15 janvier 2021

L'Amie prodigieuse, tome 4 : "L'Enfant perdue" (2017)

Chose incroyable, le dernier tome n'est pas qu'une resucée des mêmes problématiques, il est véritablement une réponse et une résolution des flux et reflux de l'amitié entre les deux femmes et répond, dans un premier temps à la question de savoir s'il s'agissait bien d'une amitié. Dans le tome précédent, on avait atteint un paroxysme dans le doute, avec les intersubjectivités de la narratrice et de ses partenaires, d'autres personnages, aussi. Deuxième réponse : Lila est-elle bien l'"amica geniale" dont Lenù admirait et redoutait le... [Lire la suite]

12 janvier 2021

L'Amie prodigieuse, tome 3 : "Celle qui fuit et celle qui reste" (2013)

A ma grande surprise, j'ai encore une fois dévoré ce tome, qui m'a peut-être beaucoup plus parlé que les deux premiers. Le, les pièges dans lesquels s'enferrent les deux femmes, spécialement Lenù, la narratrice sont terribles et il semble, tout d'abord, que seule Lila ait la force, sur les moyen et long termes, de s'en libérer. Je me suis plusieurs fois demandé si la thèse de l'existence de la "génialité", la Schwärmerei, n'était pas l'invraisemblance particulière de ce roman. Comment Lila, qui professe ne plus lire ni écrire depuis... [Lire la suite]
Posté par DonaSwann à 18:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
13 octobre 2020

_L'Amie prodigieuse_, tome 1 : "Enfance, adolescence" (2011)

Voilà un livre qui est resté longtemps sans me tenter, malgré son succès évident. Puis j'ai été accrochée, bien malgré moi, par quelques images vues du téléfilm en VO passé cet été, au point d'en développer une addiction. Ne pouvant attendre de l'acheter dans la langue originale en Italie, je l'ai emprunté à la bibliothèque. Dès les premières pages, l'absence criante du rendu de la langue napolitaine par rapport à l'italien m'a désespérée. Le rendez-vous avec la version originale n'est donc que partie remise pour moi. Lenù (Elena)... [Lire la suite]
05 août 2020

"Trois étés" de Sandra Kogut (2020)

Commentaire fait trop longtemps après avoir vu le film, il risque d'être un peu vague, peut-être aussi parce qu'il ne m'a pas soulevée d'enthousiasme... Au Brésil, Mada (Regina Casé), majordome, orchestre une fête de famille dans la magnifique et luxueuse villa d'Edgar (Otàvio Müller). La mère de ce dernier est morte plusieurs mois auparavant, et on a bien du mal à convaincre le patriarche (Rogerio Froes), M. Lira, un ancien enseignant, très mal à l'aise dans ce luxe absurde, d'y participer. Son regard qui n'exprime au mieux que de... [Lire la suite]
19 décembre 2019

"Gloria Mundi" de Robert Guédiguian (2019)

Daniel (Gérard Meylan) reçoit une photo qu'il a failli ne jamais recevoir : celle de sa petite-fille Gloria. Il est incarcéré depuis sa prime jeunesse, n'a jamais connu sa fille (Anaïs Demoustier), et la mère de sa fille (Ariane Ascaride), femme de ménage dans un hôtel (on sait la charge sociale cachée derrière cet emploi), vit avec (Jean-Pierre Darroussin), chauffeur de bus à la RTM, qui avait lui-même une fille (Lola Naymark). C'est ce dernier qui a proposé à sa compagne de le prévenir. Alors tout naturellement il vient les voir à... [Lire la suite]
16 novembre 2019

"Martin Eden" de Pietro MARCELLO (2019)

Martin Eden un modeste jeune homme qui vit méprisé chez son beau-frère fait un jour une rencontre qui change tout : une belle jeune fille de la bourgeoisie, typiquement d'un genre qui lui est inaccessible. comme ce sentiment est réciproque, que la belle veut également un homme cultivé, il étudie. Soudain l'évidence le traverse : il sera écrivain. Donc tout en faisant des périples de marin, puis enfin en se consacrant complètement à l'écriture, il obtient d'être publié. Or le conseil qui lui fut donné, à savoir de détacher son être des... [Lire la suite]

10 septembre 2019

"Factory" de Yuri Bykov (2019)

Dans une usine grise et verdâtre, un ouvrier, "Le Gris", balafré, taciturne, est en avance. L'ambiance est triste, miséreuse, on comprend que les ouvriers triment pour pas grand'chose et peinent à s'en sortir, que l'usine est depuis longtemps laissée en roue libre depuis que l'oligarque l'a achetée. D'ailleurs elle a l'air au milieu de nulle part, une vraie dystopie... Or voilà qu'on annonce à l'équipe que l'usine va fermer. Les ouvriers, menés par "Le Gris", décident de ne pas se laisser faire et d'enlever l'oligarque. Il ne faut... [Lire la suite]
10 juin 2019

_La Double inconstance_ de Pierre de Marivaux (1723)

J'étais certaine d'avoir déjà lu cette pièce et d'effectuer une relecture, or même en tenant compte de ma très mauvaise mémoire des classiques lus jeune et jamais relus, je n'ai aucune impression de déjà-vu et je dois bien me rendre à l'évidence : j'ai toujours professé de ne pas aimer les comédies de Marivaux faute d'avoir déjà lu celle-ci, sans doute. La pièce, jouée aux Italiens, a beaucoup de la Commedia dell'Arte, à savoir un Arlequin certes rustique mais pourvu d'une latte en bois, comme Arlecchino. Dans cette pièce, Silvia et... [Lire la suite]
24 mai 2019

"La Lutte des classes" de Michel Leclerc (2019)

Voilà un film que la bande-annonce promettait bien burlesque, pas forcément très fin, mais à voir par pur divertissement... Michel Leclerc cachait (volontairement ?) bien son jeu, car il nous capture à un film aux problématiques riches, avec des tonalités très différentes, sensibles et séduisantes, un film social qui ne soit pas un drame ou une pochade, ça change !... Un couple, Paul (Edouard Baer) et Sofia (Leïla Bakhti) s'aiment tendrement, cultivant leur fibre rebelle et humaniste, chacun à sa manière, et élèvent leur fils... [Lire la suite]
12 décembre 2018

Heureux comme Lazzaro, de Alice Rohrwacher (2018)

Le film se passe dans une contrée d'Italie qu'on imagine bien du Sud, la Sicile, pourquoi pas ? Le marchesino ne s'appelle-t-il pas Tancredi et ne fera-t-il pas un mariage analogue à celui du neveu du Guépard, de Visconti ? Plus vraisemblablement encore en Sardaigne où le servage a été aboli plus tardivement que dans le reste de l'Italie, à la fin du XVIIIème siècle. L'action du film se passe à une époque que je situerais entre les années 50 et 60, sans réellement pouvoir l'argumenter, dans un village, l'Inviolata, qui vit hors du... [Lire la suite]