12 novembre 2017

_Zykë l'aventure_, de Thierry Poncet (2017)

Thierry Poncet, écrivain, a été l'assistant de l'écrivain Cizia Zykë (Tchiseu Zaïk, comme le lui prononcera à l'albanaise Ismaël Kadaré). Cela impliqua de le suivre en baroudeur à travers le monde (Maroc, Albanie, Thaïlande, Bali, Pays-Bas, Baléares... dans le désordre et sans exhaustivité), avec pour seul équipement une machine à écrire et un esprit de totale collaboration et d'abnégation. On n'est cependant pas dans le dolorisme ou la vénération : le récit (où les noms propres ont été changés pour la plupart) est rapporté par Poncet... [Lire la suite]

09 novembre 2016

"Moi, Daniel Blake", de Ken Loach (2016)

On ne garde plus les chômeurs à Londres : les y entretenir coûte trop cher. C'est ainsi que Katie, chômeuse londonienne, qui élève seule ses deux enfants, vient de s'installer à Newcastle, se trompe de bus et arrive en retard pour pointer et ne parvient pas à se faire entendre, ni comprendre, encore moins aider. Daniel Blake assiste à la scène et s'indigne de la situation, tente de l'arranger mais se fait mettre à la porte comme fauteur de troubles, et c'est dehors que les deux deviennent amis. Lui-même est victime d'une situation... [Lire la suite]
24 avril 2016

_Bandini_ de John FANTE (1938)

Chronique de la vie d'une famille d'immigrés italiens dans le Colorado au début du XXème siècle, les Bandini. Svevo, le père, souffre du manque de travail lié à sa profession de maçon l'hiver : au-dessous de certaines températures, il n'est pas possible de construire quoi que ce soit qui tienne. Son épouse, fervente catholique, sentimentale et déprimée, le regarde avec adoration, mais se trouve brisée quand elle découvre son infidélité. Les trois enfants, fort différents, tentent de se construire dans la pénurie, les contradictions,... [Lire la suite]
10 février 2016

_Au revoir là-haut_ de Pierre Lemaître (2013)

A la fin de la guerre, les forces s'économisent. Les Poilus pourraient raisonnablement espérer que l'on ne va pas improviser un combat de dernière minute, alors que les inconséquents qui les ont envoyés au massacre trament clairement cette fois de mettre fin au conflit... Ce n'est pas l'avis d'Aulnay-Pradelle, un obscur gradé, aristocrate ruiné, qui voyait dans cette guerre un moyen de s'illustrer et qui voit dans la perspective d'une démobilisation proche la fin de toutes les occasions de briller et de monter en grade. Sur la côte... [Lire la suite]
21 décembre 2014

_Comment on meurt_ d'Emile ZOLA (1876)

Ce recueil de cinq nouvelles naturalistes nous rapporte comment, dans la France d'Emile Zola, on pouvait mourir, dans la noblesse, en ville, à la campagne, chez de petits commerçants, chez des bourgeois, chez des ouvriers et des paysans. Chaque famille, chaque milieu a sa misère, sa noblesse, sa médiocrité mais aussi sa profonde solitude au moment d'affronter le moment du grand départ. On est frappé par la façon dont l'affection, l'attachement cèdent le pas devant la nécessité et le prosaïsme du quotidien, si bien que la mort perd... [Lire la suite]
05 septembre 2014

"Hippocrate" de Thomas Lilti (2014)

Benjamin entre en Internat de médecine comme on hérite d'une charge familiale lourde : son père est directeur de la clinique où il exerce. Très vite, les choses lui paraissent difficiles : ce qu'on sait et ce qu'on doit faire sont loin d'être en adéquation, surtout quand on fait face à la pénurie, au matériel et aux locaux vétustes. Comment Hippocrate aurait-il écrit son serment s'il avait connu cette escalade à la rentabilité que doit gérer aujourd'hui la médecine de masse ? C'est la question vers laquelle ce film nous amène peu à... [Lire la suite]

07 octobre 2010

_Une Vie violente_, de Pier Paolo PASOLINI (1959)

Tommaso Puzzilli va évoluer dans ce roman de l'enfance à la jeunesse, un peu avant l'âge des constructions. Ce jeune Romain (Petralata, la banlieue) vit au départ dans une sorte de bidonville, dans des conditions dangereuses, insalubres. La délinquance, les pédophiles, la tentation proxénète, la violence et les accidents le guettent, lui et ses jeunes camarades, grandis dans une quasi complète amoralité. Seule compte la survie. ll tombe amoureux d'Irène, une fille "plus grosse, plus forte, presque une allure de garçon, les cheveux... [Lire la suite]
Posté par DonaSwann à 11:33 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
26 août 2007

_Mendiants et Orgueilleux_ d'Albert Cossery et GOLO (1991)

Gohar, un philosophe décidé à vivre dans le dénuement dans les bas-fonds du Caire, entre son emploi d'écrivain public à l'usage des prostituées d'une maison close et son ami dealer qui le fournit en haschish, commet un crime absurde... Nour El Din, un policier homosexuel perdu entre deux vies, entre en scène... Avec les mêmes ingrédients que Durrell, Cossery, peut-être à cause de la forme de l'illustré, parvient à faire une histoire où le comique et la fraîcheur réussissent miraculeusement à affleurer. Il pose la... [Lire la suite]
Posté par DonaSwann à 20:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
02 avril 2007

_La Mort du petit cheval_, d'Hervé BAZIN (1955)

La conclusion de Vipère au poing annonçait une vie d'homme épineuse, sur la défensive, avec bien de la peine à aimer. La Mort du petit cheval le confirme, avec l'existence d'une deuxième voix, celle de sa mère, dans sa tête, qui ridiculise ses aspirations les plus pures et les plus légitimes, ce qui permettra à la femme de Jean Rezeau de lui lancer : "Toi aussi tu as tes références, mais à l'envers." Sa mère poursuit son entreprise de haine mais doucement le héros découvre des joies et s'achemine vers une... [Lire la suite]
Posté par DonaSwann à 15:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
12 février 2007

_L'Epopée d'un buveur d'eau_, de John Irving

L'épopée d'un pauvre petit clown craintif, roi du canular (j'ai adoré tous les passages de thèse bidonnée) et de l'évanescence. J'ai beaucoup mieux aimé que ma lecture précédente (Une Veuve de Papier), même s'il y a des parentés. La déconstruction de la trame narrative est parfois déroutante. Son changement à la fin du récit et un final presque rose bonbon soulagent et laissent perplexe.Irving est-il conscient des failles presque systématiquement urologiques (au sens propre et figuré) de ses personnages ?
Posté par DonaSwann à 11:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,