Mots et Images

01 janvier 2018

Défi Bingo 2018

Croquignolle propose encore cette année le Défi Bingo 2018, inspiré de Babelio. Voici les niveaux : NIVEAU ÉTAIN : 10 livres lus NIVEAU PORCELAINE : 20 livres lus NIVEAU PERLE : 30 livres lus NIVEAU ÉMERAUDE : 40 livres lus NIVEAU OR : 50 livres lus NIVEAU DIAMANT : 60 livres lus NIVEAU PLATINE : 70 livres lus NIVEAU CHÊNE : 80 livres lus Voici les catégories : 1. Un roman issu des littératures de l'imaginaire : D'une flamme qui ne s'éteint pas, de David Castella, L'Arbre des possibles, de Bernard Werber, Latium I, de Romain... [Lire la suite]
Posté par DonaSwann à 12:00 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags :

16 décembre 2018

_Le Paradis des femmes et l'Enfer des chevaux_ d'Idriss Al'Amraoui (1860ca)

Ce petit livre de voyage, une rihla, d'un dignitaire marocain dans la France de Napoléon III, m'a beaucoup surprise, je l'ai trouvé inattendu dans son style. Le titre me faisait penser à un texte poétique, des broderies sur motif ; en réalité, c'est un journal de voyage évoquant des détails très concrets, parfois prosaïques, à l'usage de Marocains restés au pays. J'ai immédiatement pensé à l'importance du regard d'un étranger pour connaître un pays, sachant que tout regard est guidé par son sens propre de ce qui est "normal" ou... [Lire la suite]
Posté par DonaSwann à 23:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
12 décembre 2018

"Heureux comme Lazzaro" de Alice Rohrwacher (2018)

Le film se passe dans une contrée d'Italie qu'on imagine bien du Sud, la Sicile, pourquoi pas ? Le marchesino ne s'appelle-t-il pas Tancredi et ne fera-t-il pas un mariage analogue à celui du neveu du Guépard, de Visconti ? Plus vraisemblablement encore en Sardaigne où le servage a été aboli plus tardivement que dans le reste de l'Italie, à la fin du XVIIIème siècle. L'action du film se passe à une époque que je situerais entre les années 50 et 60, sans réellement pouvoir l'argumenter, dans un village, l'Inviolata, qui vit hors du... [Lire la suite]
09 décembre 2018

_Latium_, tome 1 de Romain Lucazeau (2016)

Dans un futur très lointain, la race humaine a disparu, victime d'une épidémie douloureuse supprimant l'ADN de chacun. Ne subsistent d'elle que des vestiges culturels gréco-romains : la langue, les dénominations, l'impérialisme... et les intelligences artificielles qu'elle a créées. Mais ces I.A., appelées Intelligences, daïmones, noèmes, etc. selon leur degré de complexité, capables de se dédoubler ou de s'agglomérer, sans l'humain pour les remettre à jour, deviennent sénescentes.L'une d'elles, Plautine, est la chef de la Nef, un... [Lire la suite]
08 décembre 2018

_Entre les murs_ de François Bégaudeau (2006)

Relecture du 25 juin 2008. Il serait faible de dire que les premières pages du roman m'ont déplu : j'étais hérissée devant les manières de ce professeur de français, que je trouvais complètement irrespectueux de ses élèves (le "M'sieur, vous charriez trop" est, pour une fois, justifié) et même du savoir qu'il enseignait : "ça dépend", "ça ne sert à rien", "on s'en fiche". Il m'a vraiment donné l'impression qu'il venait sans avoir préparé son cours : il suffit de voir qu'il donne l'exemple "J'ai vendu ma voiture à un homosexuel" (très... [Lire la suite]
Posté par DonaSwann à 19:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
19 novembre 2018

"Capharnaüm", de Nadine Labaki (2018)

Primé quatre fois au Festival de Cannes 2018. Zain (Zain Al-Raffeea, extraordinaire) est un enfant des rues de Beyrouth, au Liban ; il a pourtant une famille, fort nombreuse au demeurant. Pour contribuer à aider ses parents, dans des trafics essentiellement, on lui fait renoncer à la scolarité, alors que c'est son rêve. Quant à sa soeur... il est fort inquiet de l'intérêt "honorable" d'un adulte pour elle et l'idée de s'enfuir vient de plus en plus fréquemment dans son esprit... Dès le début du film, nous savons que le petit... [Lire la suite]

17 novembre 2018

Exposition Paroles de Poilus à la Médiathèque

Médiathèque La Passerelle Vitrolles   Le samedi 17 novembre 2018, nous avons eu le plaisir d'assister à la visite guidée de l'exposition Paroles de Poilus. Sous formes de pièces de puzzle, comme les différentes parties, les intersubjectivités, qui construiront le tableau de la vérité historique, bien malmenée par la propagande, des extraits d'albums, de textes, d'articles sont proposés aux visiteurs. A côté de ces installations, des armoires en bois proposent différents albums, dont celui, de toute beauté, de Jean-Pierre... [Lire la suite]
15 novembre 2018

_Huit heures ne font pas un jour_ "Jochen et Marion" de Rainer Werner Fassbinder (1972-2018)

Je connais peu le cinéma allemand et pas du tout Fassbinder, c'est certain, même pas "Le Mariage de Maria Braun", que tout le monde a vu, paraît-il... Il a fait en 1972 le premier volet d'une série de cinq épisodes intitulée "Huit heures ne font pas un jour". Il nous en était proposé une copie restaurée cette année et destinée à une diffusion cinématographique. Le propos est engagé dès le titre, me semble-t-il, puisqu'il semble être celui d'un patron qui estime que faire travailler huit heures par jour ne suffit pas à hypothéquer... [Lire la suite]
01 novembre 2018

"Thunder Road", de Jim Cummings (II) 2018

"Thunder Road"... un concours de circonstances, j'ai cru que j'allais voir "The house Jack built", l'histoire d'un serial killer joué par Matt Dillon, mon choucou.Et pas du tout... En réalité, c'est absolument génial que j'aie cru à chaque instant que le héros allait se transformer en monstre, parce que ça m'a permis de voir plus facilement qu'en réalité et par coïncidence, Cummings essayait de nous montrer quelqu'un qui, par miracle, ne bascule justement pas ! Jimmy Arnaud reçoit ses invités à l'enterrement de sa mère, ancienne... [Lire la suite]
28 octobre 2018

Le Chat du Rabbin, tome 8 : "Petit panier aux amandes" de Joann Sfar (2018)

Jules, le mari de Zlabya, la bien-aimée maîtresse du Chat, reçoit la visite d'un jeune couple : il faut qu'il aide la future mariée à se convertir au judaïsme afin qu'elle s'intègre bien dans la famille. Jules refuse dans la mesure où l'amour est un fondement trop volatile pour y ancrer quelque chose d'aussi dévorant, contraignant et ostracisant parfois aussi, que le judaïsme. On apprend ensuite avec surprise qu'en réalité, le fiancé n'est pas lui-même si à cheval sur les traditions quand elles l'ennuient... Aline, sa fiancée, pose... [Lire la suite]