12 août 2019

"Yuli" d'Icìar Bollaìn (2018)

A Cuba, Yuli est le petit dernier d'une famille "mixte", d'un père d'origine africaine et d'une mère "hispanique". L'enfant se complaît à danser le hip-hop en compagnie de ce que son père estime être des voyous. Il a aussi bien perçu que son fils avait du talent et que le talent était le seul moyen pour l'enfant d'échapper à la pauvreté dans laquelle sa famille et sa condition d'enfant de couleur l'avaient mis. Cuba offrait une éducation gratuite dans une école de danse pourvu que l'enfant ait les capacités physiques de suivre les... [Lire la suite]

01 novembre 2018

"Thunder Road", de Jim Cummings (II) 2018

"Thunder Road"... un concours de circonstances, j'ai cru que j'allais voir "The house Jack built", l'histoire d'un serial killer joué par Matt Dillon, mon choucou.Et pas du tout... En réalité, c'est absolument génial que j'aie cru à chaque instant que le héros allait se transformer en monstre, parce que ça m'a permis de voir plus facilement qu'en réalité et par coïncidence, Cummings essayait de nous montrer quelqu'un qui, par miracle, ne bascule justement pas ! Jimmy Arnaud reçoit ses invités à l'enterrement de sa mère, ancienne... [Lire la suite]
27 octobre 2018

_Ça va mieux, ton père ?_ de Mara Goyet (2018)

Un achat un peu compulsif, à la suite à la fois du décès du compagnon d'une amie et de l'écoute sur les ondes radio de Mara Goyet. L'arrière-pensée était de prêter, de donner le livre à cette amie, mais je voulais le lire avant. D'où ce billet. Mara Goyet est déjà auteur, elle n'écrit pas sous l'inspiration de son actualité, son père est auteur, artiste et technicien du cinéma, Jean-François Goyet, et c'est un "jeune" Alzheimer. Avoir été élevée par un père qui aime les langues anciennes, qui se passionne pour des domaines aussi... [Lire la suite]
09 mai 2017

_Elle n'était pas d'ici_, de Patrick Poivre d'Arvor (1995)

Voilà ce qui se passe quand on lit un livre en langue étrangère au vocabulaire très recherché : on laisse plein d'autres livres qu'on ne penserait même pas lire lui passer devant... Celui-là, là, qui traîne en attendant d'être libéré en bookcrossing, par exemple... Préambule un peu acide, presque indécent par rapport au sujet du livre : le deuil d'un père après le suicide macabre de sa fille anorexique. C'est un livre thérapeutique pour son auteur, écrit sur le conseil d'un ami. Il ressemble à un recueil de textes d'enterrement,... [Lire la suite]
21 octobre 2016

_Moi, René Tardi, prisonnier de guerre au Stalag IIB_, TARDI (2012)

J'ai eu maintes fois rendez-vous avec les bandes-dessinées de Tardi, mais je prenais mon temps. Voilà qu'à la faveur du Challenge ABC 2016, je me décide à le lire pour ma lettre T. La "Drôle de guerre" n'est pas un bon souvenir, pour qui aime les récits de bataille glorieux et... nets. Le mérite de cette bande-dessinée est de mettre en évidence, en évitant au mieux la bidasserie dans laquelle Fombeure est tombé à pieds joints, le mélange d'enthousiasme, d'illusions et de dépit désorienté dans lequel se trouvèrent les soldats... [Lire la suite]
16 mai 2016

"Pauca Meae" in _Les Contemplations_, IV de Victor Hugo (1859)

Voilà une section qui présente certains des poèmes les plus connus de Victor Hugo, ceux qui ont été donnés en récitation, ou en lecture expliquée, méthodique, analytique, selon la dernière mode métalinguistique de l'Education nationale et donc selon votre âge. Ils tournent autour d'un événement tragique advenu le 4 septembre 1843, le décès de Léopoldine Hugo, jeune mariée, avec son époux, noyés tous deux. Le célèbre poète évoque la disparue, se révolte contre la volonté de Dieu, l'interroge, proteste contre un entourage qui, "Trois... [Lire la suite]

21 décembre 2014

_La Maison de Guillaume_ de Jean-Paul Basly (2008)

Le narrateur se rend à la maison de Guillaume qui fut pour une sorte de bande de titis expatriés dans la cambrousse du sud-ouest, une maison bleue bordélique où l'on vivait côte à côté mais sans sens du collectif. Il aperçoit le nouveau propriétaire de cette maison. Se met alors en marche dans sa mémoire le long réquisitoire de Guillaume contre ses hôtes, un récit décousu, bourré d'allusions jamais éclairées et de griefs incomplets. Stylistiquement, on a son compte : c'est de l'argot poétique, un jeu de logorrhée décousu qui a son... [Lire la suite]
Posté par DonaSwann à 17:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
12 avril 2013

_Le Rubis des templiers_, de Jorge Molist (2004)

Belle, jeune, brillante avocate d'origine espagnole, Cristina vit depuis de nombreuses années aux Etats-Unis et, comme sa mère, s'apprête à épouser un rassurant et riche américain. Mais l'héritage de son parrain Enric, et la promesse d'une chasse au trésor en Espagne, vient bouleverser ses projets... Curieux mélange de chicklit et de roman historique à la documentation minutieuse, mi-ésotérique, mi-roman d'aventures. Dommage que les personnages soient aussi typés et cliché, avec des rebondissements à la fois répétitifs et... [Lire la suite]
Posté par DonaSwann à 07:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
28 septembre 2012

_Une Soupe aux herbes_, d'Emilie Carles (1981)

Voilà un livre que j'ai libéré déjà deux fois en bookcrossing, sans l'avoir encore lu. Le titre, évoquant des recettes, des romans ou souvenirs d'une vie rurale me donnant une impression de déjà-vu, à cause des nombreuses fictions télévisuelles sur ce thème, ne m'avait pas inspirée assez. Après plusieurs années de purgatoire en pàl*, le voici en lice : Emilie Carles est n'a pratiquement pas connu sa mère et fut élevée par un père dévoué et généreux dans un monde montagnard et rural rude et frugal, avec une solide cohésion... [Lire la suite]
Posté par DonaSwann à 15:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
28 janvier 2012

_Portraits sans retouche_ de Roland Dorgelès (1952)

Ceci est un recueil de souvenirs personnels ou rapportés par des personnes proches de personnages connus et souvent aimés par l'auteur, illustré de quelques planches. La plupart d'entre eux sont des artistes de Montmartre, mais on y trouve aussi Edmond de Goncourt et Clemenceau. Dorgelès fait le portrait en mouvement par petites touches anecdotiques à la fois drôles, touchantes, enlevées qui sont agréables à lire. Il n'y a guère que lorsqu'il parle de "vrais" inconnus (inconnus de ma moindre culture : n'ignorais-je pas que Van Gogh... [Lire la suite]