Les_liaisons_culinaires

Première découverte le 18 décembre 2010

Dimitris et Damoclès sont voisins et bons cuisiniers. Un jour, dans l'ascenseur, Damoclès adresse la parole à l'autre, en lui détaillant le menu qu'il pensait que Dimitris avait préparé. Les détails en étaient si rigoureusement exacts (persil ciselé et non pas haché), que Dimitris soupçonne son voisin d'être voyeur et lui donne de lui-même des détails visuels... qui révèlent à Damoclès, horrifié, que la maîtresse de Dimitris n'est autre que... Nana, sa propre maîtresse. Celle-ci, mariée, se partage entre les deux amants voisins de palier.

Une guerre amoureuse et culinaire se déchaîne entre les deux hommes, à la fois liés dans leur souffrance et séparés par leur rivalité.


Un roman, reçu en bookring, d'une drôlerie incroyable qui m'a donné envie de cuisiner en continu. On rit du servage amoureux dans lequel cette jolie profiteuse tient les deux hommes, des tours qu'ils se jouent, des répliques, des rebondissements.

Ajout du 4 août 2016 : Relu avant de le donner à une personne chère à mon coeur, je me rends compte que le roman est parfaitement léger, avec même le luxe d'une ou deux invraisemblances. Mais c'est vraiment ainsi qu'il faut le lire, il fait partie de son charme.

Comme dans "La Colère des aubergines", entre chaque chapitre est développée la recette des plats dont on a parlé juste avant. Mais je reconnais que la cuisine grecque est plus proche de mon goût que la cuisine indienne...

Citations :

  • - C'est simple, très simple : pour qu'arrivent jusqu'à moi d'aussi forts effluves de persil, assez forts pour franchir la barrière odorante des jasmins, des gardénias et de tant d'autres fleurs qui ornent nos balcons, il faut que le persil dégage tout son suc et tout son arôme, et pour cela, les ciseaux sont préférables au couteau. Il faut aussi que la quantité soit importante. Or une telle quantité, qui nécessite un temps de préparation prolongé, ne eut servir qu'à la confection d'une salade. Une pointe d'ail, une ou deux gousses au plus parfaitement pilées et mélangées au persil, un soupçon de sel, un peu d'huile et de citron viennent compléter la préparation. Voilà.

  • Non, non, non, ce soir, je présenterai à Nana l'image d'un homme irrésistible. Et d'un cuisinier hors pair. Je me surpasserai... Je la surprendrai. Je lui mijoterai un plat auquel elle ne s'attend pas. (...) Je la subjuguerai par mes talents culinaires. Je l'envoûterai. Ma cuisine sera mon philtre magique. Dimitris aussi cuisine pour elle, et alors ? (...) A dater de ce jour, mes petits plats feront de Nana mon esclave, elle ne pourra plus s'en passer. (...) O sauces redoutables, sauces que l'amour inspire, déchaînez votre houle dans mes marmites ardentes !