22 juin 2019

"Dans un jardin qu'on croirait éternel" d'Omori Tatsushi (2019 - France)

Noriko (Haru Kuroki, Prix de l'Académie japonaise de la meilleure interprétation féminine dans un rôle principal - celui-ci) ne sait guère ce qu'elle veut dans la vie, en dehors d'écrire, ce qui ne compte guère ; elle étudie dans l'édition. Sa cousine Michiko (Mikako Tabe, qui crève l'écran), elle, a un caractère entier, sa volonté court toujours vers un but, quitte à en changer au besoin. Les parents de Noriko (Fuyuka Kooriyama et Shingo Tsurumi, le charme fait homme) les encouragent à s'initier à la cérémonie du thé. Elles... [Lire la suite]

07 juin 2019

"L'Adieu à la nuit" d'André TÉCHINÉ (2019)

Muriel (Catherine Deneuve), ne grand-mère éprouvée par les deuils et les ruptures familiales, voit avec plaisir son petit-fils Alex (Kacey Mottet Klein) revenir à son ranch pour lui dire au revoir avant d'émigrer au Canada, avec son amie Lila (Oulaya Amamra). Au sujet de cette dernière, sa pudeur est chatouilleuse, il ne partage pas sa chambre avec, ce qui achève d'alarmer Muriel, qui le surprend dans les oliviers en train de faire sa prière sur le mode musulman. Quand elle comprend que son petit-fils est, en réalité, radicalisé,... [Lire la suite]
23 avril 2019

"Ma vie avec John F. Donovan" de Xavier Dolan (2018)

Comme dans Laurence Anyway, la structure du récit est une interview avec une journaliste pas forcément acquise à l'interviewé au départ (spoiler) et qu'il conquerra ensuite. Nous avons affaire à un jeune acteur adulte (Ben Schnetzer jouant Rupert Turner) qui a publié un livre où il explique un fait qui avait défrayé la chronique en son temps : sa correspondance d'enfant (Jacob Tremblay) avec John F. Donovan (Kit Harington), un acteur très célèbre. Il tente d'expliquer, ce qui est une gageure, comment l'acteur tragiquement décédé en... [Lire la suite]
09 avril 2019

"Tanguy, le retour", d'Etienne Chatiliez (2019)

Tanguy rentre de Chine avec Zhu, sa fille de quinze ans, incroyablement précoce et gentille : Meï Lin est partie avec un autre homme et n'a plus donné aucune nouvelle. Tout d'abord effondré, Tanguy est réconforté par le confort du nid, par l'irresponsabilité relative que lui permet de goûter la situation d'homme déprimé, les bons côtés du célibat sans solitude achèvent de le consoler... Mais il omet d'en faire part à ses parents qui, tout de même, au bout de trois mois, commencent à avoir des impressions de déjà-vu... On prend les... [Lire la suite]
29 mars 2019

"La Dernière folie de Claire Darling" de Julie Bertucelli (2019)

Claire Darling (Catherine Deneuve) , veuve, fâchée avec sa fille Marie (Chiara Mastroianni) depuis vingt ans, ne s'est jamais bien remise du décès accidentel de son fils. Elle vit dans une gentilhommière dans le village de Verderonne avec pour seul complice le curé. Cette grande maison déborde d'objets anciens voire précieux, de portraits de famille, et même d'une collection inestimable d'automates qu'elle continue elle-même depuis longtemps. Un matin, elle se lève en sursaut comme à l'écoute d'un message et organise soudain un... [Lire la suite]
16 janvier 2019

"Lola et ses frères" de J-Paul Rouve (2018)

Lola (Ludivine Sanier) et ses frères Benoît (J-Paul Rouve) et Pierre (José Garcia) se retrouvent tous les premiers jeudis du mois devant la tombe de leurs parents, quoi qu'il arrive. Ils ont tous des joies et des soucis qui se croisent, se ressemblent ou non, se confrontent parfois péniblement, sans compter les conjoints et les enfants... Ce genre de films, sur synopsis, n'est habituellement pas ma tasse de thé ; j'ai mal digéré les tribus à la Chouraqui, trop parisiennes pour mon sommaire entendement et j'évite ce qui pourrait y... [Lire la suite]

11 janvier 2019

"Une Affaire de famille" de Hirokazu Kore-eda (2018)

Une petite fille de cinq ans, Juri, est toujours sur le blacon de redez-de chaussée de ses parents, malgré le nuit. C'est ce que constatent Shôta et son père, Osamu, en revenant de leurs rapines en magasin. Ils l'emmènent avec eux à leur logement, en fait celui de la matriarche, une femme seule, où ils vivent clandestinement, trois enfants, deux parents. Comme la petite fille a l'air affamée, on lui donne à manger, on examine ses membres : elle est couverte de bleus... Personne ne parle plus de la remettre sur son balcon jusqu'au jour... [Lire la suite]
25 décembre 2018

_Cake Walk_ de Michel Quint (1993)

Dans une zone du Nord, frontalière avec la Belgique, un narrateur nous raconte les faits familliaux dont il a été le témoin naïf ou désabusé de sa petite enfance à son adolescence, des relations passionnelles entre sa tante Margot et Noré, le mari d'une femme, Mélie, dont il était innocemment amoureux. Celle-ci l'a initié à la pâtisserie, à la danse, à la patience...  J'ai encore mis beaucoup de temps à entrer dans ce roman-là. J'avais oublié le style argotique et haché de Quint, intentionnellement relâché, je ne comprenais... [Lire la suite]
Posté par DonaSwann à 16:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,
19 novembre 2018

"Capharnaüm", de Nadine Labaki (2018)

Primé quatre fois au Festival de Cannes 2018. Zain (Zain Al-Raffeea, extraordinaire) est un enfant des rues de Beyrouth, au Liban ; il a pourtant une famille, fort nombreuse au demeurant. Pour contribuer à aider ses parents, dans des trafics essentiellement, on lui fait renoncer à la scolarité, alors que c'est son rêve. Quant à sa soeur... il est fort inquiet de l'intérêt "honorable" d'un adulte pour elle et l'idée de s'enfuir vient de plus en plus fréquemment dans son esprit... Dès le début du film, nous savons que le petit... [Lire la suite]
15 novembre 2018

_Huit heures ne font pas un jour_ "Jochen et Marion" de Rainer Werner Fassbinder (1972-2018)

Je connais peu le cinéma allemand et pas du tout Fassbinder, c'est certain, même pas "Le Mariage de Maria Braun", que tout le monde a vu, paraît-il... Il a fait en 1972 le premier volet d'une série de cinq épisodes intitulée "Huit heures ne font pas un jour". Il nous en était proposé une copie restaurée cette année et destinée à une diffusion cinématographique. Le propos est engagé dès le titre, me semble-t-il, puisqu'il semble être celui d'un patron qui estime que faire travailler huit heures par jour ne suffit pas à hypothéquer... [Lire la suite]