08 septembre 2018

"L'Âge d'or des ciné-clubs" d'Emanuela Piovano (2018)

Sid retourne dans le village des Pouilles où sa mère, réalisatrice et gestionnaire d'un cinéma, Arabella, vient de décéder. Lui n'a pas de bons souvenirs de son enfance, de ce groupes d'amis-amants duquel sa mère était la reine, le bourreau et la victime. La légèreté avec laquelle elle se moque de tout et gère par dessus la jambe lui arrive en plein visage avec des discussions avec son fantôme. Elle laisse une quantité de soucis financiers et de problèmes immobiliers dont il n'a absolument pas l'intention de s'occuper, au grand dam... [Lire la suite]

28 août 2018

"Une famille italienne" de Gabnriele Muccino (2018)

Titre italien : A casa tutti bene. Le titre français ne parle pas et, uyne fois que le film a parlé, je le trouve condescendant autant qu'inexact. Rien de typiquement italien dans ces enfants, neveux et petits-enfants convoqués par un couple âgé qui fête ses noces d'or à une fête de famille sur l'île (d'Ischia ?). La tempête qui les y bloque finit par faire affleurer tous les écueils perçus lors des premiers plans sur les personnages : le mari infidèle, l'ex-femme qu'on vite à l'égale de l'épouse en titre (ombrageuse, en plus), le... [Lire la suite]
26 décembre 2017

_Sentiments subversifs / Sentimenti sovversivi_ de Roberto Ferrucci (2010)

Voici un récit avec lequel j'avais rendez-vous depuis longtemps. Je l'avais acheté lors d'une soirée cinéma-conférence au Cinéma Les Lumières à Vitrolles. Draquila nous avait été projeté. A la fin du film, nous avons pu parler avec Roberto Ferrucci, journaliste (je ne sais plus si c'est au Gazzettino ou au Corriere Veneto) vénitien. Il nous a assuré, à nous Français qui aimions parfois comparer les vulgarités et sottises d'un Sarkozy à celles de Berlusconi, qu'il n'y avait pas de comparaisons et que, si c'était possible, il ferait... [Lire la suite]
25 novembre 2017

_La Femme aux fleurs de papier_, de Donato CARRISI (2012)

Au cours de la Première Guerre Mondiale, Joseph Roumann, médecin, est appelé par son commandant pour essayer de faire parler un prisonnier italien : si l'on connaît son nom et son grade, on pourra peut-être l'échanger ou empêcher un assaut. Une chose est certaine, l'homme, qui promet de ne dire son nom qu'à la fin de tous ses récits, est conteur. Il va nous emmener, en même temps que Roumann, à la rencontre de Guzmann, un homme dont l'histoire familiale dit l'inaccomplissement forcé de l'amour conjugal, d'un homme mystérieux qui a... [Lire la suite]
12 mai 2017

"Fiore" de Claudio Giovannesi (2016)

Daphne (Daphne Scoccia) a un père, Ascanio (Valerio Mastandrea, méconnaissable mais fascinant, vu pour la première fois dans Fai bei sogni) sorti de prison depuis peu qui vit son chômage chez une immigrée roumaine (Laura Vasiliu) pourvue d'un fils, Lele. Aucune mention, jamais, de sa mère. Elle s'est échappée d'un foyer et vit de vols (avec violence) de téléphones portables, squatte chez sa complice. Elle est un jour attrapée et atterrit en prison pour mineurs pour une année. Là, il y a une aile pour les garçons, une pour les filles.... [Lire la suite]
05 mars 2017

"Fais de beaux rêves" de Marco Bellocchio (2016) - Fai bei sogni

Massimo (Valerio Mastandrea), journaliste doué, fait des crises d'angoisse depuis qu'il est revenu d'un reportage de guerre à Sarajevo. Quand il était petit, sa mère (Barbara Ronchi) est morte brutalement. Une série d'invraisemblances, le fait qu'on refuse de lui laisser voir le corps, avaient entretenu l'idée qu'elle n'était pas vraiment morte. Ni les relations affectives (avec Bérénice Béjo, quand même, et une autre superbe jeune actrice dont je n'ai pas retrouvé le nom), ni son parcours professionnel ne l'ont guéri. Au contraire,... [Lire la suite]
Posté par DonaSwann à 18:04 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

23 février 2017

"Un Paese di Calabria" de Catherine Catella et de Shu Aiello (2016)

Documentaire.A Riace, un petit village, annobli par la découverte de bronzes antiques attestant des échanges jadis dans toute la Méditerranée, vivote au milieu de négoces qui ferment, voit sa jeunesse émigrer et ses maisons se délabrer et la 'Ndrangheta manger les restes. Le maire se bat contre cette organisation criminelle par idéologie et tradition familiale, sans se résigner à la désertification de son paese. Il songeait à réhabiliter les maisons vides pour les dédier au tourisme. Mais, il y a une quinzaine d'années, des réfugiés... [Lire la suite]
23 juin 2016

_Fables choisies de Léonard de Vinci_ par François Peltier, peintre (2002)

Peltier a sélectionné quelques fables de Vinci qu'il met sur un fond de couleur précis et en regard d'un tableau.  Léonard de Vinci s'inspire d'Esope parfois et dans ce cas, ses modifications ne sont pas forcément pertinentes, je pense notamment à son récit sur un singe qui étrangle un oisillon. A relise un jour en italien. Cela tient parfois de l'aphorisme bien plus que de la fable. François Peltier réalise là un album de toute beauté, avec un classement par fond couleur à la fois saisissant et seyant mais il force parfois... [Lire la suite]
Posté par DonaSwann à 09:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
24 avril 2016

_Bandini_ de John FANTE (1938)

Chronique de la vie d'une famille d'immigrés italiens dans le Colorado au début du XXème siècle, les Bandini. Svevo, le père, souffre du manque de travail lié à sa profession de maçon l'hiver : au-dessous de certaines températures, il n'est pas possible de construire quoi que ce soit qui tienne. Son épouse, fervente catholique, sentimentale et déprimée, le regarde avec adoration, mais se trouve brisée quand elle découvre son infidélité. Les trois enfants, fort différents, tentent de se construire dans la pénurie, les contradictions,... [Lire la suite]
15 mars 2016

_Mal de pierres_ de Milena Agus (2006)

En Sardaigne, après-guerre, la grand-mère de la narratrice voit fuir tous ses prétendants pour une raison qu'elle ignore ; on raconte que c'est parce qu'elle leur écrirait des lettres trop enflammées. Sa famille ne la comprend pas, dans le meilleur des cas, la maltraite, en ce qui concerne la mère, qui a honte d'elle. Arrive un homme, le grand-père, veuf, qui accepte de l'épouser, y compris à ses conditions que le mariage ne sera pas consommé : lui non plus, affirme-t-il, ne l'aime pas.Mais un jour, la jeune femme se donne à lui et... [Lire la suite]