murena-la-deesse-noireVoilà l'affranchie Acté sans aucune protection (en réalité, richissime et pourvue de nombreux esclaves) et Lucius Murena, n'y pouvant tenir, lui offre son amour et son toit. Ils seront heureux ensemble jusqu'à ce que Poppée (on se demande ce que ça pouvait bien lui faire !) révèle à Néron qu'il a pu être supplanté par un simple mortel (eh oui) dans le coeur de quelqu'un qui a connu l'étreinte d'un dieu (sic), vous voyez venir la suite ? Néron enverra Acté épouser Agricola, ce qui n'est pas conforme à la réalité historique, mais traduit dans la fiction à la fois son orgueil et son manque de lucidité devant les manipulations de Poppée.

Parallèlement, une sorte de nouveau complot se fait jour, mené par Balba, qui n'a pas cessé de penser à Britannicus et veut venger ses mânes ; il est conscient de pousser Néron, en châtiant son orgueil de prétendu dieu, en lui infligeant diverses humiliations. Néron recherche d'ailleurs avec rage la cochère (n'y a-t-il pas de féminin à "cocher" ?) qui l'a battu dans le cirque sous la couleur rouge.

Autre complot, plus occulte et, à mes yeux, peu convaincant, celui d'une déesse noire, sorte de Kali occidentale, qui s'est incarnée successivement en Agrippine, puis en Poppée et qui dominerait, par l'esprit et les sens, le protégé de Phébus... C'est le seul aspect scénarique qui m'ait déplu, mais il permet des effets esthétiques tout à fait saisissants.