20 juillet 2006

_L'Oiseau bariolé_, de Jerzy Kosinski (1965)

Un récit terrifiant de cruauté extrême et concentrée : je comprends que cette concentration ait pu pousser Latulu à mettre en doute sa véracité. Prévenue que le récit était autobiographique, j'ai, au contraire, bondi d'horreur régulièrement au cours de ma lecture. Les scènes sont insoutenables de cruauté raffinées, elles en sont oniriques.Ma question était : comment peut-on avoir vécu ces choses et avoir une affectivité normale ? la réponse arrive à la fin : on ne peut pas (ou pas tout de suite).Je me demande aussi comment des adultes... [Lire la suite]