LOVE-Aimez-vous-pour-aimer-mieuxJ'avoue que le sous-titre de l'ouvrage qui présente Lucie Mariotti comme "la Love Coach la plus populaire de la télévision" m'a rappelé que je ne regarde plus guère la télévision depuis trois ans... Après quelques pages qui m'ont donné une impression plutôt favorable, je n'ai pas pu m'empêcher d'aller voir de qui il s'agissait. Il s'agit d'une psychologue qui officie dans une émission de télé-réalité appelée "La Villa des Coeurs brisés"... Je ne suis déjà pas fan du genre, alors un titre pareil aurait eu de quoi me faire fuir.

Elle écrit des choses intéressantes, malgré le fait que je connaisse bien le sujet, mais surtout, les exercices proposés à la fin des thématiques abordées (la confiance, la communication, les schémas de répétition, la gestion des émotions, dépendance affective, peur de l'abandon et perversion narcisssique, le lâcher prise, le couple, les ex) ne sont pas tous ultra-téléphonés. Certains m'ont même donné envie de les tenter et me semblent pouvoir donner des résultats, même s'ils demandent parfois de l'aide d'autrui ; or il me semble que quelqu'un pris dans des problématiques relationnelles ne peut pas toujours se livrer ainsi aux autres. Les exercices de confiance en soi m'ont paru capitaux et, si je dois en faire, c'est par eux que je commencerai.

Lucie Mariotti illustre les thématiques par des cas rencontrés en cabinet ou sur le plateau de l'émission et c'est souvent là que je ne la suis pas. J'ai eu du mal à décider si elle se montrait extrêmement impérative ou déstabilisante par choix thérapeutique ou si c'était une demande télévisuelle pour faire du spectacle : je ne suis pas sûre que dire brutalement "non" pour interrompre le propos de quelqu'un qui tâche de faire une déclaration d'amour (vu à la télévision pendant ma lecture) et qui, sûrement, se fourvoie, soit fructueux. De même, j'ai été un peu choquée par l'uppercut verbal envoyé à une jeune femme qui se demandait pourquoi elle était systématiquement quittée pour une autre femme (qui se révélait la bonne chaque fois) : "Qu'est-ce qui en toi envoie le message : "Bonjour, je ne suis pas la femme de votre vie, je suis celle qui vient juste avant !" Je veux bien admettre qu'on a plus de responsabilité qu'on le voudrait dans ses déboires, mais faire endosser à quelqu'un qui souffre et qui, certainement, se dévalorise un peu plus chaque fois, la totalité de la responsabilité de ses échecs est un peu violent sous cette forme.

Au niveau graphique, il y a eu aussi une mise en page dans des harmonies rouge-rose-blanc-noir et des polices originales, très recherchée et c'est un objet-livre que ceux qui feront usage des conseils et des exercices pourront volontiers garder, comme on garde et on customise un journal intime.