30 novembre 2019

_Hannibal Lecter - Les Origines du mal_ de Thomas Harris (2006)

J'aime beaucoup Thomas Harris, le fait qu'il puisse diluer l'horreur dans beaucoup d'intelligence, de finesse d'approche, ce qui ne la rend pas inopérante mais peut-être bien plus crédible et, de ce fait, terrifiante. Si on s'imagine que l'origine du mal, c'est un scénario simpliste comme une histoire de gastronomie et de plaisir sadique, on va tomber de haut. A l'origine, un jeune aristocrate lithuanien dans une famille aimante et cultivée, s'épanouit dans une éducation qui favorise ses capacités intellectuelles et artistiques... [Lire la suite]

12 octobre 2019

_Comment parler de Raphaël aux enfants_ de Cécile Beuzelin (2012)

Ce petit livre me paraît d'un grand intérêt. On trouve dix oeuvres célèbres de Raphaël analysées par rubriques correspondant à des remarques possibles d'un enfant de 5 à 13 ans qui se trouve devant, et qui peuvent trouver écho, réponse, renchérissement, contradiction... Les rubriques techniques (couches, matières, disposition du tableau...) sont à réserver plutôt aux enfants 11-13 ans. Les fiches en elles-mêmes sont vraiment bien écrites, intéressantes. J'ai eu plus de mal à gober les pages de préambules réservées à l'adulte, en... [Lire la suite]
Posté par DonaSwann à 13:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
26 juin 2019

_Charlotte_ de David Foenkinos (2014)

Dans la même veine que Dora Bruder (c'est sans doute une lecture complémentaire donnée par le professeur qui a dû achever ses ouailles), Charlotte évoque le destin d'une femme, d'une grande artiste assassinée à Auschwitz, à l'âge de vingt-six ans, enceinte. Une vie marquée par la souffrance et la passion, souffrance déjà bien ancrée dans une lignée de suicidés - les membres de sa famille maternelle, jusqu'à sa mère ; continuée par celle d'une ethnie et d'une religion à l'époque du génocide des juifs et la souffrance personnelle. La... [Lire la suite]
22 juin 2019

"Dans un jardin qu'on croirait éternel" d'Omori Tatsushi (2019 - France)

Noriko (Haru Kuroki, Prix de l'Académie japonaise de la meilleure interprétation féminine dans un rôle principal - celui-ci) ne sait guère ce qu'elle veut dans la vie, en dehors d'écrire, ce qui ne compte guère ; elle étudie dans l'édition. Sa cousine Michiko (Mikako Tabe, qui crève l'écran), elle, a un caractère entier, sa volonté court toujours vers un but, quitte à en changer au besoin. Les parents de Noriko (Fuyuka Kooriyama et Shingo Tsurumi, le charme fait homme) les encouragent à s'initier à la cérémonie du thé. Elles... [Lire la suite]
31 mars 2019

Relectures du mois de mars 2019

Saint Mathieu et l'Ange, par Nicolas Poussin J'ai relu Le Chef d'oeuvre inconnu, d'Honoré de Balzac, pour des raisons essentiellement professionnelles. J'ai été un peu moins agacée que jadis par les rapports entre Poussin et Gillette, j'ai peut-être mieux compris ce que représentait la nudité d'une femme aimée, même habituée à poser. Par contre, je n'ai finalement pas compris le rôle de cette péripétie, qui aurait eu plus sa place dans un roman et qui, finalement, ne jouera guère de rôle dans ce qui est, il faut bien le dire, une... [Lire la suite]
Posté par DonaSwann à 14:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
22 décembre 2018

_Le Ciel au-dessus du Louvre_ de Bernar Yslaire et de Jean-Claude Carrière (2009)

A la recherche désespérée d'un Y pas trop long à lire pour boucler mon défi ABC 2018, voilà qu'une pépite me tombe entre les mains, éditée par le Musée du Louvre. David est un peintre de la Révolution française qui croque les instants qu'il passe avec Robespierre et parfois exécute et interprète ses commandes : un Marat assassiné, Bara martyr (dont l'histoire est réécrite par Robespierre, soucieux de créer une mythologie républicaine)... Inquiet des soulèvements ici ou là, Robespierre institue la Terreur et revient, à la réprobation... [Lire la suite]

10 juillet 2018

"Laurence Anyways" de Xavier Dolan (2012)

Vu le 27 août 2012 au cinéma. Diffusé sur ARTE jusqu'au 30 septembre 2018 à ce lien : https://youtu.be/g7m92HzqcPw Laurence Alia (Melvil Poupaud) est un professeur de Lettres et un jeune écrivain. Il vit depuis deux ans une passion profonde et pleine de fantaisie avec Frédérique Belair dite Fred (Suzanne Clément), une réalisatrice, mais le soir de ses trente ans, il révèle à sa compagne que sa vraie personnalité est celle d'une femme et qu'il veut enfin la vivre au grand jour. Après le premier choc, Fred décide d'affronter... [Lire la suite]
25 mai 2016

_Le Diable au corps_, de Raymond Radiguet (1923)

Relecture. Le Narrateur a quinze ans au début de la guerre ; elle ne le concerne pas au premier chef, son père n'est pas mobilisé, pas d'oncle dans ce cas, lui-même évidemment, non plus... Il est ce qu'on appelle un jeune homme précoce : il est le seul à comprendre les allusions littéraires des professeurs, ces derniers sont seuls capables d'apprécier ses finesses et provocations, il fut aussi le seul petit garçon de son école assez dessalé pour fixer un rendez-vous à une petite fille en comprenant ce que cela impliquait de... [Lire la suite]
12 mai 2016

_La Belle Amour humaine_ de Lyonel Trouillot (2011)

Une jeune Française, Anaïse, vient en Haïti à la recherche de son histoire familiale, de son grand-père. La voix du chauffeur prolixe qui l'emmène à l'Anse-à-Fôleur se mêle à des passages à la narration externe qui nous présentent ce colonel, Pierre André Pierre, et son ami Robert Montès, le grand-père, sous un jour vraiment peu reluisant. L'ambiance dans le récit est lourde de leurs exactions et du fait qu'on peut raisonnablement soupçonner que l'incendie dans lequel tous deux ont péri n'ait pas été accidentel... mais à... [Lire la suite]
18 mars 2015

_Trois carrés rouges sur fond noir_ de Tonino BENACQUISTA (1990)

Antoine est "accrocheur de tableaux", il "gagne sa croûte en en accrochant", il garde la galerie d'art contemporain Coste, qui doit recevoir l'exposition Morand, quand il est agressé violemment par un voleur. Il perd sa main dans la lutte et tous ses rêves de championnat de billard. Plein de désirs de vengeance, il mène une enquête parallèle pour retrouver son agresseur. Ses pistes l'emmènent vers un ancien collectif de peintres, les Objectivistes, dont plus personne - ou presque - ne se souvient... Un polar sympathique qui se... [Lire la suite]