mucemtraduire001 verso du ticket

Exposition visible jusqu'au 20 mars 2017 au MuCEM (Musée des Civilisation de l'Europe et de la Méditerrannée)
7, Promenade Robert Laffont, 13002 Marseille.

Il m'est arrivé de rater de très belles expos, mais celle-ci, qui recoupe de vieilles questions, de vieux travaux que j'ai abordés, était o-bli-ga-toire. Elle m'a fait prendre conscience qu'en réalité, ces vieilles questions me taraudent toujours et je ne demande qu'à continuer les vieux travaux... Bref, une expo urgente et "coïncidente".

Cette exposition a été faite sous les commissariats de Barbara Cassin, directrice de recherche au CNRS, philologue et philosophe, et de Sophie Bernillon, conservatrice au MuCEM.

Salle 1 : Babel, malédiction ou chance ?

Toren_van_Babel 1604 Huile sur panneau 51,1 x 66,3 cmBabel veut dire "confusion", en hébreu. On trouve une représentation de la tour (ziggourat), dont le poids, selon Athanasius Kirscher qui a reconstitué le site, aurait déplacé la planète... C'est un thème de peinture flamande, comme la toile d'Abel Grimmer (1604) nous l'a montré. Celle, plus récente, de Mel Bochner, nous met en garde contre l'obscurité et la confusion du langage de l'autre.BLAHBLAHBLAH, 2011

Une animation m'a enchantée, c'est la "traduction simultanée" de la Bible selon la traduction de Jérôme de Stridon (dit "St-Jérôme"), la fameuse Vulgate, à l'écrit, pendant qu'on entend celle de la Traduction Oecuménique de la Bible... sauf qu'il y a quand même une boiterie dans le procédé : la TOB a directement été écrite en français mais Jérôme a écrit en latin cette traduction qu'on me donne à lire en... français. La mise en abyme est-elle voulue ? J'en doute. Mais je pinaille, évidemment, c'était très chouette.

Salles 2 : Des flux et des hommes

Les Astronomes, tapisserie de BeauvaisOn voit de très beaux tableaux évoquant les échanges de vues et de biens à travers le monde. Devant une tapisserie représentant des jésuites échangeant en astronomie avec des Chinois, j'ai même libéré un livre... On trouve aussi de vieux livres de sciences traduits (en latin, arabe, grec...) parfois à plusieurs versions dans la même page.

_Ptolémée II Philadelphe_, par JB de Champaigne (1672)Tout atteste un grand mouvement, très humaniste, de partage, de recherche chez l'étranger, de nouvelles pistes, voire de réponses.

Avec joie, car il me rappelle un des plus beaux temps de ma vie, celui de mes études, j'ai pu contempler dans un tableau la représentation de mon "vieil ami", Ptolémée II Philadelphe. Et c'est également la Lettre d'Aristée à Philocrate que je me promets de traduire à mon tour, dès que ce sera possible...

La lettre d'Aristée à Philocrate

Moses'_by_Michelangelo_JBU310On traverse un muret ornemental de titres des Tintin en plusieurs langues.


Une transition entre la 2ème et la 3ème partie nous informe que les peintres ont été influencés par la traduction. L'hébreu est une langue trilittère, comme l'arabe. Il faut y restituer les voyelles en lisant. Donc, quand on dit que Moïse revient "KRN" avec les tables de la Loi, est-il revenu karan (rayonnant) ou keren (cornu) ? J'aurais dit "rayonnant" et c'est ce qu'a choisi Chagall, par exemple. Pas Michel-Ange, qui a sculpté malignement un Moïse bicorne.

 Salle 3 : La résistance des langues. Traduisibles / Intraduisibles

La salle n'a pas retenu mon attention autant que les précédentes, à l'exception des confrontations de traduction d'Edgar Allan Poe par Baudelaire, Mallarmé et... Google Translate... Un cancre averti en vaut deux : n'y pense même pas, jeune faussaire ! Assume tes propres erreurs, elles comportent moins d'horreurs de solécismes et d'absurdités que celles de la machine !
Un petit jeu final : proposer à la traduction un mot français qui nous paraît très difficile à traduire dans une langue étrangère. J'ai proposé pacs.

Citations glanées sur les murs et dans le dépliant :

  • L'homme qui parle deux langues vaut deux hommes.
  • Traduire (fanyi), c'est comme tourner (fan) une soie brodée, le recto et le verso sont la fleur, mais la fleur vue de chaque côté est différente de l'autre.
    Yi, c'est échanger, c'est-à-dire changer ce qu'on a contre ce qu'on n'a pas, d'où se servir du classique de notre pays pour élucider les canons d'un autre pays.
    (Biographies des grands maîtres de la dynastie Song, XIIème-XIIIème siècles)
  • Plusieurs langues sont en fait plusieurs visions du monde.
    (Wilhelm von Humboldt)
  • Une langue, entre autres, n'est rien de plus que l'intégrale des équivoques que son histoire y a laissé persister.
    (Jacques Lacan)
  • L'original est infidèle à la traduction.
    (Jorge Luis Borges)