03 décembre 2015

_Idylles_ Théocrite (290 avant J.-C.)

Ἄρχετε βουκολικᾶς, Μοῖσαι φίλαι, ἄρχετ᾽ ἀοιδᾶς.(Entonnez, Muses bien-aimées, entonnez un chant bucolique !) Cette lecture suit de beaucoup trop loin ma première et juvénile lecture des Bucoliques de Virgile, car je me suis toujours contentée des extraits mis en regard des textes de ce dernier. Et c'est bien fait pour moi : du premier coup d'oeil, la parenté m'a paru évidente et, bien entendu, incontournable : Thyrsis, d'accord... mais aussi la mort de Daphnis, chantée par Thyrsis... Evocation du père de la poésie bucolique... [Lire la suite]

24 avril 2015

_Chien de faïence_ d'Andrea CAMILLERI (1996)

Quand Tanu u Grecu, un gangster sicilien, vient solliciter secrètement le commissaire Montalbano pour qu'il l'arrête, ce dernier ne s'imagine pas que cela ne sera pas sa seule surprise, et que la série d'arrestations et de perquisitions qui s'ensuivront le mèneront sur les traces d'une très vieux crime, dont les victimes reposent dans une grotte secrète. Deux amants de l'époque de la 2ème guerre mondiale, nus et momifiés, sont retrouvés enlacés, entourés d'objets curieusement disposés et notamment un chien de faïence qui semblait... [Lire la suite]
04 janvier 2012

_La Fameuse invasion de la Sicile par les ours_, de Dino BUZZATI

Les ours en ont assez de leur vie fruste et retirée, au fond des grottes. La vie semble si douce, en plaine, parmi les hommes ! Le roi Léonce, dont le fils Tonin a été enlevé plusieurs années auparavant, caresse de rêve de l'y retrouver. Malgré une tentative de résistance humaine, les ours se retrouvent maîtres du pays et s'adjoignent l'aide du magicien De Ambrosis, aide qui sera forcément limitée, car sa baguette magique ne peut exaucer que deux voeux. Le magicien le sait bien et espère pouvoir garder un des deux pour lui-même... ... [Lire la suite]
Posté par DonaSwann à 17:04 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
21 juillet 2011

_Les Grands philosophes de la Grèce antique_, de Luciano De Crescenzo (1983)

Encore un utilitaire de mes études qui n'a jamais été complètement lu et auquel je m'attèle in extenso sur le tard. Comme le sous-titre l'indique, De Crescenzo (écrivain mais aussi acteur, metteur en scène italien) va traiter avec une légèreté qu'il revendique, de la philosophie grecque antique en partant des présocratiques jusqu'aux néo-platoniciens, en passant par les sophistes, Socrate, Platon et Aristote... Si le ton est léger, la matière est sérieuse et il n'est pas de page, me semble-t-il, où l'auteur ne cite pas ses sources,... [Lire la suite]
16 juin 2011

_Eldorado_, de Laurent GAUDÉ (2006)

Ce roman commence comme un recueil de nouvelles. Nous faisons d'abord la connaissance du Commandant Piracci, un garde-côte à Catane, qui intercepte les bateaux, voire les barques, remplies de clandestins, entre soulagement d'être arrachés à la dérive, la faim et la soif et la crainte d'être renvoyés à leur pays d'origine, un peu plus pauvres et humiliés qu'avant. Sa rencontre avec une femme désireuse de se venger du trafiquant de clandestins à l'origine de la mort de son bébé le fait basculer... Parallèlement, nous allons suivre le... [Lire la suite]
16 août 2010

"Melissa P.", de Luca Guadagnino (2006)

L'HISTOIRE Melissa est une collégienne romantique, flanquée d'une adorable meilleure amie boulotte, d'une douce et jolie maman, d'une magnifique et flamboyante grand-mère (Géraldine Chaplin, à tomber à genoux), mais, hélas, privée de la présence quotidienne de son père, qui travaille sur une plate-forme pétrolière.Melissa est amoureuse d'un de ses beaux camarades, Daniele, qui l'invite à une fête au bord de sa piscine, et quand il l'entraîne vers un bosquet pour, croit-elle, son premier baiser, elle se retrouve quasiment contrainte... [Lire la suite]
15 mai 2008

_Le Professeur et la Sirène_, de Giuseppe Tomasi di Lampedusa

Quatre récits, inégaux, comme ce qu'on peut trouver à titre posthume dans le tiroir d'un auteur. Ce qui m'a le moins intéressée était le descriptif des demeures d'enfance du prince de Lampedusa, détruites pendant la guerre ; lui-même était conscient de rassembler des souvenirs pour sa famille et lui-même et doutait que cela puisse intéresser qui que ce soit d'autre. Je n'ai pas du tout aimé "La matinée d'un métayer" (à quelques heures de distance, je serais incapable de résumer ce texte), un peu plus à "Le Bonheur et la Loi", court... [Lire la suite]