10 novembre 2015

_Je vais passer pour un vieux con (et autres petites phrases qui en disent long)_ de Philippe Delerm (2012)

Sur le principe d'un autre de ses recueils de textes, Philippe Delerm se propose d'interpréter les sous-entendus de phrases si courantes qu'elles confinent au tic de langage : "Sinon, moi, je peux vous emmener", "C'est très bien fait", "C'est voir", etc. J'aime bien Philippe Delerm ; je suis toujours un peu agacée par certaines critiques à son égard, nombreuses dans le corps enseignant, que je soupçonne d'être secrètement jaloux de celui qui est parvenu, slalomant entre les lettres au programme et les copies bourrées de fautes à... [Lire la suite]
Posté par DonaSwann à 17:34 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

07 novembre 2015

Trois relectures

Sur le thème du sens de la vie, d'une définition de l'Homme et de sa place dans la nature, de la dégénérescence de son instinct de survie devenu instinct de destruction. L'Humanité disparaîtra, bon débarras ! d'Yves Paccalet. Lu le 6 mai 2009, relu le 30 octobre de cette année. et La Faim du tigre, de René Barjavel. Lu le 1er avril 2013, relu le 5 novembre de cette année. et Le Contrat de mariage, de Honoré de Balzac. Une vision, comme toujours, très désenchantée de l'humain, de la famille, de l'amour, du mariage, quand on... [Lire la suite]
Posté par DonaSwann à 10:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 octobre 2015

_Trouble_ d'Helen Uri (2015)

Un roman aux points de vue croisés, ceux de Karsten Wiig, de son ex-femme Marianne, avec laquelle il a eu deux enfants, Elise et Henriette et enfin, celui d'Edvard Friskbakker, procureur qui présentent des tranches de vie pleines de joies, de couleurs, de nourritures terrestres et émotives, d'amour... mais au milieu de toute cette vie, le malheur rôde. Edvard traque les pédophiles et les incestueux pour se racheter d'avoir laissé violer sa cousine Lisbeth par un oncle et il fait confiance à son instinct pour sentir qui est coupable ;... [Lire la suite]
26 octobre 2015

_Le Papyrus de César_ de Jean-Yves Ferri et de Didier Conrad (2015)

Jules-César s'apprête à publier ses célèbres Commentaires sur la Guerre des Gaules, mais, sur le conseil de son éditeur, il ôte le récit de son seul échec avec le village d'irréductibles gaulois. Tout serait passé inaperçu (le village d'Astérix ne se souciant guère de ce genre littéraire), si un des Numides (voyons comment on appellerait aujourd'hui le Numide d'un écrivain ?... hum ?) n'avait eu des états d'âme à censurer l'Histoire et n'avait contacté un colporteur (heu, un journaliste)... Jean-Yves Ferri et Didier Conrad se... [Lire la suite]
Posté par DonaSwann à 15:31 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
25 octobre 2015

_Les Olives noires_ d'Emmanuel Guibert et de Joann Sfar (2001-2002)

"Pourquoi cette nuit est-elle différente des autres nuits ?" (tome1) Judée. Occupation romaine. A travers les tribulations d'un petit garçon, Gamaliel, qui a perdu son père arrêté lors d'une échauffourée dans le temple par les soldats romains, nous découvrons un pays partagé dans ses comportements, dans sa foi, dans une ambiance à la fois truculente et pleine d'humour, mais aussi de cruauté et de méfiance. L'enfant, accompagné de déserteurs gaulois de l'armée romaine, suivent une certaine Tsiporah dans sa communauté. "Adam... [Lire la suite]
21 octobre 2015

_Celui qui attend_ de Ray Bradbury (1948-1988)

Il faudrait que je cesse mes rodomontades et renonce une bonne fois à la collection Librio, plus chère à la page et avec moins d'informations que n'importe quel livre de poche intégral. Ce recueil est lui aussi artificiellement composé de nouvelles prises à différents recueils, dont les célèbres Chroniques martiennes. Mais j'aime beaucoup chacun de ces textes, soit parce qu'ils sont bien choisis, soit parce que je les apprécie plus qu'à l'adolescence, période où j'ai découvert Bradbury. Toutes ces nouvelles ne sont pas de... [Lire la suite]
Posté par DonaSwann à 14:47 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

14 octobre 2015

_Les Jumelles de Highgate_, d'Audrey NIFFENEGGER (2009)

Les jumelles Edie et Elspeth sont brouillées depuis des années, à cause d'un homme, Jack, qui a été fiancé à la seconde en Grande-Bretagne avant de rentrer aux Etats-Unis d'Amérique avec la première. Mais un semblant de contact s'établit secrètement entre les deux soeurs quand Elspeth, bien des années plus tard, tombe malade d'un cancer. Cette dernière prévient son amant Robert, qui habite l'appartement du dessous, qu'elle lègue tout à ses nièces Julia et Valentina, filles jumelles d'Edie, à la condition qu'elles vivent un an dans ce... [Lire la suite]
11 octobre 2015

_Robinson Crusoë_, de Daniel Defoe (1719)

Permettez que je décide que ce pensum, que je traîne depuis le mois de juin comme un mauvais karma, parce qu'il fallait à mon challenge un nom de livre avec un prénom et un nom ET que j'avais ce titre sous la main, est fini, au chapitre 8 inclus, fin de la "robinsonnade" à proprement parler. D'abord, après avoir longtemps hésité, pris le conseil de quelques commentateurs, dont le moindre n'est pas Michel Tournier (cf. Le Vent Paraclet), je le classe parmi les anti-Lumières. Quand Robinson tente de convertir Vendredi, il le fait avec... [Lire la suite]
01 octobre 2015

_Égaux sans égo_, oeuvre collective (2013)

Illustrateurs : Anne Rouvin, Gabrielle Piquet, Laureline Mattiussi, Tatiana Domas, Josselin Paris.(...) Plusieurs petits scénarios de bandes-dessinées, focalisés sur les interrogations que les adolescents peuvent être amenés à se poser sur les représentations de leurs sexes, les attentes sociales afférentes, le sexisme (dans les deux sens), et leur marge de manoeuvre par rapport à tout cela.  Cela semble parfois de la littérature de commande, tant le politiquement correct et les bons sentiments paraissent artificiels à... [Lire la suite]
Posté par DonaSwann à 15:22 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
21 septembre 2015

_Trente-Trois monstres_ de Lydia Zinovieva-Annibal (1907)

Une jeune femme est séduite, la veille de ses noces, par une brillante et belle actrice, Vera, qui l'entraîne dans le demi-monde. Au début, soumise et manquant de confiance en elle, elle est promue comme actrice (médiocre), puis comme modèle que les peintres s'arrachent, quand, devant sa beauté, Vera décrète, comme un sacrifice incontournable : "Il faut que je te donne aux hommes. Grandeur d'âme ! Grandeur d'âme ! C'est ça qui fait de l'animal un homme !" C'est plus de la poésie en prose qu'un roman expérimental. J'ai pensé à... [Lire la suite]