste à une lutte entre ce qui s'avérera deux malfaiteurs pour une valise : l'un tue l'autre et la valise tombe au fond du port. Maloin fait du bruit, ce qui fait fuir le meurtrier, et va repêcher la valise, qui contient une somme colossale... Il décide impulsivement de la garder et ne donne pas l'alerte... Mon premier "Simenon" ! Il était temps ! Ce court roman que j'hésiterais à qualifier de policier, tant l'intrigue a des ressorts psychologiques, est très étonnant. J'ai cru... [Lire la suite]
13 août 2019

_Ce nom qu'à Dieu ils donnent_ de Guillaume de Fonclare (2019)

Guillaume de Fonclare écrit bien, je le savais, je l'ai déjà écrit : l'écriture est contemporaine sans maniérisme moderne, simple et châtiée, avec des images à l'avenant qui verdissent et rafraîchissent sa réflexion. En effet, c'est à une quête spirituelle que lui, "l'athée militant", nous convainc, à la faveur d'une expérience de joie qui l'emmène malgré lui vers un agnosticisme (pas forcément la version "molle" de l'athéisme, contrairement à ce que l'on croit, mais c'est moi qui le dis). Bien entendu, ayant lu Pascal, comme... [Lire la suite]
12 août 2019

"Yuli" d'Icìar Bollaìn (2018)

A Cuba, Yuli est le petit dernier d'une famille "mixte", d'un père d'origine africaine et d'une mère "hispanique". L'enfant se complaît à danser le hip-hop en compagnie de ce que son père estime être des voyous. Il a aussi bien perçu que son fils avait du talent et que le talent était le seul moyen pour l'enfant d'échapper à la pauvreté dans laquelle sa famille et sa condition d'enfant de couleur l'avaient mis. Cuba offrait une éducation gratuite dans une école de danse pourvu que l'enfant ait les capacités physiques de suivre les... [Lire la suite]
12 août 2019

"Noureev (Le Corbeau blanc)" de Ralph Fiennes (2019)

Rudolph Noureev (Oleg Ivenko, parfait) est un "corbeau blanc", un jeune homme au tempérament explosif, qui travaille inlassablement pour atteindre la perfection et ne pas se contenter de la fameuse "énergie" russe. Il est souvent filmé dans le costume du "Spectre de la Rose", ce qui permet d'insister sur le fait qu'il est, dans l'histoire de la danse, l'héritier du phénomène Nijinsky. En même temps qu'on le voit arriver à Paris avec les ballets du Kirov, le film fait un montage avec son parcours et des images en noir et blanc censées... [Lire la suite]

11 août 2019

"La la land" de Damien Chazelle (2016)

Cinéma en plein air, sur la plage des Marettes de Vitrolles, en été... Conditions hédoniques que des moutards mal élevés (pas élevés du tout si j'en crois l'ectoplasme de sexe femelle qui avait choisi pour babysitter l'eau nocturne de l'étang pendant qu'elle se consacrait entièrement au visionnage du film) ont assez contribué à transformer en seuil d'enfer... Mais le film en lui-même n'a pas du tout retenu mon attention : ni la musique, ni l'esthétique, ni le scénario, ni les personnages n'ont à aucun moment éveillé le besoin de... [Lire la suite]
09 août 2019

_Notre-Dame de Paris_ de Victor Hugo

France Culture a chassé celui qui avait offensé le Prince mais nous offre l'adaptation radiophonique du roman de Victor Hugo par Michel Bouquet, et ce fut un régal (inachevé : épisode 32 sur 49), malgré le côté un peu daté du jeu. Relecture du 5 juin 1995.
08 août 2019

_Le Porteur d'histoire_ d'Alexis Michalik (2012)

Voilà une petite pièce en édition scolaire qui ne me disait trop rien. Et voilà qu'en préparant mes cours et en "séchant" sur les lectures cursives à donner, j'aperçois sur la couverture : "Nouveau Bac 2nde - 1ère". Allez, on ne va pas refuser une petite aide (ni quelques heures de lecture dont on dira crânement : "J'ai bossé toute la journée"). Et me voilà plongée dans une comédie très improbable, dont je me suis demandé immédiatement (réflexe pavlovien issu des anciens programmes) comme diable ça pouvait être mis en scène : les... [Lire la suite]
07 août 2019

"Yesterday" de Danny Boyle (2019)

Un jour, un phénomène de panne d'électricité perturbe le champ du monde entier. Heurté à cette occasion par un bus, un auteur-compositeur britannique courant en vain après un succès même modeste, Jack Malik (Himesh Patel) se réveille dans un monde où beaucoup de choses qui appartiennent à la culture mondialisée ont disparu (je ne donne pas d'exemples pour ménager les rares vrais gags du film)... notamment les chanteurs britanniques au succès planétaire : les Beatles ! Il le découvre en jouant une mélodie qui sidère tous les... [Lire la suite]