08 août 2009

_La Fugitive (Albertine disparue)_, de Marcel PROUST (1927)

Relecture. Après "La Prisonnière", qui m'avait enthousiasmée, ce bref tome, d'une mauvaise foi pleurnicharde et qui fait rentrer par la porte le snobisme qui était sorti à mon grand soulagement par la fenêtre de "Sodome & Gomorrhe", courait presque à coup sûr le risque de me décevoir. Le Narrateur y disserte un peu plus profondément sur les racines de sa jalousie et de son amour, avec une sorte d'inconscience mêlée de lucidité remarquable.J'ai été très déçue par son voyage à Venise, magnifiquement annoncé par le tome précédent,... [Lire la suite]
Posté par DonaSwann à 21:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

05 août 2009

_Le Cabinet d'amateur_, de Georges PEREC (1979)

Entendons-nous : je rappelle avoir déjà écrit ici que je n'évaluais pas exclusivement la valeur littéraire d'une œuvre mais le plaisir que j'avais eu à la lire.Bien loin des alléchantes critiques de la 4ème de couverture qui rendent justice à l'aspect littéraire (jeux de miroirs, etc.), je me suis ennuyée à périr en lisant cet ensemble de paragraphes plus à leur place en notes de bas de page dans un Master 2 que dans un roman. Le plus intéressant est le dernier paragraphe, qui explique toute la mise en abyme :" Des vérifications... [Lire la suite]
Posté par DonaSwann à 21:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
02 août 2009

_Le Livre de ma mère_, d'Albert COHEN (1954)

Albert Cohen, après la mort de sa mère, utilise l'écriture pour exprimer son chagrin, ses remords de fils trop aimé mal aimant, et sa stupeur devant la cruauté et l'absurdité de la vie et de la mort. C'est également un moyen de rester encore un peu en présence de sa mère, d'évoquer son amour inconditionnel, son dévouement incomparable, ses mimiques et ses manies, ses qualités et ses défauts... "On revient toujours gueuler sur la tombe de sa mère comme un chien abandonné", écrivait Romain Gary dans La Promesse de l'aube, pour dire... [Lire la suite]
Posté par DonaSwann à 22:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
01 août 2009

_Marcovaldo ou les Saisons en Ville_, d'Italo Calvino (1963)

Une série de petites histoires simples et étonnantes. Marcovaldo est un petit employé pauvre et couvert de dettes, avec charge de famille. Il est à l'affût des morceaux de nature que l'urbanisme n'a pas réussi à chasser et en même temps, sa pauvreté l'empêche d'aller à la rencontre de la "vraie nature", rencontre qui, pour l'un de ses fils, s'avèrera impossible. Chaque anecdote est sympathique mais j'ai particulièrement aimé les derniers textes à partir du "lapin vénéneux".
Posté par DonaSwann à 22:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
26 juillet 2009

_Le Complot contre l'Amérique_, de Philip ROTH (2004)

Un narrateur nommé Philip Roth, enfant, découvre ce qui se serait passé si Charles Lindbergh, le grand aviateur chéri des U.S.A., mais pas complètement hostile au nazisme, en tout cas, beaucoup moins hostile envers la dictature hitlérienne qu'envers les juifs, avait remporté les élections en 1940 à la place de Roosevelt.On s'aperçoit comment on forme des idiots utiles se tournant contre leur propre camp en tenant des propos ambigus, comment le culte de l'image personnelle est exploité, comment on discrédite l'opposition, et comment... [Lire la suite]
23 juillet 2009

"La Prisonnière", _A la recherche du temps perdu_, Marcel PROUST (1925, posth.)

Le Narrateur a décidé d'installer Albertine, cette vision sauvage, mystérieuse, moqueuse, fuyante, séductrice, arrachée à Balbec et ses amours féminines, pour être placée ainsi qu'une œuvre d'art à connaître, dans le secret d'une des chambres de son appartement.Le tête-à-tête amoureux tourne mal... l'expérience de la fusion amoureuse, tout en s'opérant (ainsi qu'on finit par le comprendre à la fin quand Albertine devient Venise) se révèle une impossible tentative d'emprise de l'un sur l'autre, alors même que l'autre tente de se donner... [Lire la suite]
Posté par DonaSwann à 20:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

07 juillet 2009

_Comédie sur un quai de gare_, de Samuel Benchétrit (2001)

Offert par B. pour Noël 2008. Merci !                                                             4ème de couv' : "Sur le banc de gauche, est assis Charles. La soixantaine passée. Il est habillé d'un pantalon en velours marron, d'une chemise à carreaux marron et d'un gilet en laine marron. A ses pieds, une valise. Il regarde devant... [Lire la suite]
Posté par DonaSwann à 20:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
07 juillet 2009

_Le Club des philosophes amateurs_, d'Alexander McCall Smith (2006)

Il existe à Edimbourg un Club des philosophes amateurs, dont la présidente, Isabel Dalhousie assiste à un accident (meurtre ? suicide ?) : un jeune homme tombe d'un balcon pendant un opéra, et meurt. Elle va chercher à comprendre Lecture sympathique, délassante et j'en avais bien besoin. L'écriture m'a déroutée : on dirait que l'auteur est en train de se lancer dans une trame narrative très complexe et il ne fait qu'ouvrir autant de fausses pistes.Ceci dit, lesdites pistes étant source de questionnement et de bavardage type "small... [Lire la suite]
Posté par DonaSwann à 12:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
06 juillet 2009

_Où on va, papa ?_, de Jean-Louis Fournier (2008)

Un très beau récit d'un père qui ne veut pas que tout ce qu'il reste de ses fils "soit une photo sur une carte d'invalidité". Alors il raconte, à travers des jeux temporels en avant, en arrière, comment on découvre qu'on est père d'un handicapé, puis de deux, comment on tombe dans l'humour noir qui met mal à l'aise, ou qu'on fait le clown par politesse, pour amuser la galerie. J'ai beaucoup aimé l'histoire et n'ai fait attention qu'après coup que c'était l'auteur qui lisait l'histoire : c'était vraiment bien lu. Au début, j'ai été... [Lire la suite]
Posté par DonaSwann à 12:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
02 juillet 2009

_Le Roi des aulnes_, de Michel Tournier (1970)

Abel Tiffauges sent poindre dès l'âge du pensionnat une vocation étrange, qui semble être celle d'un ogre. Mais entre la réalité de l'Allemagne nazie et le monde enchanté des contes indo-européens, cette vocation sera celle de "la vocation maternelle de l'homme", la phorie.Abel échappe toujours de justesse aux pires injustices et malentendus, car son cas est aussi rare qu'inquiétant, mais le pire l'attend quand même, à la fin de la guerre... J'ai mis 100 pages à commencer à "entrer" dans le romain et décider que je pourrai... [Lire la suite]
Posté par DonaSwann à 19:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,