29 mars 2017

_L'Arabe du futur_, tome 3, de Riad Sattouf (2016)

Riad, ses parents et son petit frère Yahya vivent toujours dans un petit village syrien, en attendant un poste à la hauteur des capacités de son père, et que les arbres fruitiers, plantés autour d'une maison où l'eau et l'électricité ne sont pas toujours au rendez-vous, apportent la fortune. Hélas, entre jalousie, corruption et une pointe de rejet, la famille ne prospère pas et les scènes de ménage se multiplient entre les parents car la mère désespère d'une amélioration et exprime de plus en plus bruyamment son mal-être, entre... [Lire la suite]

22 décembre 2016

_Soumission_ de Michel Houellebecq (2015)

Voilà un livre que j'ai emprunté en cachant un peu la couverture, avec l'impression de devoir assumer de lire Mein Kampf... Beau résultat du battage médiatique orchestré par des gens stipendiés ou bénévoles qui font du contresens volontaire (dans le meilleur des cas) un moyen de courtiser le politiquement correct ; perdante dans tous les cas : l'intelligence. Flammarion avait pourtant bien souligné en rouge sur la couverture le mot "roman". Mais qui sait encore de quoi est fait ce genre ? On fait paraître sous ce titre tant de... [Lire la suite]
20 novembre 2016

_Bacha Posh_ de Charlotte Erlih (2013)

Une bacha posh, c'est un imposteur malgré elle. En Afghanistan, quand un père a la déveine de n'avoir que des filles, il peut choisir l'une d'elles et la travestir en garçon jusqu'à sa puberté, histoire de vivre le plaisir de transmettre et de dialoguer librement avec sa descendance. C'est ainsi que Farruhkzad, il y a dix, était devenue Farrukh et avait fini par oublier que ce qu'elle avait d'abord vécu comme un renoncement était un privilège à durée limitée. Entre-temps, Farrukh est devenu barreur dans une équipe d'avirons afghane,... [Lire la suite]
09 juillet 2016

_L'Arabe du futur 1_ de Riad Sattouf (2014)

Sous-titre : Une jeunesse au Moyen-Orient (1978-1984) Je lis la série dans le désordre. J'avais commencé par découvrir le tome 2, me voici à la genèse, l'arrivée de Riad encore bébé au Moyen-Orient, Libye, puis Syrie. Ce tome a collectionné les récompenses et j'en suis d'accord. Est-ce le fait d'avoir été sensibilisée au personnage du père au cours de la précédente lecture ? - j'ai trouvé que l'auteur ne lui faisait vraiment pas de cadeaux : pétri de contradictions, peu empathique, allongé en permanence chez lui en éludant et... [Lire la suite]
05 mai 2016

_L'Arabe du futur 2_ de Riad Sattouf (2015)

L'album Ma Circoncision m'avait déjà familiarisée avec le contexte de la vie en Syrie et surtout m'avait déjà présenté ce père tout en contrastes, muré dans la tradition et ses rêves aux dépens de ce qu'une situation particulière requiert d'attention et d'explications à un enfant. Riad Sattouf, sans aucun masque, semble-t-il, raconte les années 1984-1985 "dans la Syrie d'Hafez-Al-Assad", la cruauté et les aberrations de l'éducation, de la place faite aux femmes, les découvertes de l'enfant, comment il est amené à apprendre le... [Lire la suite]
10 janvier 2015

La Conjuration des ignorants

Je fais rarement des chroniques sur ce blog, mais parfois, j'ai des choses à dire que je tiens même à confier à des inconnus. Cette semaine a été tout bonnement glaçante et je l'ai passée, malade dans tous les sens du terme, devant mon écran à scruter les effets de la barbarie. Puis j'ai eu des nouvelles du travail.Des copines profs m'ont raconté les face-à-face ahurissants que l'institution avaient ménagés pour elles et leurs ouailles en guise de mission.Des gamins prennent pour des vérités ce que des gens plus ou moins bien... [Lire la suite]
Posté par DonaSwann à 21:34 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

25 juin 2014

_Parce que des hommes y vivent - Turquie, ma terre blessée_, de Martine PARTOÈS (2007)

Martine Partoès est une fervente catholique, qui vit dans l'oblation et donc dans l'aventure la plus pure. Elle a tout d'abord organisé une mission humanitaire à Adapazari, en Turquie, après le tremblement de terre, puis devant les requêtes des personnes dont elle partage un temps l'existence, elle décide de venir s'y installer pour plus longtemps, avec son mari et son fils. Elle fonde l'association "Parce que des hommes y vivent !" et s'occupera plus particulièrement des plus défavorisés, les handicapés. L'expérience est tout... [Lire la suite]
Posté par DonaSwann à 14:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
18 février 2013

"Wadjda" de Haifaa Al-Mansour (2012)

Wadjda (Waad Mohammed) est une adolescente toute en longueur, déjà frondeuse, peu soucieuse d'anticiper le statut de femme à part entière, d'autant qu'il semble déjà source importante d'interdits. En effet, Wadjda aimerait bien faire du vélo, pour rivaliser avec son ami Abdallah, mais sa mère (Reem Abdullah, de toute beauté) s'y oppose, estimant que ce n'est pas une activité décente pour une fille. Sa mère a beaucoup de soucis : un chauffeur pakistanais insolent et irrégulier (les Saoudiennes n'ont pas le droit de conduire... [Lire la suite]
28 octobre 2012

_Les Hirondelles de Kaboul_, de Yasmina Khadra

A Kaboul, hommes et femmes souffrent de la dictature des talibans, femmes instruites enfermées, hommes éclairés obligés de feindre le mépris à leur égard, femmes libres traitées en prostituées, musique et rires bannis... la vie n'est pas tenable pour eux. Atiq, qui a épousé Mussarat par gratitude et ne se résout pas à la répudier alors qu'elle est gravement malade, vit dans une morne dépression, plein d'une indifférence écoeurée pour tout ce qui l'entoure ; Mohsen, jeune homme instruit marié à Zunaira, féministe et belle comme une... [Lire la suite]
Posté par DonaSwann à 21:13 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
11 août 2011

_Les Désenchantées_, de Pierre LOTI (1906)

Djénane, Mélek et Zeyneb sont de jeunes Turques de la bonne société du début du XXème siècle à Stamboul. Cela signifie qu'elles ont eu un haut degré d'instruction, très tourné vers l'Occident, qu'on a aiguisé leur finesse intellectuelle, encouragé leurs talents de musiciennes (y compris et surtout sur un instrument occidental comme le piano), "comme de petites poupées" qui flattaient l'orgueil de leur père, tout cela pour finir par les jeter dans un mariage arrangé où elles seront cloîtrées dans le harem marital et priées d'oublier... [Lire la suite]