05 novembre 2017

_Pantagruel_, de François Rabelais (1532)

Relecture de 2008. Premier tome des aventures d'une famille de géants, nous commençons par la vie du fils, de Gargantua, Pantagruel. Sous le signe de la soif et de la faim dévorantes, paradigme de l'ardent désir de savoir en oeuvre pendant le mouvement européen de l'Humanisme, les personnages cherchent à acquérir un savoir encyclopédique, faire montre du plus haut niveau d'humanité que permet la chevalerie et de piété, également. Cette translation de Gérard Milhe Poutignon m'a permis de profiter bien davantage du récit (qui gagne à... [Lire la suite]
Posté par DonaSwann à 07:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,

19 avril 2017

_Art_ de Yasmina Reza (1994)

Serge, Marc et Yvan sont de vieux amis. Quand Serge, dermatologue, décide de se ruiner pour acquérir une toile d'Antrios (une sorte de Malevitch avec son "Carré blanc sur fond blanc"), Marc qui déteste l'art abstrait, prend très mal que Serge s'affranchisse de son aval. Chacun tente de gagner l'appui d'Yvan, qu'ils savent malléable. La plasticité même de ce dernier finit par se retourner contre lui, et la sortie qu'ils ont tenté de faire tous les trois tourne au règlement de compte. Je connais bien la pièce telle qu'elle a été... [Lire la suite]
05 avril 2017

_Péplum_, d'Amélie NOTHOMB (1996)

Voilà bien longtemps que ce roman est sorti, que son titre aurait dû me faire envie et que j'ai tranquillement repoussé le moment de le lire. C'était un tort : il contient ce que j'aime dans les premiers romans d'Amélie Nothomb (Hygiène de l'assassin, Cosmétique de l'ennemi...), les dialogues en huis-clos contenant arguments et contre-arguments ironiques ou inattendus, pointes perfides. En ces années-là, on sent encore prégnantes les années de linguistiques des langues anciennes, comme dans Les Catilinaires... A.N. déclare en 1995... [Lire la suite]
14 novembre 2016

_Pourquoi les femmes n'aiment pas les petits garçons_, de Louis-Stéphane ULYSSE (2003)

Un jour, les hommes découvrent que les femmes ont disparu.Leurs affaires sont toujours là, mais leurs corps, vivants ou morts, ont disparu.On dit qu'un père cache sa petite-fille, est-ce vrai ? - mais l'histoire ne souffre aucune exception. Les hommes vont devoir s'organiser avec cette absence, qui est partie pour durer... On a affaire à un roman à l'écriture résolument contemporaine : chaque paragraphe renvoie à une situation différente, souvent sur le mode de ce qui serait une narration amoebée. Alternent un souvenir du passé,... [Lire la suite]
15 septembre 2016

_Hé mademoiselle_ de YATUU (2014)

Petit florilège de ce qu'on peut s'entendre dire et tenter de dire dans la rue quand on est une femme, si possible jeune et jolie, mais même pas toujours (et dans ce cas, on peut prendre cher) de la part d'hommes sans aucune éducation, éthique ni dignité. On y voit la différence entre la drague (ce qu'ils croient faire, ou feignent de croire faire) et le harcèlement sexuel, et malheureusement, Yatuu évoque par deux fois que le fait que le second se répande rend la drague de plus en plus mal interprétée et de plus en plus impraticable.... [Lire la suite]
12 août 2016

_Monsieur l'écrivain_ de Joachim Zelter (2013)

Le narrateur est un écrivain jouissant en Allemagne, d'un prestige modeste, mais certain, au point d'attirer l'attention, la déférence, l'assiduité d'un certain Selim Hacopian, né en Ouzbékistan, piètre agent bibliothécaire, qui a été acteur, coiffeur, consul, cuisinier, dompteur d'éléphants, etc. dans des pays très divers. Ce que craignait le narrateur finit par se produire, après des jours et des semaines de poursuites et d'assiduité, qui commencent sérieusement à le retarder dans son travail, Selim lui donne quelques feuilles à... [Lire la suite]
Posté par DonaSwann à 13:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , ,

04 août 2016

_Les Liaisons culinaires_, d'Andreas Staïkos (1997)

Première découverte le 18 décembre 2010 Dimitris et Damoclès sont voisins et bons cuisiniers. Un jour, dans l'ascenseur, Damoclès adresse la parole à l'autre, en lui détaillant le menu qu'il pensait que Dimitris avait préparé. Les détails en étaient si rigoureusement exacts (persil ciselé et non pas haché), que Dimitris soupçonne son voisin d'être voyeur et lui donne de lui-même des détails visuels... qui révèlent à Damoclès, horrifié, que la maîtresse de Dimitris n'est autre que... Nana, sa propre maîtresse. Celle-ci, mariée, se... [Lire la suite]
Posté par DonaSwann à 10:34 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
10 juillet 2016

_La Vallée des Merveilles_, tome 1 : "Chasseurs-Cueilleurs"

La Vallée des Merveilles, tome 1 : "Chasseurs-Cueilleurs", de Joann Sfar (2006) Pot-de-Miel, un chasseur tout en rondeur et en force, est marié à Nuit-des-Câlins, ils vivent heureux dans une grotte de ce qui sera un jour l'arrière-pays niçois. Leur ordinaire est le plus souvent fait de poisson or sa nonchalante - mais superbe - épouse s'en lasse. Cela tombe bien, car Grand-Nez, le meilleur compagnon de Pot-de-Miel, est d'humeur aventureuse, à aller plus loin qu'ils ne sont jamais allés dans leurs territoires de chasse. Et ils iront... [Lire la suite]
04 juillet 2016

_Les Fleurs bleues_ de Raymond Queneau (1965)

Quand le duc d'Auge, un chevalier du Moyen-Age, s'endort, Cidrolin s'éveille sur sa péniche au XXème siècle. A chaque éveil, un intervalle de 175 ans est parcouru... Les deux hommes se rejoindront-ils ? Apparemment non, puisque l'un semble être l'autre... "Tchouang-Tseu rêve qu'il est un papillon, mais n'est-ce point le papillon qui rêve qu'il est Tchouang-Tseu ?" est le conte chinois qui inspire ce roman qui joue avec les codes du roman. Le régal est de trouver le latin vers le début du roman, puis une orthographe, soit... [Lire la suite]
01 juillet 2016

"Ils sont partout", d'Yvan Attal (2016)

Un film par sketch illustre et démonte la plupart des clichés attachés aux juifs : "ils ont de l'argent", "ils s'entraident", "ils ont tué le Christ", "ras-le-bol de la Shoah", le "complot juif", etc. Même si on sent un tremblement de colère - et un peu de peur-, le propos est humoristique, le rire éclate souvent et le délire va crescendo, peut-être loin dans le délire, un peu à la manière des "Infidèles". On commence très fort par une rencontre avec la gentille connerie ordinaire et ça n'arrêtera plus. Un personnage récurrent, joué... [Lire la suite]