la-revolte-des-nonnesD'après une histoire véritable et s'appuyant sur deux documents authentiques, retranscris à la fin du roman, Régine Deforges imagine ce qui a pu amener une grande partie des nonnes du monastère de Sainte-Croix, avec, à leur tête, trois princesses de sang, à s'enfuir en 589 et demander justice contre l'abbesse Leubovère.


Tout serait parti d'une petite fille, presque un bébé, Vanda, recueillie quelques années auparavant par l'abbesse précédente, la sainte reine Radegonde. L'enfant avait été trouvée par le Gaulois Romulf en train de téter une louve, alors que différents éléments de ses vêtements marquaient une origine royale. L'enfant parlait cependant une langue inconnue.

Adoptée par la reine, baptisée, elle ne connaît pendant quelques années que l'affection générale, à l'exception sans doute de la responsable des novices, Leubovère, et certaines autres nonnes, pour lesquelles le fait que l'enfant ait été trouvée sur un ancien lieu de culte païen, la Pierre Levée, et au milieu des loups, est un signe démoniaque. L'ambiance se trouve également gâtée par les exigences et les prétentions de Chrotielde et de Basine, deux princesses royales, qui ont du mal à se plier à la règle monastique, à bannir colifichets, à accepter pénitences et humilité. La mort de Radegonde et les vexations de Leubovère vont mettre le feu aux poudres. Pour des raisons parfois très différentes, une grande partie de nonnes va se révolter contre son abbesse et s'enfuir ici ou là, attaquées ou défendues, selon les cas, par des bandes plus ou moins recommandables... la moins inquiétante étant la meute de loups à laquelle a appartenu Vanda et qui lui est restée fidèle...


D'un fait historique sur lequel les seuls documents subsistants sont forcément orientés, Régine Deforges bâtit une histoire intéressante, qui contient, grâce aux motivations toutes différentes des différentes nonnes, toutes les hypothèses sur les origines de la révolte monacale. L'histoire est merveilleuse, sérieuse, sulfureuse, sanglante juste ce qu'il faut. Pour les amateurs de romans historiques, elle est bien documentée et tout un monde de costumes, de règles, de liens, toute une société poly-ethnique se met en place sous nos yeux. Les amateurs d'évasion seront comblés également.