05 avril 2017

_Péplum_, d'Amélie NOTHOMB (1996)

Voilà bien longtemps que ce roman est sorti, que son titre aurait dû me faire envie et que j'ai tranquillement repoussé le moment de le lire. C'était un tort : il contient ce que j'aime dans les premiers romans d'Amélie Nothomb (Hygiène de l'assassin, Cosmétique de l'ennemi...), les dialogues en huis-clos contenant arguments et contre-arguments ironiques ou inattendus, pointes perfides. En ces années-là, on sent encore prégnantes les années de linguistiques des langues anciennes, comme dans Les Catilinaires... A.N. déclare en 1995... [Lire la suite]

02 mars 2017

"De l'horrible danger de la lecture", de Voltaire (1765)

Imitation de décret promulgué par Joussouf-Chéribibi, imaginaire souverain du Saint-Empire ottoman, à ses sujets pour leur enjoindre de ne plus lire, car la lecture entraîne la prospérité, la clairvoyance, la fin de la tyrannie, la santé... Courte oeuvre modèle d'ironie. Ce qui est peu drôle pour un contemporain, c'est qu'il sait que les talibans ont condamné à mort un homme qui avait appris à lire à des petites filles en Afghanistan... Citation : À ces causes et autres, pour l’édification des fidèles et pour le bien de leurs... [Lire la suite]
Posté par DonaSwann à 15:50 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
07 mai 2011

_Paranoïa_, de Cizia ZYKË (1989)

Fernand Duclos est un jeune homme de vingt-cinq ans qui vit seul après le décès de sa mère, qui lui avait fait promettre que rien ne devrait jamais le déranger dans son labeur sacré d'écrivain. Il vit seul avec sa chatte persane adorée, Samirah, sans aucune vie sociale, sinon les quelques visites qu'il fait à son éditeur, qui l'exploite et le méprise sans vergogne, le faisant éconduire, la plupart du temps, par sa secrétaire. Il est donc cantonné à des romans de basse classe, alors que des quantités de textes de bonne facture, très... [Lire la suite]
Posté par DonaSwann à 10:25 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
28 septembre 2006

_Euthydème_, de Platon (IVème siècle avant J.-C.)

Remarquable florilège de sottises qu'on peut proférer au cours d'une éristique où l'on joue sur le lexique et la grammaire, sans s'embarrasser de la rigueur du raisonnement. Euthydème et Dionysodore ne conceptualisent pas et ne se plaisent qu'à piéger leur auditoire dans des non-sens (leur faire dire que vouloir la sagesse pour leur ami, c'est vouloir sa mort, qu'ils sont les frères de leur chien, etc.) et évitent soigneusement les sujets qui leur sont proposés pour aller vers ceux auxquels ils ont attaché des ficelles.... [Lire la suite]
Posté par DonaSwann à 21:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,