En association avec le Musée des Augustins de Toulouse, le Musée Fabre de Montpellier a mis sur pied une exposition séduisante et futée comme tout : à partir de quelques toiles seulement du Caravage, on reconstruit un mouvement, des nuances, une interprétation européenne de la mise en scène et au cadrage des corps dans un éclairage latéral.

salome_st_JB

Une thématique, par dessus le marché : les têtes coupées, Goliath, Jean-Baptiste, pour un peu Isaac... Un petit enfant ayant dit à sa mère que les tableaux lui faisaient peur, notre guide (parfaite, avec un peu de chance, vous tomberez sur elle) a opiné.

Isaac

Officiellement on va "voir Le Caravage", mais une fois sur place, un choix tout à fait délicieux d'autres "caravagesques", au moins pour certaines toiles justement exposées, nous est proposé et prolonge la découverte : Manfredi, Saraceni, Gentileschi (père et fille), Reni, en France, Vouet, Régnier, La Tour, Boulogne, Tournier, à Naples ou en Espagne, Ribera, Zurbaràn...

Les toiles captivent (je recommande particulièrement la peinture sur cuivre d'Artemisia Gentileschi pour cette impression de profondeur et de sensualité), amusent, inquiètent, fascinent, dérangent... Il faut y aller !

Il faut aussi aller, mais c'est un projet plus personnel, faire un tour dans les collections permanentes de ce magnifique musée : j'ai découvert des peintres du sud, un peu trop académiques au goût des personnes qui m'accompagnaient, mais tout à fait du mien, et dont j'ignorais jusqu'au nom ! Il y a des centaines de merveilles qui dorment dans des salles parfois féériques. Une mention aux gardiens, dont le métier n'est pas facile (le soir même, j'ai vu des extraits de "Musée haut, musée bas" pour me le rappeler), très obligeants.

Musée Fabre - Montpellier

Du 23 juin 2012 au 14 octobre 2012.