07 novembre 2010

_Antigone_, de Sophocle (442 avant J.-C.)

Etéocle et Polynice, les fils d'Oedipe, se sont entretués dans une bataille dont l'enjeu devait être la prise de la ville de Thèbes (cf. résumé Wikipédia de Sept contre Thèbes, d'Eschyle, en attendant que je lise et résume moi-même cette tragédie). Leur oncle Créon, désormais roi de Thèbes, décrète les hommages funèbres de la cité à Etéocle, le "bon" frère selon les critères légaux, et ordonne qu'on laisse pourrir à l'air libre Polynice, coupable de rébellion à l'autorité humaine. C'est une façon, comme c'est dit dans la pièce, de le... [Lire la suite]
Posté par DonaSwann à 13:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

28 octobre 2010

_Les Trachiniennes_, de Sophocle (Vème siècle avant J.-C.)

Héraklès revient à Trachis où l'attend Déjanire, sa femme. Il s'est délivré de la servitude d'Omphale, à laquelle il avait été condamné pendant une année par Zeus, à la suite du meurtre d'Iphitos. Or il a assiégé juste avant Oechalie, où régnait le roi Eurytos, par amour pour Iole que son père refusait de lui donner, ramène cette dernière incognito, avec la complicité de Lichas, à Trachis, au milieu d'autres captives.Mais le Messager, fidèle à Déjanire, avoue la vérité à cette dernière. Déjanire feint de se soumettre à ce revers... [Lire la suite]
Posté par DonaSwann à 16:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
24 octobre 2010

_La Langue maternelle_, de Vassilis Alexakis (1995)

Le narrateur, un Grec expatrié, dessinateur satirique, revient dans son pays d'origine, quelques temps après le décès de sa mère, pour trouver l'énigme du epsilon (équivalent du e ou du é) inscrit au fronton du temple d'Apollon à Delphes. Il trouve le pays ulcéré par des conflits nationalistes, avec la Macédoine de Skopje, qui se veut indépendante de la Grèce mais se réclame de Philippe et d'Alexandre ; les problèmes récurrents avec la Turquie... Il profitera de sa présence pour voyager, aller notamment en Épire, où son frère Costas a... [Lire la suite]
26 septembre 2010

_Criton_, de Platon (390-385 avant J.-C.)

Titre original : Criton ou Sur le Devoir - genre éthique. Juin 399, Socrate dort en prison, son ami, le riche Criton, le regarde s'éveiller et tente de le persuader de se soustraire au jugement du tribunal de l'Héliée, qui l'a condamné à boire la fameuse ciguë. Ses arguments sont altruistes (il connaît son Socrate) : il faut le sauver, lui, Criton, du malheur. Il a besoin de son ami Socrate, il ne veut pas non plus qu'on puisse dire qu'il a abandonné un ami à son destin funeste ; Socrate devrait donc accepter son aide pour une fuite... [Lire la suite]
Posté par DonaSwann à 17:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
10 janvier 2010

_Apologie de Socrate_, Platon (IVème siècle avant J.-C.)

Depuis la biographie de Gérard Messadié, Madame Socrate, je vois Socrate de manière moins marmoréenne. Même sans, je pense que j'aurais eu cette impression très forte d'écouter un tombeau, oreille collée au marbre, ce que Socrate avait à dire pour la dernière fois. C'est encore une fois Platon qui parle, mais je lui fais beaucoup plus confiance cette fois : difficile d'utiliser la figure de Socrate à faux sans lui voler sa mort, un comble pour un discipline aimant. En revanche, c'est curieux, cette histoire de "signe divin", ce... [Lire la suite]
Posté par DonaSwann à 23:53 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
04 mars 2009

_Phèdre_, de Platon (IVème siècle avant J-C)

Un dialogue vraiment réjouissant, peut-être parce qu’il garde le côté vivant du dialogue, sans morceler le raisonnement, puisque les passages « dissertatifs » sont nombreux.C’est peut-être aussi l’enjeu de prime abord terre-à-terre de savoir s’il vaut mieux avoir une relation amoureuse avec quelqu’un amoureux de soi ou au contraire parfaitement froid qui peut intéresser la béotienne que je reste malgré tout, mais l’élévation du débat ne m’a exceptionnellement pas vu décrocher.Peut-être dois-je ce changement au roman Madame Socrate, de... [Lire la suite]
Posté par DonaSwann à 18:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

12 février 2009

_Ethique de Nicomaque_, d'Aristote

Lu il y a vingt ans environ et jamais terminé, par manque de temps. Voilà qui est fait. Je l'avais complètement oublié et son style ne m'avait pas emballée. J'étais cependant conscience que ses sujets étaient aussi bien fondamentaux que (justement) passionnants. J'attendais beaucoup de la maturité pour les ré-aborder. Aussi incroyable que cela puisse paraître, je préfère Aristote qui, sans faire d'approximations, laisse de la place à la nuance, là où Platon préfère s'élever radicalement. Pardon aux philosophes chevronnés parmi vous,... [Lire la suite]
Posté par DonaSwann à 17:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
05 février 2009

_Madame Socrate_ de Gérald Messadié (2000)

Socrate décide un jour d'épouser une femme peu séduisante et que l'Histoire nous laissera voir comme une mégère, querellant son philosophe de mari. Un crime mystérieux a lieu à Athènes et, telle Mme Columbo, Xanthippe, dont la logique ne fera pas rougir son mari, va se lancer sur les traces de l'assassin... Un roman historique dont l'intérêt s'accroît lorsqu'on quitte Xanthippe en tant qu'enquêtrice. D'ailleurs, c'est un peu déroutant, au vu du titre, on la quitte assez vite.Je connais tous les événements rapportés (sauf bien... [Lire la suite]
08 août 2008

_1000 ans de Jeux Olympiques_, de Moses I. Finley & H-W Pleket (2004)

Un livre parfait pour avoir une vue des Jeux Olympiques pendant la période antique (bien qu'au début, Finley explique comment et dans quel esprit Coubertin a exhumé les Jeux).L'aspect de compétition sportive est sans doute le seul point commun avec les jeux d'aujourd'hui. Même la devise (l'important n'est pas de gagner mais de participer) n'aurait pas eu cours à une époque où il n'y avait pas de podium et une décoration uniquement pour le gagnant, "la honte" étant la seule décoration des autres candidats.
02 juin 2008

_Alcibiade Didascaux chez les Gaulois_, II "Vae Victis" de Clapat et Crane

Une lecture d'une longueur inattendue : les BD que je lis font habituellement une cinquantaine de pages, là, c'était plus du double et du compact ! N'abordez pas Alcibiade Didascaux en imaginant que ce sera l'affaire d'un petit après-midi pluvieux, un oeil sur la BD, un autre sur la télé... Cet Alcibiade Didascaux est un professeur de Langues Anciennes, entré dans le neurocyto-électrotélédiachron, la machine à remonter le temps du terrible Pr. Agénor, qui rêve de la mettre au point et d'en tirer profit. Coincé dans le temps, faisant... [Lire la suite]