01 juillet 2016

"Ils sont partout", d'Yvan Attal (2016)

Un film par sketch illustre et démonte la plupart des clichés attachés aux juifs : "ils ont de l'argent", "ils s'entraident", "ils ont tué le Christ", "ras-le-bol de la Shoah", le "complot juif", etc. Même si on sent un tremblement de colère - et un peu de peur-, le propos est humoristique, le rire éclate souvent et le délire va crescendo, peut-être loin dans le délire, un peu à la manière des "Infidèles". On commence très fort par une rencontre avec la gentille connerie ordinaire et ça n'arrêtera plus. Un personnage récurrent, joué... [Lire la suite]

26 juin 2016

_Le Diable et le bon dieu_, de Jean-Paul Sartre (1951)

Goetz, un commandant d'armée, "bâtard" et revanchard, a décidé, au mépris tout accord antérieur, d'assiéger la ville de Worms. Il cherche à être le Mal absolu, il trahit, il massacre, il blasphème. Un prêtre poussé à la trahison, Heinrich, comprenant le complexe de supériorité (et donc d'infériorité) qui meut Goetz, lui donne à entendre qu'il a perdu d'avance la singularité dans le Mal et qu'il serait autrement plus inhumain de faire le Bien. Evidemment piqué, dans son orgueil, dans sa curiosité, Goetz relève le pari pour l'année à... [Lire la suite]
Posté par DonaSwann à 08:45 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,
23 juin 2016

_Fables choisies de Léonard de Vinci_ par François Peltier, peintre (2002)

Peltier a sélectionné quelques fables de Vinci qu'il met sur un fond de couleur précis et en regard d'un tableau.  Léonard de Vinci s'inspire d'Esope parfois et dans ce cas, ses modifications ne sont pas forcément pertinentes, je pense notamment à son récit sur un singe qui étrangle un oisillon. A relise un jour en italien. Cela tient parfois de l'aphorisme bien plus que de la fable. François Peltier réalise là un album de toute beauté, avec un classement par fond couleur à la fois saisissant et seyant mais il force parfois... [Lire la suite]
Posté par DonaSwann à 09:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
16 juin 2016

_Le Pavillon des enfants fous_, de Valérie Valère (1978)

La narratrice est une adolescente internée dans un service pédiatrique psychiatrique. Elle souffre d'anorexie mentale et ce qu'elle publie, deux ans plus tard, est le journal qu'elle a tenu. On y devine sa rancoeur envers sa mère qu'elle accuse de ne pas l'aimer profondément, de ne penser qu'à elle et d'être dérangée par sa maladie et non pas touchée par elle, le refus du monde tel qu'il est, de la petitesse des autres, contre laquelle la solitude lui semble le seul refuge possible.  Le texte est très répétitif. Valérie... [Lire la suite]
Posté par DonaSwann à 17:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
16 juin 2016

_Le Masque de Troie_ de David Gibbins

Un polar archéologique ! Trouvaille inespérée au milieu d'autres thrillers plutôt moins que plus attirants. L'auteur est professeur d'archéologie à l'Université de... qui plus est ! Alors, même si la quatrième de couverture avait toutes les raisons de m'inquiéter ("mélange de Dan Brown et d'Indiana Jones"), j'étais partie pour un périple d'abord alléchant. Hélas, effectivement, on retrouve l'ésotérisme de pacotille des Indiana Jones et de Dan Brown, l'ultra-facile carte du complot nazi et néo-nazi et des personnages tellement... [Lire la suite]
Posté par DonaSwann à 15:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
07 juin 2016

_L'Elégance du hérisson_, de Muriel Barbery (2006)

Dans le même immeuble bourgeois de la rue de Grenelle vivent les deux narratrices de ce roman. La première est la concierge Renée, veuve d'âge mûr, qui cache soigneusement derrière tout ce qu'elle croit être les attributs d'une concierge (remugles de nourriture infâme, échos d'émissions de télévision indigentes, fautes de syntaxe...) sa passion pour les questions philosophiques, la littérature russe et l'esthétique japonaise. La seconde est Paloma, pré-adolescente surdouée et perturbée, très occupée à se faire sous-estimer par ses... [Lire la suite]

01 juin 2016

_Allah n'est pas oblig_ d'Ahmadou Kourouma (2000)

Prix Renaudot, Prix Goncourt des Lycées, Prix Amerigo-Vespucci 2000. Un ancien enfant-soldat du Liberia, Birahima, nous raconte sa vie, un dictionnaire à portée de main. Dans un style entrecoupé de jurons locaux et de savantes définitions de mots qu'il n'est pas sûr qu'on comprendra, il nous raconte avec un mélange de feinte froideur et de véritable pitié, le malheur de pays déchirés par la superstition, la pauvreté et les guerres tribales. "Allah n'est pas obligé", titre mystérieux, se complète par "d'être juste", seul moyen de ne... [Lire la suite]
29 mai 2016

_La Plus-que-Vive_ de Christian Bobin (1996)

Relecture (plusieurs relectures depuis 1996). Christian Bobin a perdu sa compagne (?), Ghislaine, le 12 août 1995 d'une "pluie d'étoiles rouges", une rupture d'anévrisme. Elle laisse trois enfants, des quantités de personnes pour qui elle comptait, ses élèves, ses collègues, ses passions et un homme qui avait appris à bénir la vie depuis qu'il la connaissait et qui avait été tellement changé par cette amoureuse de la vie, cette passionnée, qu'il la bénit encore après son départ de cette vie. En réalité, Ghislaine est tellement... [Lire la suite]
27 mai 2016

_Caligula_ d'Albert CAMUS (1958)

Relecture. Après avoir perdu sa soeur-compagne Drusilla, l'empereur Caligula n'est plus le même. Il commence, au retour d'une sorte de fugue, par réclamer la lune à son ami, ancien esclave, Hélicon, et fait de Caesonia, son épouse (présentée comme une simple maîtresse dans la pièce) et assistante. Il va ensuite s'illustrer par des crimes gratuits, raffinés en cruauté mentale et physique, pousser tous les patriciens dans leurs retranchements jusqu'à leur donner l'envie d'une conjuration... laquelle est pratiquement espérée par... [Lire la suite]
Posté par DonaSwann à 16:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
25 mai 2016

_Le Diable au corps_, de Raymond Radiguet (1923)

Relecture. Le Narrateur a quinze ans au début de la guerre ; elle ne le concerne pas au premier chef, son père n'est pas mobilisé, pas d'oncle dans ce cas, lui-même évidemment, non plus... Il est ce qu'on appelle un jeune homme précoce : il est le seul à comprendre les allusions littéraires des professeurs, ces derniers sont seuls capables d'apprécier ses finesses et provocations, il fut aussi le seul petit garçon de son école assez dessalé pour fixer un rendez-vous à une petite fille en comprenant ce que cela impliquait de... [Lire la suite]