14 avril 2018

"Valmont" de Milos Forman (1989)

Déjà vu lors de sa sortie. Revu lors d'une rétrospective, une copie restaurée inédite, quelques jours avant la mort du réalisateur. Les avis sont partagés sur cette adaptation cinématographiques des Liaisons dangereuses, sortie presque en même temps que la célèbre adaptation de Stephen Frears. Cet automne, j'en avais parlé à quelqu'un qui m'a coupée avec horreur en me disant qu'il la détestait cordialement. Je me souvenais l'avoir aimée, quoi qu'avoir été définitivement confuse sur l'argument du roman ; il était temps que je la... [Lire la suite]

21 mai 2016

"Le Misanthrope ou l'Atrabilaire amoureux" d'après Molière par la Compagnie Vol plané

20h30 Théâtre de Fontblanche, 4, allée des Artistes, 13127 Vitrolles Par la Compagnie Vol Plané. Vous l'avez peut-être déjà étudié au Lycée ou vu "Alceste à Bicyclette" et savez qu'Alceste et Philinte sont amis mais s'opposent sur la manière de se comporter envers les autres. Le premier soutient qu'il faut être d'une parfaite honnêteté, réserver le nom d'amis à ceux que l'on considère comme tels, de même celui de maîtresse, qu'aucun mensonge n'est pieux et que c'est aider les autres que de leur dire leur fait... tandis que le... [Lire la suite]
Posté par DonaSwann à 23:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
05 février 2016

"Don Juan" d'après Molière par la Compagnie du Mille-Feuilles

Il y a des classiques qu'on croit avoir déjà vus, et qu'on ne veut plus revoir que revisités. C'est le cas de la version fascinante que nous offre la Compagnie du Mille-Feuilles de la pièce de Molière, Dom Juan, dont l'orthographe est modifiée, pour prévenir, sans doute... J'ai eu le plaisir de la voir au Cinéma Les Lumières à Vitrolles, dont le directeur avait repéré la performance au Festival d'Avignon en 2015.  Pour ceux qui ne connaîtraient pas l'intrigue : Don (= Dom : seigneur) Juan ne peut résister à l'attrait de... [Lire la suite]
15 novembre 2015

Une autre relecture : Stupeur et tremblement (1999)

Ce récit est présenté comme autobiographique et j'ai longtemps pensé qu'il s'agissait d'une autofiction un peu fantastique, tant les situations absurdes s'entrechoquent avec la personnalité originale et paradoxale d'Amélie Nothomb. En réalité, dès son arrivée dans l'entreprise rebaptisée Yumimoto, le poids de la hiérarchie pèse de manière tragi-comique sur les épaules d'Amélie qu'on occupe à tes tâches insensées, répétitives, pas toujours en lien avec ses compétences ou l'intérêt de l'entreprise, et il est hors de question de... [Lire la suite]
17 mai 2015

_Le Crime d'Orcival_ d'Emile Gaboriau (1867)

A Orcival, on retrouve la comtesse de Trémorel morte, victime d'un crime crapuleux, si l'on en croit tous les indices dans la maison et à l'extérieur. Le juge d'instruction ne tarde pas à trouver, comme tous ceux qui connaissent ce joyeux drille pas très honnête, le comportement du jardinier très suspect. Le corps du comte est introuvable, mais aux traces, il semble que lui-même ait dû être supprimé. Le juge allait se retirer avec sa religion faite, quand Lecoq, le célèbre inspecteur de police, dépêché de Paris, vient... [Lire la suite]
21 décembre 2014

_Comment on meurt_ d'Emile ZOLA (1876)

Ce recueil de cinq nouvelles naturalistes nous rapporte comment, dans la France d'Emile Zola, on pouvait mourir, dans la noblesse, en ville, à la campagne, chez de petits commerçants, chez des bourgeois, chez des ouvriers et des paysans. Chaque famille, chaque milieu a sa misère, sa noblesse, sa médiocrité mais aussi sa profonde solitude au moment d'affronter le moment du grand départ. On est frappé par la façon dont l'affection, l'attachement cèdent le pas devant la nécessité et le prosaïsme du quotidien, si bien que la mort perd... [Lire la suite]

18 février 2013

"Wadjda" de Haifaa Al-Mansour (2012)

Wadjda (Waad Mohammed) est une adolescente toute en longueur, déjà frondeuse, peu soucieuse d'anticiper le statut de femme à part entière, d'autant qu'il semble déjà source importante d'interdits. En effet, Wadjda aimerait bien faire du vélo, pour rivaliser avec son ami Abdallah, mais sa mère (Reem Abdullah, de toute beauté) s'y oppose, estimant que ce n'est pas une activité décente pour une fille. Sa mère a beaucoup de soucis : un chauffeur pakistanais insolent et irrégulier (les Saoudiennes n'ont pas le droit de conduire... [Lire la suite]
11 juin 2011

_La Mère coupable_, de Beaumarchais (1792)

Beaucoup d'années ont passé depuis le Mariage de Figaro, et plus encore depuis que Le Barbier de Séville a aidé le Comte Almaviva à épouser Rosine. On retrouve les époux Almaviva en grand froid, d'autant plus terrible qu'ils éprouvent toujours de l'affection l'un pour l'autre ; le temps qui a passé les a séparés, comme on dit, le Comte a continué à avoir des fredaines, madame a eu une faiblesse pour le jeune Chérubin dont le fruit, Léon, passe pour le fils cadet du Comte. Après la mort de l'aîné, odieux mais légitime, Almaviva cherche... [Lire la suite]
11 mars 2010

_Dom Juan_, de Molière (1665)

Relecture. LE DRAME Comme pour ma lecture précédente, on ne résume plus l'intrigue, surtout qu'elle est mythique... Dom(inus) Juan Tenorio est un noble Espagnol du XVIème siècle, dont le modèle, immortalisé par Tirso de Molina, aurait existé. Il s'est illustré par un fabuleux libertinage avant de se convertir et d'entrer au monastère (modèle "de Marana", illustré en français par Prosper Mérimée). Molière, ulcéré par des drames personnels et professionnels, outré par les cabales hypocrites des dévots va pousser le libertin d'une... [Lire la suite]
Posté par DonaSwann à 12:36 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
15 décembre 2007

_Comment draguer la catholique sur les chemins de Compostelle_, d'Etienne Liebig (2006)

Etienne va relever un défi qui peut changer la face du monde et faire trrrembler l'Eglise catholique : "armé" de son pénis et du masque de Tartuffe, pour venger l'humanité souffrante de l'Inquisition et des anathèmes sexuels du pape, il va pousser assez facilement au péché de chair les pélerines du chemin de Compostelle (sur lequel il marchera, lui, le moins possible), tout en se fondant dans le troupeau. Ainsi le narrateur d'Etienne Liebig (devant l'invraisemblance des situations, je ne pense pas qu'il faille les confondre)... [Lire la suite]