24 janvier 2020

"Seules les bêtes" de Dominik Moll (2020)

Sur le Causse, les gens n'aiment pas être seuls ; certains couples semblent ne tenir qu'à ça. Joseph Bonnefille (Damien Bonnard) qui vivait avec sa mère, laquelle est décédée il y a peu, est passablement perturbé mais vit à contre-coeur la liaison que lui impose Alice Farrange (Laure Calamy), son assistante, qui croit l'aider ainsi. Le mari de l'assistante, Michel Farrange (Denis Menochet) n'est pas dupe mais semble étrangement détaché. On apprend qu'une lointaine habitante du Causse (Valeria Bruni-Tedeschi) a disparu. Plus loin, en... [Lire la suite]

04 janvier 2020

_Les Liaisons dangereuses_, de Choderlos de Laclos (1782)

 Ce roman a été lu plusieurs fois ; cette fois-ci, je me suis essentiellement concentrée sur les lettres de la Marquise de Merteuil, car je souhaitais la comprendre un peu plus. Il m'apparaît que dès la lettre IV, on saisit qu'il y a une faute impardonnable commise par Valmont, à l'origine de toute l'affreuse vengeance mise en branle presque dès cet instant contre lui. Lui a la naïveté de croire que leur libertinage commun et avoué, leur liberté de confidence implique totalité de la confidence et de la confiance. Je retrouve... [Lire la suite]
19 décembre 2019

"Gloria Mundi" de Robert Guédiguian (2019)

Daniel (Gérard Meylan) reçoit une photo qu'il a failli ne jamais recevoir : celle de sa petite-fille Gloria. Il est incarcéré depuis sa prime jeunesse, n'a jamais connu sa fille (Anaïs Demoustier), et la mère de sa fille (Ariane Ascaride), femme de ménage dans un hôtel (on sait la charge sociale cachée derrière cet emploi), vit avec (Jean-Pierre Darroussin), chauffeur de bus à la RTM, qui avait lui-même une fille (Lola Naymark). C'est ce dernier qui a proposé à sa compagne de le prévenir. Alors tout naturellement il vient les voir à... [Lire la suite]
01 novembre 2019

_La Princesse de Clèves_ de Marie-Madeleine de La Fayette (1678)

J'ai lu ce "roman psychologique" pour la première fois à l'âge de dix-sept ans de mon propre mouvement puis l'ai relu régulièrement au gré de mes besoins estudiantins puis professionnels. Il n'y a guère que les deux dernières fois (sur cinq) où je pense avoir réellement intégré "l'ambiance" et compris la vraisemblance du propos. Jusque-là les prétentions à la vraisemblance du roman me faisaient doucement ricaner. Je n'avais qu'atténué le : "Attends, quoi ?! le pauvre gars est mort, OK, c'est votre faute à tous, tas de brutes, mais... [Lire la suite]
27 octobre 2019

_Celle qui n'était plus_ de Boileau-Narcejac (1952)

Quels assassins déplaisants, durs, égoïstes, sans aucune empathie sont Lucienne et Fernand ! Certes Mireille n'est pas bien douce et bien mignonne, son mari n'est guère heureux avec, mais on ne peut s'empêcher de trouver qu'il passe d'une des Gorgones à sa soeur... C'est pourquoi quand leur stratagème, pourtant assez bien construit (finir par être à la fois libres et riches et en couple), rencontre une faille... abyssale, on est bien content de les voir angoissés et divisés ! Et pourtant, ça va encore plus loin... J'aime décidément... [Lire la suite]
Posté par DonaSwann à 16:49 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
13 septembre 2019

"Thalasso" de Guillaume Nicloux (2019)

Michel Houellebecq, qui joue son propre rôle et se paie même le luxe de jouer la suite de sa fiction précédente, ravisseurs compris, vient à Cabourg pour une thalassothérapie. Mme Houellebecq, jouée par elle-même, vient encourager son vieux poupon puis se sauve. Apparemment, il ne se doutait pas de ce qu'est une "thalasso" : pas de vin, pas de cigarette, gastronomie diététique (qui me faisait envie à moi) et un curiste qui le prend obstinément pour Yann Queffélec. Il croise Guillaume Depardieu, embourbé dans la même galère mais... [Lire la suite]

09 septembre 2019

_Fragiles amants_, Paul Renou (2018)

Paul Renou nous convie à l'entrée dans l'ère du soupçon chez ses personnages, d'une plume doucement souriante et parfois doucement triste. Les amants doutent, espèrent, se heurtent sous son regard moqueur et ils vont jusqu'à rire d'eux-mêmes parfois. Pourquoi sont-ils fragiles ? Parce qu'ils ne vivent pas complètement dans le présent et que leurs pensées les emmènent dans le passé de leurs partenaires ou que leurs perspectives sur un avenir plus ou moins proche ne leur paraissent pas du tout assurées. Or le besoin d'être rassuré... [Lire la suite]
26 août 2019

Quatre pièces de Jean Giono

Le bout de la route : 20 août 2019 Cacophonie énorme dans les premières répliques. Certes, Giono allait peu à Paris, mais il est évident qu'il connaissait son théâtre contemporain et on pense très fort à la poésie des répliques du théâtre de Giraudoux en lisant les échanges artificiels mis dans la bouche de villageois d'un hameau si perdu qu'il pourrait s'appeler Dogville, aussi artificiels que des bucoliques, dans un autre style ; mais les comparaisons s'arrêtent là. Le mystère est grand sur l'avenir de Jean. La fin est frappante,... [Lire la suite]
10 juillet 2019

_Sybil_ de Justine Triet (2019)

Sybil (Virginie Efira) est une psychologue qui avait renoncé à être écrivaine et qui décide de revenir à l'écriture, rompant brutalement avec ses patients, ce que son propre psy lui reproche (Arthur Harari). Elle consent à faire une exception pour Margot (Adèle Exarchopoulos), une jeune actrice, maîtresse à la ville de son partenaire à l'écran (Gaspard Ulliel), qui n'est autre que le compagnon de la réalisatrice (Sandra Hüller), dont elle est enceinte et ne sait pas si elle doit avorter... Un vrai roman... On comprend que Sybil va se... [Lire la suite]
22 juin 2019

_Mont-Oriol_ de Guy de Maupassant (1887)

Un roman de Maupassant ? Que je ne connaissais pas ! Et qui valait la peine d'être connu ! Je le dis sans ironie : quelle aventure ! quel profit l'on tire de la consultation des descriptifs du bac d'autres collègues ! Les gorges d'Enval sont une station thermale auvergnate assez réputée, où les médecins, des espèces de knocks règnent en maîtres. La satire du roman portera bien aussi sur eux, et Maupassant qui non seulement les fréquenta à cause des conséquences terribles d'une syphilis pas soignée à temps, et dont il mourra, les... [Lire la suite]