30 avril 2015

Un peu de pub pour une librairie de Vitrolles : l'Alinéa (bis) !

Voilà quinze ans qu'aucune librairie ne s'était ouverte ni n'avait eu l'intention de s'ouvrir à Vitrolles ! Heureusement, la célèbre librairie L'Alinéa de Martigues a accepté de laisser aux Vitrollais un "petit", de l'autre côté de l'étang, pour éviter que les autochtones n'aient besoin de filer encore quinze ans dans les villes voisines, les hypermarchés où les seuls poches qu'on trouve sont ceux des best-sellers ou des classiques... Au mois de septembre 2014, j'ai vu la librairie s'ouvrir, puis j'en ai franchi le seuil une fois, la... [Lire la suite]
Posté par DonaSwann à 14:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

28 avril 2015

_La Fabrique du crétin - La mort programmée de l'école_ de Jean-Paul Brighelli (2005)

Voici enfin un peu de temps pour lire cet essai dont j'avais beaucoup entendu parler. Il ne dit rien de bien nouveau par rapport à d'autres auteurs (Maurice T. Maschino, par exemple, et son "Vos enfants ne m'intéressent plus" ou "Voulez-vous vraiment des enfants idiots ?"). Pour beaucoup de choses, je souscris à son analyse : une réforme Haby instituant le collège unique sur une hypothétique (et fausse) hausse de la natalité, entérinant une coutume qui n'a jamais été stoppée depuis, - tout juste ralentie : la baisse du nombre... [Lire la suite]
24 avril 2015

"Une Belle fin", d'Uberto Pasolini (2013)

Primé à la Mostra de Venise et au Festival d'Edimburg. John May (Eddie Marsan) est enquêteur modeste et laborieux pour sa municipalité britannique : il organise les funérailles de concitoyens retrouvés morts chez eux, et apparemement sans famille, ni amis, ni autres proches, après avoir tenté de contacter ces derniers, s'ils existent, à l'aide d'indices retrouvés dans leur appartement. C'est lui qui écrit les éloges funèbres de ces parfaits inconnus dont personne n'a rien à dire, à partir de photos, d'objets, de lettres, leur redonne... [Lire la suite]
24 avril 2015

_Chien de faïence_ d'Andrea CAMILLERI (1996)

Quand Tanu u Grecu, un gangster sicilien, vient solliciter secrètement le commissaire Montalbano pour qu'il l'arrête, ce dernier ne s'imagine pas que cela ne sera pas sa seule surprise, et que la série d'arrestations et de perquisitions qui s'ensuivront le mèneront sur les traces d'une très vieux crime, dont les victimes reposent dans une grotte secrète. Deux amants de l'époque de la 2ème guerre mondiale, nus et momifiés, sont retrouvés enlacés, entourés d'objets curieusement disposés et notamment un chien de faïence qui semblait... [Lire la suite]
19 avril 2015

_Trente-six chandelles_ de Marie-Sabine ROGER (2014)

Mortimer Decime est une victime atavique du destin, un véritable héros tragique : il est issu d'une lignée dont tous les mâles (surnommés Décimé au XVIIème siècle) ont un prénom qui commence par Mor ou Maur et qui décèdent le jour de leur anniversaire de 36 ans, sans exception. Difficile de concevoir des projets d'envergure, et même de concevoir tout court quand on croit savoir devoir partir en pleine force de l'âge en laissant des orphelins jeunes et une veuve... Le récit nous invite à scruter ce destin hors du commun et un arbre... [Lire la suite]
Posté par DonaSwann à 07:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
10 avril 2015

_Lettre ouverte au déprimé_ de Pascal-Henri KELLER (2013)

L'auteur perdit un frère diagnostiqué comme dépressif, à cause d'antidépresseurs qui provoquent le suicide qu'ils sont censés empêcher ; ce fut l'objet d'une communication scientifique scandaleuse de 2008. Il s'interroge alors à juste titre de la pertinence du tout-chimique pour "soigner" la légitime tristesse qu'on peut ressentir devant une réalité, une vérité qui nous blessent, une solitude, un entourage qu'on subit... Pourquoi traiter en malade quelqu'un qui a une réaction tout à fait attendue de chagrin et de découragement dans... [Lire la suite]

06 avril 2015

"Cerise", de Jérôme Enrico (2015)

Cerise (Zoé Adjani-Vallat) est une adolescente "du 9-3" qui n'a jamais entendu parler du Musée Carnavalet ou d'autres hauts lieux de la vie culturelle parisienne mais sa culture est dans les pages de magazine de mode ou des tabloïds. Elle vibre aux clips de son idole Matt je-ne-sais-plus quoi, se maquille comme une jeune femme délurée, ce qui ne va pas sans provoquer des malentendus. Sa mère (Olivia Côte) a le sentiment de ne plus rien maîtriser (on assiste à quelques scènes d'affrontement qui font penser à certaines émissions de... [Lire la suite]
21 mars 2015

_Eloge de la faiblesse_ d'Alexandre JOLLIEN (1999)

Socrate dialogue avec Alexandre, l'auteur lui-même, handicapé moteur cérébral et philosophe. Il évoque les acquis de l'expérience, l'éducation dans un centre spécialisé, puis son intégration parmi des condisciples sans handicap majeur, la façon dont il s'est battu pour être qui il était et la façon assez naturelle dont il a accepté sa "faiblesse". Un livre absolument captivant, qui donne une très fausse impression de banalité, et un peu celle d'avoir été écrit au fil de la plume. J'ai immédiatement songé à tous les jeunes auxquels... [Lire la suite]
18 mars 2015

_Trois carrés rouges sur fond noir_ de Tonino BENACQUISTA (1990)

Antoine est "accrocheur de tableaux", il "gagne sa croûte en en accrochant", il garde la galerie d'art contemporain Coste, qui doit recevoir l'exposition Morand, quand il est agressé violemment par un voleur. Il perd sa main dans la lutte et tous ses rêves de championnat de billard. Plein de désirs de vengeance, il mène une enquête parallèle pour retrouver son agresseur. Ses pistes l'emmènent vers un ancien collectif de peintres, les Objectivistes, dont plus personne - ou presque - ne se souvient... Un polar sympathique qui se... [Lire la suite]
Posté par DonaSwann à 14:51 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
08 mars 2015

"Chappie" de Neill Blomkamp (2015)

Dans une Afrique du Sud dystopique et binaire du futur, la société est partagée entre un underground punk et une face réactionnaire et obsédée par la sécurité. Ce sont des robots qui font office de policiers ; plusieurs reviennent dans des états absolument lamentables. L'un d'eux devrait être mis hors-circuit, car sa batterie ne pourra plus se recharger, et un inventeur génial se sert de cet exemplaire pour vérifier une intuition scientifique : donner une sorte de sens moral, d'affectivité à un robot. Hélas, il se fait dérober cette... [Lire la suite]