Mots et Images

01 janvier 2020

Défi Bingo 2020

Cette année encore, je vais participer au défi BINGO 2020 (inspiré du défi de Babelio, lequel est débarrassé de son défaut majeur à mes yeux : la tendance à privilégier le genre du roman alors que mes lectures sont très éclectiques. Dans le nouveau, option "aventure curieuse", je peux choisir le genre illustré. 10 niveaux vous sont proposés dans cette édition : NIVEAU LUXEMBOURG : 10 livres lus <= celui que je vise NIVEAU CUBA : 20 livres lusNIVEAU NEPAL : 30 livres lusNIVEAU GHANA : 40 livres lusNIVEAU JAPON : 50 livres lusNIVEAU... [Lire la suite]
Posté par DonaSwann à 08:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

01 septembre 2019

Défi de l'éclectisme 2020

Essayer de remplir au moins 20 catégories sur 25 entre le 1er septembre 2019 et le 31 août 2020 parmi les suivantes :1. un roman classique français : La Princesse de Clèves, de M-Madeleine de La Fayette (relecture)2. un roman classique étranger : Anna Karénine, de Léon Tolstoï3. un roman épistolaire : Le Projet Schelling, de Peter Sloterdijk4. un roman érotique : La Vie sexuelle des super-héros, de Marco Mancassola5. un roman d’horreur : Hannibal Lecter - Les Origines du mal, de Thomas Harris6. un roman pour la jeunesse : Percy... [Lire la suite]
Posté par DonaSwann à 08:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
24 janvier 2020

"Seules les bêtes" de Dominik Moll (2020)

Sur le Causse, les gens n'aiment pas être seuls ; certains couples semblent ne tenir qu'à ça. Joseph Bonnefille (Damien Bonnard) qui vivait avec sa mère, laquelle est décédée il y a peu, est passablement perturbé mais vit à contre-coeur la liaison que lui impose Alice Farrange (Laure Calamy), son assistante, qui croit l'aider ainsi. Le mari de l'assistante, Michel Farrange (Denis Menochet) n'est pas dupe mais semble étrangement détaché. On apprend qu'une lointaine habitante du Causse (Valeria Bruni-Tedeschi) a disparu. Plus loin, en... [Lire la suite]
10 janvier 2020

"Le Hussard sur le toit" de Jean-Paul Rappeneau (1995)

J'avais vu plusieurs fois le film, et je l'ai aimé ; je l'ai montré aussi beaucoup et donc revu. Il m'a donc fallu presque de la politesse pour rester voir un film que je connaissais autant, pour avoir en plus lu et relu le roman de Giono, après la conférence. Rappeneau a pris le parti de recréer des effets littéraires voulus par Giono, qui n'avait pas toujours, en son temps, eu les moyens techniques de les produire. On reconnaît le chemin miroitant d'or (préfiguration de la gloire à venir du jeune homme, mi-carbonaro, mi-chevalier... [Lire la suite]
04 janvier 2020

_Les Liaisons dangereuses_, de Choderlos de Laclos (1782)

 Ce roman a été lu plusieurs fois ; cette fois-ci, je me suis essentiellement concentrée sur les lettres de la Marquise de Merteuil, car je souhaitais la comprendre un peu plus. Il m'apparaît que dès la lettre IV, on saisit qu'il y a une faute impardonnable commise par Valmont, à l'origine de toute l'affreuse vengeance mise en branle presque dès cet instant contre lui. Lui a la naïveté de croire que leur libertinage commun et avoué, leur liberté de confidence implique totalité de la confidence et de la confiance. Je retrouve... [Lire la suite]
03 janvier 2020

"It must be heaven" d'Elia Suleiman (2019)

Elia Suleiman (dans son propre rôle) quitte la Palestine où il vit, part à Paris, puis à New York pour proposer son film. A Paris, on lui reproche que sa Palestine n'ait pas l'air d'un pays où se déroule un des conflits les plus épineux du monde, qu'elle ressemble à n'importe quel pays. Dont ce film qui prend ce jugement à rebrousse-point : effectivement, Paris et New York ont bien souvent l'air d'un pays occupé, inquiétant, sécuritaire. Le style est bien évidemment poétique. Le réalisateur, cadré en milieu d'image, silencieux, le... [Lire la suite]

03 janvier 2020

"Chanson douce" de Lucie Borieteau (2019)

Le film, tiré du roman de Leïla Slimani, Prix Goncourt, illustre notre cauchemar à tous, à toutes, condamnant le blâmable désir d'être plus qu'une mère et de déléguer le maternage à une autre. Le premier est bien sûr celui d'être évincée, le suivant, de s'être trompée de rivale... Elle était pourtant bien rassurante, Karin Viard, dans le rôle de cette banlieusarde bon chic, adorant les enfants, calme, organisée sur laquelle on peut toujours compter. En off, pourtant, Lucie Borieteau organisme un crescendo qui nous fait pourtant... [Lire la suite]
31 décembre 2019

_La Trame_ de Patrick Burensteinas (1997)

J'ai reçu trois soins de trame. Le premier m'a donné des sensations tout à fait spectaculaires et j'ai eu l'occasion de lire ce livre, très simple et pratique, qui, à mon avis, ne dispense pas d'une véritable formation. Patrick Burensteinas n'assure plus ces formations, mais d'autres ont pris le relai. Cela consiste à "réaligner" les cellules du corps. Cela ne les ré-énergise pas contrairement à la magnétisation, ce qui n'aura pas l'inconvénient de stimuler les cellules malignes mais cela ré-harmonise. Après, pas de miracles. J'ai vu... [Lire la suite]
Posté par DonaSwann à 08:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
27 décembre 2019

_Silhouette_de Jean-Claude Mourlevat

Je ne connaissais pas du tout cet auteur et j'ai été étonnée de la simplicité des récits, des contournements des clichés qui rôdaient sournoisement autour de la thématique de chaque, de l'efficacité avec laquelle l'auteur emmène son récit vers la chute... qui m'a saisie bien souvent. "Silhouette" : Une secrétaire décide d'accepter de faire une silhouette dans un film où joue son acteur préféré. Mais la réalisatrice ne joue pas franc jeu avec elle. "Pardon" : Un homme apprend qu'il n'a plus que quelques mois à vivre. Il décide... [Lire la suite]
Posté par DonaSwann à 20:48 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
20 décembre 2019

"Mon Chien Stupide" d'Yvan Attal (2019)

Le roman de John Fante est sur ma pàl, j'ai saisi alors l'occasion de voir le film un peu avant. Le héros déteste sa vie, ses enfants, il les trouve insupportables, il tyrannise sa femme qui déteste la vie à la campagne, n'arrive plus à écrire et estime que tout est de la faute de son entourage. Le hasard va faire débarquer dans sa vie, à commencer par son canapé, un énorme chien douteux, d'une intelligence discutable et mû par de troubles penchants humanophiles et homosexuels. La bête va faire fuir, directement ou pas, un à un, les... [Lire la suite]