5277092Je suis allée voir ce film à reculons, même et surtout quand j'ai vu que Grand Corps Malade en était le co-scénariste. Quand une célébrité du show-biz parle de l'école du point de vue des adultes, c'est malheureusement d'un point de vue d'élève, soutenu par des souvenirs lointains, plus ou moins teintés de parano, d'élèves...

Et, effectivement, quand j'ai vu la journée de pré-rentrée qui semblait se borner à la distribution d'emplois du temps à de vieux ados grincheux, dans un nombre presqu'aussi faible que dans un conseil de classe, j'ai failli sortir ou réactiviter mon smartphone pour faire autre chose. L'accusation de renvoyer les élèves de classe "pour un oui ou pour un non", là, vraiment, non, c'est déloyal ! Renvoyer les élèves de cours nous déconsidère auprès de tous, c'est un échec, on n'en use que lorsqu'il n'est plus possible de travailler ensemble en présence de l'élève, et j'imagine que dans certains établissements, dans certaines classes, avec certains élèves complètement à côté de leurs pompes et de la raison, cela peut arriver régulièrement.

En réalité, très vite, non seulement la vision s'affine, se précise, gagne en crédibilité, mais en plus, même le "méchant prof" est montré en souffrance, ses arguments ne sont pas complètement irrecevables. C'est juste que, tout en ayant raison, la sanction qu'il demande, qui est méritée, ne peut pas aider l'élève... et là, ce niveau de réflexion-là, il est rare qu'on l'atteigne, ou que ce soit. La Vie scolaire, les enseignants, la direction et même les parents d'élèves, sont pris dans un système où, que l'on punisse la faute ou qu'on se montre clément, on aggrave la situation, la punition n'est pas plus éducative que le laxisme ! (reste l'éducation non-violente, mais ça n'est possible qu'en effectifs minuscules et on n'en prend vraiment pas le chemin...)

Les élèves qui s'en sortent dans le film sont ceux qui ont vraiment envie, que le savoir amuse, stimule jusqu'à imposer l'air de rien une régularité dans l'effort comme dans l'attitude. L'encouragement de l'adulte joue, mais n'est pas la seule chose. On voit bien que les encouragements de Samia (splendide Zita Hanrot) ne produiront pas de fruit avec les à-quoi-bonistes.

Le personnage de Yannis (Lima Perron) est emblématique, touchant, j'espère qu'on reverra ce jeune acteur.