he-mademoisellePetit florilège de ce qu'on peut s'entendre dire et tenter de dire dans la rue quand on est une femme, si possible jeune et jolie, mais même pas toujours (et dans ce cas, on peut prendre cher) de la part d'hommes sans aucune éducation, éthique ni dignité. On y voit la différence entre la drague (ce qu'ils croient faire, ou feignent de croire faire) et le harcèlement sexuel, et malheureusement, Yatuu évoque par deux fois que le fait que le second se répande rend la drague de plus en plus mal interprétée et de plus en plus impraticable.

he-mademoiselle_3

J'avoue, j'ai pris cette BD pour la lettre Y du nom de l'auteur, avec un brin de remords : "Une BD sur le harcèlement sexuel, tu te fais juste du mal, tu ne liras rien que tu ne connaisses déjà de toutes les façons, et en plus, il y en a une autre, là, Génération Mal Logée, qui doit viser moins bas."

Bah, ça m'a fait plus rire que grincer des dents, même si, effectivement, il n'y avait rien là-dedans qu'on n'ait entendu avant, dans certaines émissions de radio de cet été ("Les Nouveaux féminismes"...) ou même Paie ta shneck. J'ai particulièrement aimé les pages où : 1/ une femme essaie d'imaginer que ces dragues lourdes ont pu marcher une fois... et n'y parvient pas ! ; 2/ elle imagine la situation inverse, à savoir ce que pourraient dire des femmes décidées à traiter les hommes qui leur plaisent comme de la barbaque. Juste horrible ! aussi.

Après avoir lu cette BD, je crois de plus en plus que ce type de dragueurs ne tient pas plus que ça d'arriver à ses fins... sans quoi il aurait rectifié le tir depuis longtemps et servi à sa proie, comme le font d'autres, ce qu'elle attend (si tant est qu'on attende ce genre de trucs dans la rue !) : un minimum d'attention personnelle, de délicatesse (dans la rue, quoi, m**** !) même si cela doit impliquer un délai et une autre entrevue. S'ils ne rectifient pas leurs propos et attitudes lamentables, c'est qu'ils en saisissent parfaitement la portée : il s'agit de mettre mal à l'aise la femme assez affranchie pour arpenter la rue sans chaperon, faire naître en elle le soupçon qu'elle n'y est peut-être pas à sa place, qu'elle le paie d'une mise en danger, qu'il y a une sorte de droit de péage qui est sa dignité, face à un abruti qui n'a que son chromosome XY pour se sentir fort et à la place. Bref, c'est bien du harcèlement sexuel, mais sans obligation de résultat autre que "moral", à mon avis.