passe-murailleJ'ai déjà "lu" récemment "Le Passe-Muraille" et "L'Huissier" en audiobook, je me suis donc concentrée sur les autres nouvelles du recueil, à savoir :

Les Sabines :

Sabine Lemurier est mariée à Antoine, un homme qui l'adore, mais la fait moins rêver qu'un jeune peintre paresseux, Théorème. Ce dernier ayant, comme on s'en doute, des problèmes d'argent, sa maîtresse va exploiter un don dont on se doute moins : celui de se démultiplier en des endroits très distants. Tout d'abord souhaitant seulement gagner aux courses pour Théorème, elle fera une rencontre qui va compter : lord Burbury, qui la demande en mariage...

Amusant. Un ton ironique qui accompagne bien une idée aussi simple, celle de la versatilité féminine.

ticketLa Carte :

Pendant l'Occupation, pour éviter que les riches et les "inutiles" ne pèsent trop lourd sur l'effort de tous, l'Etat décrète des tickets de rationnement de vie, calculés sur l'utilité supposée qu'a la société à la présence de l'individu rationné. Le narrateur, écrivain, n'a droit qu'à quinze jours par mois, après quoi, il se volatilisera quinze jours...

C'est très drôle, bien pensé car le récit confine très vite à l'apologue, qui dénonce beaucoup de choses, aussi bien l'époque où vivait Aymé que l'état d'esprit malsain qui l'a fait naître : l'idée que certains individus sont plus précieux que d'autres.

Le Décret :

Pendant l'Occupation, l'on décrète que l'heure sera avancée, non pas d'une heure ou deux, mais de dix-sept ans. Le narrateur se retrouve avec deux enfants de plus, dont deux aînés prêts à quitter le nid, sachant que la guerre est finie et, plus curieusement, tous ont le souvenir de ce qui a pu se passer dans l'intervalle... Mais un voyage dans le Jura va renvoyer le narrateur au présent de l'Occupation...

Très sympa aussi. Un part de mystère plus épaisse que le simple fantastique des autres nouvelles, plane.

Le Proverbe :

Un père de famille sévère prend en main la rédaction de son fils dont le thème est "Rien ne sert de courir, il faut partir à point.

Beaucoup plus léger, toujours très drôle, extrêmement réaliste. Chronique du quotidien d'un enfant.

Légende poldève :

Une dame vierge et dévote, pourvue d'un neveu dépravé, arrive au paradis en même temps que lui. Y aura-t-il une différence de traitement entre eux ? Tient-On compte des faits ou des circonstances, au Ciel ?

Un apologue un tantinet amer sur la reconnaissance qu'on a pour la vertu et les mérites réels, en haut lieu...

Le Percepteur d'épouses :

Un percepteur indulgent perd la tête après le départ de sa femme, qu'il prend pour une nouvelle mesure fiscale.

Les Bottes de sept lieues :

Une bande d'enfants d'origines sociales diverses font les quatre cents coups ensemble et se blessent. Quand les parents viennent à leur chevet, à l'hôpital, on crie rapidement "haro sur le baudet" : c'est forcément l'enfant sans père, l'enfant de la plus pauvre d'entre eux, qui est à l'origine de l'accident... Les enfants hospitalisés espèrent que leurs parents leur achèteront la paire de bottes des sept lieues qu'ils avaient aperçue dans une boutique, juste avant l'accident...

En Attendant :

Dans une file d'attente, des gens échangent des confidences.

Mon impression d'ensemble : quel dommage que j'aie attendu si longtemps pour lire ce recueil ! Dommage qu'Aymé soit un peu passé de mode (pas officiellement, mais c'est un fait).

aymeCitations :

  • - Mais aussi, pourquoi diable avoir attendu jusqu'à aujourd'hui pour me demander une place [de garçon de bureau] ?

- Mais comment pouvais-je supposer que la mesure m'atteindrait ? Quand nous avons déjeuné ensemble, vous ne m'avez pas dit...
- Permettez. J'ai spécifié, on ne peut plus clairement, que la mesure concernait tous les inutiles. ("La Carte")

  • C'est à peine si de temps à autre et de plus en plus rarement j'éprouve la banale sensation du déjà vu. ("Le Décret")
  • Un couple, ce n'est pas une combinaison chimique. Quand les éléments se trouvent séparés, il ne suffit pas de les remettre en présence pour refaire ce qu'on a défait. Les gens qui déclarent des guerres devraient penser à ça. ("En attendant")