01 juillet 2016

"Ils sont partout", d'Yvan Attal (2016)

Un film par sketch illustre et démonte la plupart des clichés attachés aux juifs : "ils ont de l'argent", "ils s'entraident", "ils ont tué le Christ", "ras-le-bol de la Shoah", le "complot juif", etc. Même si on sent un tremblement de colère - et un peu de peur-, le propos est humoristique, le rire éclate souvent et le délire va crescendo, peut-être loin dans le délire, un peu à la manière des "Infidèles". On commence très fort par une rencontre avec la gentille connerie ordinaire et ça n'arrêtera plus. Un personnage récurrent, joué... [Lire la suite]

05 octobre 2015

"Je suis à vous tout de suite" de Baya Kasmi (2015)

Hanna (Vimala Pons) et Dieudonné / Hakim (Mehdi Djaadi) Belkacem sont soeur et frère et souffrent tous les deux "d'une grave névrose de la gentillesse" extrême légué par leurs parents, l'une psychologue (Agnès Jaoui), bénévole la moitié du temps, et un épicier immigré (Ramzy Bedia). L'une est incapable de dire non, ce qui l'amène par exemple, en tant que DRH, à coucher avec les employés qu'elle licencie pour les consoler ; l'autre, pour se faire accepter dans un quartier où l'on a du mal à accepter sa double appartenance culturelle,... [Lire la suite]
23 décembre 2014

_La Colo de Kneller_ d'Etgar KERET (1998)

Hayim est mort, et pas n'importe comment : il s'est suicidé. Après sa mort, il va dans une sorte de deuxième vie, assez semblable à la première, où il va côtoyer d'autres jeunes suicidés, des terroristes (nous sommes en Israël) des malheureux en amour, des dépressifs, etc. qui vivent en bonne intelligence. C'est un monde un peu baba cool, entre la beat generation, l'underground, les ashrams, avec des boulots, des véhicules, un chien qui parle (et qui dit n'importe quoi) et une envie, une idée derrière la tête. Hayim veut revoir Erga,... [Lire la suite]
15 mai 2012

_L'Amour dure trois ans_, de Frédéric Beigbeder (1997)

Le narrateur se revendique régulièrement du nom de Frédéric Beigbeder tout en insinuant qu'il ne s'agit que d'une autofiction : ce petit jeu de passe-passe narratif devient le passage obligé pour avoir le droit d'être un peu léger sans passer pour un gugusse exhibitionniste dans le paysage littéraire français contemporain. Il raconte comment il a pu vérifier lui-même une découverte scientifique : l'amour n'est soutenu par la chimie du corps que pendant trois ans : "Personne ne vous prévient que l'amour dure trois ans. Le complot... [Lire la suite]
10 juin 2011

_La Machine infernale_, de Jean Cocteau (1932)

On connaît l'histoire, et, si on ne la connaît pas, LA VOIX (prologue assumé par Cocteau lui-même lors des premiers spectacles) va vous la raconter. Le roi et la reine de Thèbes, Laïus et Jocaste, apprennent par un oracle que leur cher fils tuera le premier et couchera avec la seconde. Dans leur désarroi, ils envoient l'enfant à la mort dans un bois lointain, pieds percés par une corde qui les lie (la barbarie inutile de ce sévice contre un nouveau-né incapable de prendre la fuite m'a toujours laissée perplexe autant que dégoûtée).... [Lire la suite]
Posté par DonaSwann à 20:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
24 juillet 2010

"Tamara Drewe", de Stephen Frears (2010)

A la campagne britannique, assez loin de Londres pour ne pas en être imprégnée, assez près pour vaquer aux affaires, une jeune journaliste, Tamara Drewe (Gemma Arterton) revient dans sa maison de famille, après le décès de sa mère, pour profiter à la fois du calme de la campagne pour écrire ses articles à loisir et mettre une main à son premier roman.Son idée n'est pas originale : dans une autre maison du village, un auteur de thrillers à succès, Nicholas (Roger Allam, impayable) a fait de sa vaste, cosy et bucolique demeure un havre... [Lire la suite]

06 juillet 2009

_Où on va, papa ?_, de Jean-Louis Fournier (2008)

Un très beau récit d'un père qui ne veut pas que tout ce qu'il reste de ses fils "soit une photo sur une carte d'invalidité". Alors il raconte, à travers des jeux temporels en avant, en arrière, comment on découvre qu'on est père d'un handicapé, puis de deux, comment on tombe dans l'humour noir qui met mal à l'aise, ou qu'on fait le clown par politesse, pour amuser la galerie. J'ai beaucoup aimé l'histoire et n'ai fait attention qu'après coup que c'était l'auteur qui lisait l'histoire : c'était vraiment bien lu. Au début, j'ai été... [Lire la suite]
Posté par DonaSwann à 12:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
23 avril 2009

_La Douce empoisonneuse_, d'Arto Paasilinna (2001)

Dans sa petite maison, Linnea, veuve d'un colonel, vit paisiblement et serait parfaitement sereine si elle ne recevait pas régulièrement la visite d'un neveu délinquant et violent qui vient la détrousser de sa pension et faire la fête chez elle avec deux autres voyous. Lassée et définitivement terrorisée, la vieille dame, après une soirée particulièrement mémorable, prend la fuite et va dénoncer le groupe à la police. Mais elle ne se débarrassera pas comme cela de ses tortionnaires... Humour noir, situations cocasses, c'est aussi... [Lire la suite]
Posté par DonaSwann à 20:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
18 juillet 2008

_Doron le Calvite_, de Clément et Olivaud (2000)

On croit reconnaître la "patte" du dessinateur de Léonard le Génie, et quelques reprises, mais là, il boxerait dans la catégorie humour gore. Doron le Calvite n'est pas un cadeau : bête, violent, persuadé d'être tendre, soudard...Devant le nœud gordien, il tranche toujours. Je vous le conseille si vous ne risquez pas d'être écœurés par l'accumulation impressionnante de membres tronçonnés de page en page. Les situations sont cependant variées et les raccourcis (pouf-pouf) ne manquent pas tant d'humour.
Posté par DonaSwann à 18:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
13 février 2008

"L'Auberge rouge", de Gérard KRAWCZYK (2007)

L'HISTOIRE Elle est inspirée d'une histoire qui a eu lieu vers 1830 en Ardèche à l'auberge de Peyrebelle. Une diligence emmène la comtesse de Marcillac (Sylvie Joly, dans un rôle sur mesure), Marie-Odile de Marcillac (Annie Girouard qui échappe un peu à Guenièvre, mais pas à Lancelot) et son époux, fils de la première, Philippe de Marcillac (Urbain Cancelier), Simon Barbeuf (François-Xavier Demaison), un dentellier aux regards de braise, sorte de Philippe Katherine du stylisme, en villégiature. Ce beau monde, comme dans... [Lire la suite]
Posté par DonaSwann à 18:44 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,