16 janvier 2019

"Lola et ses frères" de J-Paul Rouve (2018)

Lola (Ludivine Sanier) et ses frères Benoît (J-Paul Rouve) et Pierre (José Garcia) se retrouvent tous les premiers jeudis du mois devant la tombe de leurs parents, quoi qu'il arrive. Ils ont tous des joies et des soucis qui se croisent, se ressemblent ou non, se confrontent parfois péniblement, sans compter les conjoints et les enfants... Ce genre de films, sur synopsis, n'est habituellement pas ma tasse de thé ; j'ai mal digéré les tribus à la Chouraqui, trop parisiennes pour mon sommaire entendement et j'évite ce qui pourrait y... [Lire la suite]

11 janvier 2019

"Une Affaire de famille" de Hirokazu Kore-eda (2018)

Une petite fille de cinq ans, Juri, est toujours sur le blacon de redez-de chaussée de ses parents, malgré le nuit. C'est ce que constatent Shôta et son père, Osamu, en revenant de leurs rapines en magasin. Ils l'emmènent avec eux à leur logement, en fait celui de la matriarche, une femme seule, où ils vivent clandestinement, trois enfants, deux parents. Comme la petite fille a l'air affamée, on lui donne à manger, on examine ses membres : elle est couverte de bleus... Personne ne parle plus de la remettre sur son balcon jusqu'au jour... [Lire la suite]
25 décembre 2018

_Cake Walk_ de Michel Quint (1993)

Dans une zone du Nord, frontalière avec la Belgique, un narrateur nous raconte les faits familliaux dont il a été le témoin naïf ou désabusé de sa petite enfance à son adolescence, des relations passionnelles entre sa tante Margot et Noré, le mari d'une femme, Mélie, dont il était innocemment amoureux. Celle-ci l'a initié à la pâtisserie, à la danse, à la patience...  J'ai encore mis beaucoup de temps à entrer dans ce roman-là. J'avais oublié le style argotique et haché de Quint, intentionnellement relâché, je ne comprenais... [Lire la suite]
Posté par DonaSwann à 16:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,
19 novembre 2018

"Capharnaüm", de Nadine Labaki (2018)

Primé quatre fois au Festival de Cannes 2018. Zain (Zain Al-Raffeea, extraordinaire) est un enfant des rues de Beyrouth, au Liban ; il a pourtant une famille, fort nombreuse au demeurant. Pour contribuer à aider ses parents, dans des trafics essentiellement, on lui fait renoncer à la scolarité, alors que c'est son rêve. Quant à sa soeur... il est fort inquiet de l'intérêt "honorable" d'un adulte pour elle et l'idée de s'enfuir vient de plus en plus fréquemment dans son esprit... Dès le début du film, nous savons que le petit... [Lire la suite]
15 novembre 2018

_Huit heures ne font pas un jour_ "Jochen et Marion" de Rainer Werner Fassbinder (1972-2018)

Je connais peu le cinéma allemand et pas du tout Fassbinder, c'est certain, même pas "Le Mariage de Maria Braun", que tout le monde a vu, paraît-il... Il a fait en 1972 le premier volet d'une série de cinq épisodes intitulée "Huit heures ne font pas un jour". Il nous en était proposé une copie restaurée cette année et destinée à une diffusion cinématographique. Le propos est engagé dès le titre, me semble-t-il, puisqu'il semble être celui d'un patron qui estime que faire travailler huit heures par jour ne suffit pas à hypothéquer... [Lire la suite]
28 septembre 2018

_L'Homme surnuméraire_ de Patrice Jean (2017)

Serge était de trop de la vie de sa petite amie, il l'est resté quand elle est devenue sa femme... mais il ne s'attendait pas à le devenir dans celle de ses grands ados. Et le mépris est devenu trop visible pour qu'il en rie plus longtemps. D'autant que sa femme, influencée par toutes ses amies soit divorcées soit aigries (quand elles ne sont pas les mêmes), par des modèles de couples qui lui paraissent plus enviables, par une subite prétention aux luttes mondiales et humanitaires, finit par le tromper et lui annoncer son intention de... [Lire la suite]

28 août 2018

"Une famille italienne" de Gabriele Muccino (2018)

Titre italien : A casa tutti bene. Le titre français ne parle pas et, uyne fois que le film a parlé, je le trouve condescendant autant qu'inexact. Rien de typiquement italien dans ces enfants, neveux et petits-enfants convoqués par un couple âgé qui fête ses noces d'or à une fête de famille sur l'île (d'Ischia ?). La tempête qui les y bloque finit par faire affleurer tous les écueils perçus lors des premiers plans sur les personnages : le mari infidèle, l'ex-femme qu'on vite à l'égale de l'épouse en titre (ombrageuse, en plus), le... [Lire la suite]
14 août 2018

"Mala Junta" de Claudia Huaiquimilla (2016)

Tano (Andrew Bargsted, excellent), un ado citadin, s'est fait prendre bêtement par la police venue pour un délit à côté de ses menus larcins ; sa mère Natalia, débordée, "refile le bébé" à Javier (Francisco Perèz-Bannen) qui vit à la campagne dans le sud du Chili. Le père et le fils ne se sont pas vus depuis des années et, malgré l'avertissement bravache du père au sujet de son intransigeance, Tano n'a pas du tout l'intention de respecter un seul de ses ordres (être assidu au Lycée, se tenir correctement de manière à ce que... [Lire la suite]
09 août 2018

_Je croyais qu'il suffisait de t'aimer_, de Jacques Salomé

Je m'étais inscrite à ce bookring il y a dix ans, il a été détourné par un lecteur qui avait oublié qu'il faisait partie d'une chaîne et il reprend enfin sa route. Il s'agit d'un recueil de nouvelles écrites par un psychologue (?) connu. La première nouvelle m'a saisie, fascinée, j'ai cru que toutes étaient ainsi... et c'était malheureusement un peu vrai : impossible d'évoquer une relation amoureuse sans entrer dans les particularités érotiques de chacun des couples invoqués, et ce, de manière extrêmement longue et pas toujours utile... [Lire la suite]
Posté par DonaSwann à 14:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
21 juin 2018

_Pluie et Vent sur Télumée Miracle_ de Simone Schwarz-Bart (1972)

Télumée Louganor, une Guadeloupéenne sans époque, nous raconte d'abord l'histoire matriarcale (essentiellement) de sa famille, puis sa propre histoire. Elle descend de femmes qui ont connu l'amour mais ont été souvent/longtemps seules, des femmes belles  alternant force et faiblesse, dans un environnement luxuriant, à la fois pernicieux et bon enfant. Je découvre ce roman pour des raisons professionnelles et il m'a irrésistiblement fait penser, comme un double solaire, aux romans haïtiens de Marie Vieux-Chauvet. Mais, comme je... [Lire la suite]