28 juillet 2019

_A l'agité du bocal_ et autres textes, de Louis-Ferdinand Céline (XXème siècle)

J'avais toujours précautionneusement limité ma connaissance de L-F Céline à Voyage au bout de la nuit, dont la lecture est éprouvante mais où je n'ai jamais flairé le moindre relent antisémite. Il m'avait même toujours paru que les tableaux les plus désenchantés de la nature humaine y étaient moins de la misanthropie qu'une immense pitié pour les souffrances des hommes, un roman de médecin des pauvres, qu'il fut. C'est donc uniquement encouragée par la série d'émissions magnifiques que France Culture consacre en ce moment à cet... [Lire la suite]

28 avril 2019

_La Menace_ de Yann Queffélec (1993)

Charlie est un petit garçon eurafricain qui a été adopté tardivement par un couple assez âgé. Leur fils Eric (Erik en costume de skin-head) est un jeune homme qui aimerait entrer dans l'armée, qui hait son frère adoptif, prétend avoir souhaité un Noir pour le tuer. L'enfant vit dans une atmosphère de menace, de danger de mort imminent qui le terrifie, mais moins que la perspective, maintes fois réitérée par ses parents adoptifs, de le remmener à l'Institution. L'écriture ne joue pas sur le pathétique évident, pourtant, de la... [Lire la suite]
12 avril 2019

"Green Book : Sur les routes du Sud" de Peter Farrelly (2019)

Le Green Book, c'est un guide touristique à l'usage des Afro-américains pour les Etats du Sud où tous les hôtels ne sauraient les accepter comme clients. Mais dans le Nord, tout n'est pas chaleureux ni dépourvu de préjugés. Tony Vallelonga, dit Tony Lip (Viggo Mortensen), père du scénaristede ce film, est un videur de boîte, brave homme un peu rugueux avec les gens, carrément intraitables avec ceux qui se mettent en travers de sa route ; raciste capable de mettre à la poubelle des verres dans lesquels des ouvriers noirs ont bu, j'aime... [Lire la suite]
23 mars 2019

_Le Meunier hurlant_ d'Arto Paasilinna (1991)

Gunnar Huttunen est un meunier qui s'installe dans un village et remet en état le moulin. Au début, les villageois sont contents, mais la manière dont ce meunier réagit aux émotions (en cas de mal-être, il hurle... la nuit, le plus souvent ; quand il est content, il imite des animaux) leur inspire une violente colère. Face à cette colère, ces injustices souvent, Gunnar réagit en brisant ou en jetant des objets. Il est alors interné ; outre la privation de liberté, le fait d'être éloigné d'une charmante conseillère... [Lire la suite]
29 janvier 2019

_La Mort à Venise et autres nouvelles_ de Thomas Mann (1913)

Le volume contient trois nouvelles sur la mort, les mourants. "Mort à Venise" (Der Tod in Venedig) - 1911 J'attendais avec impatience d'avoir l'occasion de lire ce livre... Je tenais à l'avoir lu avant de voir la célèbre version filmée de Luchino Visconti. Les résumés de ce dernier étant des formules réductrices comme "on voit Dirk Bogarde courir après un gamin dans tout Venise", ne faisaient guère envie, et notamment me laissaient envisager que je ne n'aurais plus envie du livre après avoir vu le film... Aschenbach est un homme... [Lire la suite]
25 décembre 2018

_Cake Walk_ de Michel Quint (1993)

Dans une zone du Nord, frontalière avec la Belgique, un narrateur nous raconte les faits familliaux dont il a été le témoin naïf ou désabusé de sa petite enfance à son adolescence, des relations passionnelles entre sa tante Margot et Noré, le mari d'une femme, Mélie, dont il était innocemment amoureux. Celle-ci l'a initié à la pâtisserie, à la danse, à la patience...  J'ai encore mis beaucoup de temps à entrer dans ce roman-là. J'avais oublié le style argotique et haché de Quint, intentionnellement relâché, je ne comprenais... [Lire la suite]
Posté par DonaSwann à 16:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,

18 octobre 2018

_L'Excès contraire_ de Françoise Sagan (1987)

Frédéric de Combourg est un très beau jeune homme, obsédé par la gente féminine et les plaisirs, au point d'en être capon, lâche : comment accepter de quitter tout cela en mourant ? Or, loin de la Saxe, il est en garnison dans Vienne où il "épuise tout un bordel" et écume les bals. Il suit chez elle une femme mystérieuse, Adèle Von Beld, mais apprend trop tard qu'elle est l'épouse du seul homme de Vienne qui ait le droit de se battre en duel... C'est son ami Wenceslas Von Fürtz qui le lui apprend et qui ajoute qu'en plus, Cornelius... [Lire la suite]
04 août 2018

Histoires à lire - Huit nouvelles (collectif)

Nous avons affaire à un recueil, dans lequel je m'étais déjà lancée jadis, contenant huit nouvelles de Mary Higgins Clark, Régine Deforges, Maurice Denuzière, Romain Gary, Patricia Highsmith, John Irving, Stephen King et Félicien Marceau. Sexisme mis à part, je n'ai pas aimé les nouvelles outrageusement sexistes, justement, de Higgins Clark et de Highsmith. Nous avons affaire à des femmes de conviction et d'initiatives, mais dans un contexte tellement caricatural que ça ne pouvait que me déplaire. J'ai beaucoup aimé celles de Maurice... [Lire la suite]
Posté par DonaSwann à 10:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
23 juin 2018

_Les Bonnes_ de Jean Genet (1947)

J'avais connu Jean Genet grâce à la mise en scène, au théâtre de La Criée, des Paravents, par Marcel Maréchal, et compris sa sulfureuse portée. Plus tard, j'ai connu sa biographie étonnante ; mais Les Bonnes, ce célèbre drame du XXème siècle, m'avait paru trop artificiel. Fondée sur un fait divers (les soeurs Papin assassinant sauvagement leur maîtresse) et une chanson de Cocteau, Jean Genet a imaginé un jeu entre deux bonnes, Claire et Solange. Une sorte de jeu de rôle où l'un d'elle joue leur maîtresse et l'autre se soumet à elle,... [Lire la suite]
21 juin 2018

_Pluie et Vent sur Télumée Miracle_ de Simone Schwarz-Bart (1972)

Télumée Louganor, une Guadeloupéenne sans époque, nous raconte d'abord l'histoire matriarcale (essentiellement) de sa famille, puis sa propre histoire. Elle descend de femmes qui ont connu l'amour mais ont été souvent/longtemps seules, des femmes belles  alternant force et faiblesse, dans un environnement luxuriant, à la fois pernicieux et bon enfant. Je découvre ce roman pour des raisons professionnelles et il m'a irrésistiblement fait penser, comme un double solaire, aux romans haïtiens de Marie Vieux-Chauvet. Mais, comme je... [Lire la suite]