arabedufutur2L'album Ma Circoncision m'avait déjà familiarisée avec le contexte de la vie en Syrie et surtout m'avait déjà présenté ce père tout en contrastes, muré dans la tradition et ses rêves aux dépens de ce qu'une situation particulière requiert d'attention et d'explications à un enfant.

Riad Sattouf, sans aucun masque, semble-t-il, raconte les années 1984-1985 "dans la Syrie d'Hafez-Al-Assad", la cruauté et les aberrations de l'éducation, de la place faite aux femmes, les découvertes de l'enfant, comment il est amené à apprendre le dessin, la lecture, en arabe et en français (sa mère est Bretonne). On est plus que souvent sidéré, notamment par l'antisémitisme prégnant, y compris dans les propos les plus immédiats des jeunes enfants et dans leurs jeux.

Je m'explique mieux également une rencontre qui a mal tourné entre les bookcrosseurs aixois et un jeune Syrien, malgré la douceur et l'aménité des manières de ce dernier, lequel était "choqué et furieux" (dixit) par la liberté de nos propos, notamment sur la religion.

Ce qui facilite les choses au lecteur, c'est que, sans donner dans le discours didactique lourd, l'auteur utilise deux degrés de narration : celui, naïf, de l'enfant qu'il fut, et celui de l'adulte qui a pris du recul et qui est en mesure de nommer ou synthétiser.

Tome 1 : Une jeunesse au Moyen-Orient (1978-1984)

Tome 2 : Une jeunesse au Moyen-Orient (1984-1985)

Tome 3 : Une jeunesse au Moyen-Orient (1985-1987)