26 août 2019

Quatre pièces de Jean Giono

Le bout de la route : 20 août 2019 Cacophonie énorme dans les premières répliques. Certes, Giono allait peu à Paris, mais il est évident qu'il connaissait son théâtre contemporain et on pense très fort à la poésie des répliques du théâtre de Giraudoux en lisant les échanges artificiels mis dans la bouche de villageois d'un hameau si perdu qu'il pourrait s'appeler Dogville, aussi artificiels que des bucoliques, dans un autre style ; mais les comparaisons s'arrêtent là. Le mystère est grand sur l'avenir de Jean. La fin est frappante,... [Lire la suite]

08 août 2019

_Le Porteur d'histoire_ d'Alexis Michalik (2012)

Voilà une petite pièce en édition scolaire qui ne me disait trop rien. Et voilà qu'en préparant mes cours et en "séchant" sur les lectures cursives à donner, j'aperçois sur la couverture : "Nouveau Bac 2nde - 1ère". Allez, on ne va pas refuser une petite aide (ni quelques heures de lecture dont on dira crânement : "J'ai bossé toute la journée"). Et me voilà plongée dans une comédie très improbable, dont je me suis demandé immédiatement (réflexe pavlovien issu des anciens programmes) comme diable ça pouvait être mis en scène : les... [Lire la suite]
09 juillet 2019

_1336 - Paroles de Fralibs_ de Philippe Durand (2016)

J'ai entendu comme tout un chacun parler des Fralibs, mais de loin. Je m'étonnais qu'ils gagnent tout le temps au tribunal, mais que la lutte ne prenne jamais fin. J'en savais suffisamment pour trouver leur lutte légitime et l'attitude de leur direction injuste et obscène, pour vouloir les soutenir en achetant leurs produits... j'ignorais à quel point tout cela était vrai, et plus encore ! Les Unilever de Gémenos se sont formés, savent faire du thé nature ou parfumé de qualité. Une nouvelle direction arrive, installe une boîte à... [Lire la suite]
18 octobre 2018

_L'Excès contraire_ de Françoise Sagan (1987)

Frédéric de Combourg est un très beau jeune homme, obsédé par la gente féminine et les plaisirs, au point d'en être capon, lâche : comment accepter de quitter tout cela en mourant ? Or, loin de la Saxe, il est en garnison dans Vienne où il "épuise tout un bordel" et écume les bals. Il suit chez elle une femme mystérieuse, Adèle Von Beld, mais apprend trop tard qu'elle est l'épouse du seul homme de Vienne qui ait le droit de se battre en duel... C'est son ami Wenceslas Von Fürtz qui le lui apprend et qui ajoute qu'en plus, Cornelius... [Lire la suite]
23 juin 2018

_Les Bonnes_ de Jean Genet (1947)

J'avais connu Jean Genet grâce à la mise en scène, au théâtre de La Criée, des Paravents, par Marcel Maréchal, et compris sa sulfureuse portée. Plus tard, j'ai connu sa biographie étonnante ; mais Les Bonnes, ce célèbre drame du XXème siècle, m'avait paru trop artificiel. Fondée sur un fait divers (les soeurs Papin assassinant sauvagement leur maîtresse) et une chanson de Cocteau, Jean Genet a imaginé un jeu entre deux bonnes, Claire et Solange. Une sorte de jeu de rôle où l'un d'elle joue leur maîtresse et l'autre se soumet à elle,... [Lire la suite]
14 juin 2018

_Fin de partie_ de Samuel Beckett (1957)

Heureusement qu'au milieu de journées qu'il me faudrait à trente-six heures pour caser tout ce qu'il faut faire - et qui ne le sont pas, un nouvel impératif arrive, qui est celui de lire. Faute de pouvoir reprendre le sport à la faveur du dégagement de mes heures de cours au profit de la préparation à l'examen, c'est ce dernier qui m'impose de lire (ou de relire) les livres au programme de mes candidats d'oral. Me voilà donc aux prises avec Fin de partie, que je croyais avoir lu... Que j'ai peut-être lu, mais dont je ne me souvenais... [Lire la suite]

08 mars 2018

_Les Monologues du vagin_ d'Eve Ensler (1996)

Il m'arrive rarement de faire des lectures de circonstance (8 mars, Journée internationale de lutte pour les droits des femmes), mais j'y sacrifie parfois, en lisant avec un amusement teinté de lassitude que des femmes politiques en place ou qui le furent, en ont joué des extraits, et que moi, je ne connaissais toujours pas le texte. Il faut dire que l'exploitation du texte m'a toujours paru, notamment outre-atlantique, le tremplin à la fois politiquement correct et sulfureux pour se mettre en avant quand on est une actrice, et ça m'a... [Lire la suite]
Posté par DonaSwann à 09:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
17 janvier 2018

_Le Dyscolos_ de Ménandre (317 avant J.-C.)

Sostrate a aperçu une jeune fille près du sanctuaire de Pan et il en est aussitôt tombé amoureux. Hélas, elle est la fille du Bourru, d'un misanthrope, coléreux, qui ne déteste rien tant que d'avoir affaire à l'un de ses semblables. S'approcher de lui pour plaider sa cause est pratiquement impossible. Heureusement, aidé par Gétas, l'esclave débrouillard de Gorgias, le beau-fils du Bourru, et par Pan qui provoque un accident, Sostrate va pouvoir obtenir la main de la jeune fille... Ménandre ne m'a longtemps été connu que par ses... [Lire la suite]
Posté par DonaSwann à 20:57 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
30 décembre 2017

_Zoo ou l'Assassin Philanthrope_ de Vercors (1963)

Un jeune journaliste, Douglas Templemore, convoque le médecin à la fin de la nuit pour lui annoncer qu'il a tué son fils... Or son fils n'est peut-être pas un humain, car la "mère" appartient à l'espèce Paranthropus erectus et a été logée... dans un zoo. Dans ce cas, est-il toujours un meurtrier ? Il faudrait qu'il soit condamné pour que les Paranthropi, en danger d'être exploités comme des animaux, et découverts en Australie, soient déclarés symétriquement humains ; il faudrait qu'ils ne le soient pas pour qu'il échappe à la peine... [Lire la suite]
03 décembre 2017

_Le Marathon_ de Claude Confortès (1973)

Livarot, Nazaire et Jules sont lancés dans un marathon... Pour l'un, c'est sa première course, pour l'autre, la dernière, et le troisème est déjà trop vieux. Ils discutent... C'est le plus grand succès de Claude Confortès et un exemple du théâtre épique, dont je ne connaissais pas même la dénomination. Beaucoup de choses m'ont laissée perplexe, et ce n'est même pas le mélange des genres (théâtre contemporain évoquant Beckett, comédie musicale...) qui était le pire. J'avais beaucoup de mal à imaginer la mise en scène. Certes, ils... [Lire la suite]