28 janvier 2015

_Le Temps où nous chantions_ de Richard POWERS (2003)

Jonah a une voix exceptionnelle qui lui ouvre des portes qui devraient lui être fermée, de prestigieuses écoles de musique, de grands professeurs, l'attention de jeunes filles : il est métis pendant les derniers soubresauts de la ségrégation raciale aux États-Unis d'Amérique. Son frère Joey, le narrateur, est un bon pianiste, sans être exceptionnel, et se faufile dans la brèche, entre admiration et frustration résignée. Il sera accompagnateur pianiste de son frère et témoigne de son ascension à une époque où celle-ci n'allait pas... [Lire la suite]

24 janvier 2015

_La Vague_ de Todd Strasser (2008)

Ben Ross est un professeur très apprécié de ses élèves dans un Lycée des Etats-Unis d'Amérique et il enseigne selon les méthodes en vogue là-bas pour impliquer les élèves : les immerger émotionnellement dans le passé. Il commence de manière très classique, par un documentaire sur les camps de concentration, qui révulse les élèves. Mais certains semblent étrangers à l'affaire, se focalisant sur ce qu'ils ne peuvent comprendre, à savoir comment les Allemands ont pu laisser faire une chose pareille. Cette incompréhension gêne même la... [Lire la suite]
10 janvier 2015

La Conjuration des ignorants

Je fais rarement des chroniques sur ce blog, mais parfois, j'ai des choses à dire que je tiens même à confier à des inconnus. Cette semaine a été tout bonnement glaçante et je l'ai passée, malade dans tous les sens du terme, devant mon écran à scruter les effets de la barbarie. Puis j'ai eu des nouvelles du travail.Des copines profs m'ont raconté les face-à-face ahurissants que l'institution avaient ménagés pour elles et leurs ouailles en guise de mission.Des gamins prennent pour des vérités ce que des gens plus ou moins bien... [Lire la suite]
Posté par DonaSwann à 21:34 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
10 janvier 2015

Il y a bien des manières de tuer les hommes libres

Au rayon livres d'un grand magasin, une voix tonitruante, vaguement féminine, nettement vulgaire, dérange mes sombres pensées, sans les estomper : - Oh, p*, m*, ch*, j'en ai marre, vous faites ch*... Elle, ça va, mais toi ? Tu veux aussi un livre de gonzesse ?... - C'est pas un livre de..., tente un petit bout de zan d'environ huit ans. - Eh si, y'a du rose, des paillettes... - Mais il y en a ailleurs... Je croise le regard de l'enfant, je lui souris. Il ne me rend pas mon sourire ; j'ai eu tort, il a dû le prendre pour de la... [Lire la suite]
Posté par DonaSwann à 19:46 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
29 décembre 2014

_La Grotte_ de Jean Anouilh (1962)

L'Auteur de la pièce, penaud, intervient : il n'a pas réussi à écrire la pièce, les personnages ne savent pas ce qu'ils vont jouer. Ils vont essayer de le faire quand même... Dans une "grande maison" de la Belle-Epoque, un crime a eu lieu : la cuisinière, ancienne maîtresse du Comte dont elle a eu un fils désormais séminariste, a été poignardée. L'Auteur intervient là encore, tente d'infléchir le cours de ce qui semble être une enquête policière... il montre ce qu'aurait pu être la pièce : un drame psychologique, une satire sociale...... [Lire la suite]
27 décembre 2014

_Mauvaises ondes_ de Patricia Scanlan (1999)

Alison et Barry McHugh ne cessent de se disputer, sous les yeux de leur jeune fille Ciara que cela angoisse profondément. Ils se reprochent beaucoup de choses, et Brendan a une liaison depuis des années avec la meilleure amie d'Alison, Brenda Johnston, ce dont Alison se doute. Brenda espère que la loi sur le divorce passera, ce qui lui permettra d'épouser Barry quand il sera libre. Mais ce dernier n'y tient pas. Dans ce récit, les adultes déviant du modèle du couple stable, aimant et dévoué, incarnés de manière caricaturale par... [Lire la suite]
Posté par DonaSwann à 23:29 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

27 décembre 2014

_Nouvelles étranges et inquiétantes_ de Dino Buzzati

Voici un petit recueil composé artificiellement, à l'intention d'élèves du second degré, à partir des recueils Les Nuits difficiles, Nouvelles oubliées et Panique à la Scala que je n'ai jamais lus, moi qui estime pourtant avoir lu la plupart des nouvelles "qui comptent" de Buzzati. Celles-ci sont loin d'être négligeables et inintéressantes. On trouve "Le Monstre", "L'Influence des astres", "Lettre ennuyeuse", "Alias rue Sésostris", "Chez le médecin", "Quand descend l'ombre", "Une lettre d'amour", "Escorte personnelle". La première,... [Lire la suite]
Posté par DonaSwann à 16:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
26 décembre 2014

_Némésis_ d'Agatha Christie (1971)

Miss Marple est bien vieille et a même de la difficulté à s'adonner à son goût pour le jardinage. Une connaissance richissime, M. Rafiel, décède et, à la grande surprise de Miss Marple et des hommes de loi du premier, la charge d'une enquête, connaissant sa passion pour la justice. Elle n'a guère d'autres indices... Il lui offre outre-tombe un séjour de visites des célèbres jardins de sa région, avec des hébergements chez l'habitant, assez inattendus... Très vite, la vieille demoiselle comprend que la clé de sa mission réside chez... [Lire la suite]
23 décembre 2014

_La Colo de Kneller_ d'Etgar KERET (1998)

Hayim est mort, et pas n'importe comment : il s'est suicidé. Après sa mort, il va dans une sorte de deuxième vie, assez semblable à la première, où il va côtoyer d'autres jeunes suicidés, des terroristes (nous sommes en Israël) des malheureux en amour, des dépressifs, etc. qui vivent en bonne intelligence. C'est un monde un peu baba cool, entre la beat generation, l'underground, les ashrams, avec des boulots, des véhicules, un chien qui parle (et qui dit n'importe quoi) et une envie, une idée derrière la tête. Hayim veut revoir Erga,... [Lire la suite]
Posté par DonaSwann à 12:04 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , ,
21 décembre 2014

_Comment on meurt_ d'Emile ZOLA (1876)

Ce recueil de cinq nouvelles naturalistes nous rapporte comment, dans la France d'Emile Zola, on pouvait mourir, dans la noblesse, en ville, à la campagne, chez de petits commerçants, chez des bourgeois, chez des ouvriers et des paysans. Chaque famille, chaque milieu a sa misère, sa noblesse, sa médiocrité mais aussi sa profonde solitude au moment d'affronter le moment du grand départ. On est frappé par la façon dont l'affection, l'attachement cèdent le pas devant la nécessité et le prosaïsme du quotidien, si bien que la mort perd... [Lire la suite]