romans, essais, textes de théâtre, bandes-dessinées, mangas, scenarii, poèmes, documents, audio-books...
01 janvier 2018

Défi Bingo 2018

Croquignolle propose encore cette année le Défi Bingo 2018, inspiré de Babelio. Voici les niveaux : NIVEAU ÉTAIN : 10 livres lus NIVEAU PORCELAINE : 20 livres lus NIVEAU PERLE : 30 livres lus NIVEAU ÉMERAUDE : 40 livres lus NIVEAU OR : 50 livres lus NIVEAU DIAMANT : 60 livres lus NIVEAU PLATINE : 70 livres lus NIVEAU CHÊNE : 80 livres lus Voici les catégories : 1. Un roman issu des littératures de l'imaginaire : D'une flamme qui ne s'éteint pas, de David Castella, L'Arbre des possibles, de Bernard Werber2. Un roman "young... [Lire la suite]
Posté par DonaSwann à 12:00 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags :

23 juin 2018

_Les Bonnes_ de Jean Genet (1947)

J'avais connu Jean Genet grâce à la mise en scène, au théâtre de La Criée, des Paravents, par Marcel Maréchal, et compris sa sulfureuse portée. Plus tard, j'ai connu sa biographie étonnante ; mais Les Bonnes, ce célèbre drame du XXème siècle, m'avait paru trop artificiel. Fondée sur un fait divers (les soeurs Papin assassinant sauvagement leur maîtresse) et une chanson de Cocteau, Jean Genet a imaginé un jeu entre deux bonnes, Claire et Solange. Une sorte de jeu de rôle où l'un d'elle joue leur maîtresse et l'autre se soumet à elle,... [Lire la suite]
22 juin 2018

_L'Arbre des possibles et autres histoires_ de Bernard Werber (2002)

Quand j'ai vu combien il se lisait facilement, j'ai fait remonter ce recueil de nouvelles - maintes fois perdu et retrouvé en treize ans de pàl ! -, malgré l'urgence de mes autres lectures et travaux professionnels. Compagnon de migraine et de spasmophilie. Malgré cela, je l'ai vraiment beaucoup aimé. "Apprenons à les aimer" : Quand les humains sont des animaux familiers... "Le règne des apparences" : Un étrange phénomène visuel affecte la vision du monde du héros... "Fragrances" : microcosme et macrocosme... Hilarant ! "Celle... [Lire la suite]
21 juin 2018

_Pluie et Vent sur Télumée Miracle_ de Simone Schwarz-Bart (1972)

Télumée Louganor, une Guadeloupéenne sans époque, nous raconte d'abord l'histoire matriarcale (essentiellement) de sa famille, puis sa propre histoire. Elle descend de femmes qui ont connu l'amour mais ont été souvent/longtemps seules, des femmes belles  alternant force et faiblesse, dans un environnement luxuriant, à la fois pernicieux et bon enfant. Je découvre ce roman pour des raisons professionnelles et il m'a irrésistiblement fait penser, comme un double solaire, aux romans haïtiens de Marie Vieux-Chauvet. Mais, comme je... [Lire la suite]
14 juin 2018

_Fin de partie_ de Samuel Beckett (1957)

Heureusement qu'au milieu de journées qu'il me faudrait à trente-six heures pour caser tout ce qu'il faut faire - et qui ne le sont pas, un nouvel impératif arrive, qui est celui de lire. Faute de pouvoir reprendre le sport à la faveur du dégagement de mes heures de cours au profit de la préparation à l'examen, c'est ce dernier qui m'impose de lire (ou de relire) les livres au programme de mes candidats d'oral. Me voilà donc aux prises avec Fin de partie, que je croyais avoir lu... Que j'ai peut-être lu, mais dont je ne me souvenais... [Lire la suite]
Posté par DonaSwann à 09:04 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
27 mai 2018

_La Chambre des officiers_, de Marc Dugain (1998)

J'ai longtemps associé le titre de ce roman à la Guerre de Sécession, à tort. Je le lis après Au revoir, là-haut, chronologiquement postérieur. Adrien part à la guerre et, pratiquement sur le quai d'une gare, il s'éprend d'une jeune femme éplorée qui vient de laisser partir son fiancé, pianiste, Clémence. Ils ont une brève liaison qui doit rester sans lendemain, mais il sent que cette femme doit jouer un grand rôle dans sa vie. Or il une "marmite" explosive le défigure à la guerre dans ses commencements, et il la passe toute entière... [Lire la suite]

12 mai 2018

Lettres persanes etc.

Relecture des Lettres Persanes, de Charles-Louis de Secondat de Montesquieu (1721) C'est un roman épistolaire que j'ai déjà lu, il y a très longtemps, intégralement, et dont je relis quelques lettres de temps en temps, quand c'est nécessaire. L'inconvénient est qu'on en perd l'impression globale, avec laquelle j'ai enfin renoué. J'ignore ce qu'en pensent mes Lycéens, mais j'ai été surprise de lire ces lettres, pourtant denses parfois, d'un point de vue stylistique et argumentatif, avec autant de plaisir ! Usbek et Rica, leurs... [Lire la suite]
08 avril 2018

_La Mémoire fantôme_ de Franck Thilliez (2008)

Lucie est enquêtrice dans le Nord-Pas-de-Calais. Un jour, une mathématicienne qui perd ses souvenirs à mesure qu'elle les vit, lui est amenée alors qu'elle était chez elle. Elle a un message entaillé dans les paumes des mains, annonçant le retour d'un certain "Professeur" et on découvre d'autres messages entaillés sur son corps, témoin de sa peur (ou de celle de quelqu'un) de risquer d'oublier ce qu'elle vient d'entendre. D'après les premiers éléments, elle est l'égérie autant que la vedette d'un programme informatique permettant une... [Lire la suite]
28 mars 2018

_Les Petites victoires_ d'Yvon ROY (2017)

Le narrateur, dessinateur de BD, et Elianne s'aiment, ils veulent faire un enfant. Ce dernier arrive, Olivier est une petite merveille. Mais un jour, même sans être psycho-motricien, l'évidence saute aux yeux : Olivier ne parle pas, ne réagit guère, ne regarde pas dans les yeux. Le diagnostic arrive : l'enfant est autiste. Le couple se déchire, se sépare. Une fois le deuil de la relation, et celui de l'enfant de ses rêves fait, le narrateur trouve la force de vivre avec cet enfant et de répondre, voire anticiper, ses besoins. Cet... [Lire la suite]
Posté par DonaSwann à 20:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
25 mars 2018

Carmen, de Prosper Mérimée (1845)

Le narrateur rencontre Don José, un gentilhomme basque déchu, devenu un redoutable contrebandier, avant son exécution par garrotage. Ce dernier lui raconte qu'à l'origine de son malheur se trouve une passion malheureuse, jalouse, mal rendue, pour une gitane, Carmen, qui vit dans une liberté absolue, c'est-à-dire qu'elle choisit ses entraves. Il lui en fait le récit. Mérimée, pas très heureux en amour lui-même, parvient à nous transmettre ce sentiment que nous éprouvons toujours quand une personne nous raconte ses déboires amoureux... [Lire la suite]