elus"Le Droit d'asile" :
Une nouvelle amusante dans sa progression. J'ai bien ri à l'échange entre le général et le nouvel ambassadeur.
"Les Élus" :
Je ne l'ai pas vu venir tout de suite, mais j'ajoute peut-être plus de foi à cette version du Déluge.
"Les Fugitifs" :
De loin mon préféré.
"L'office des ténèbres" :
Effectivement, si j'avais commencé par ce texte, je n'aurais peut-être pas autant apprécié le recueil entier. Je ne me l'explique pas vraiment : l'auteur a la bonté vers la fin d'écrire le mot "choléra", ce qui met sur la piste d'une allégorie musicale ("La Sombra") de cette maladie. Peut-être vaut-il mieux ne pas chercher à comprendre ?